Bleues - Nze Minko : "Se remobiliser pour faire un grand truc, ce serait tellement classe"

Bleues - Nze Minko : "Se remobiliser pour faire un grand truc, ce serait tellement classe"©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le lundi 22 novembre 2021 à 23h41

Les championnes olympiques parviendront-elles aussi, dans moins d'un mois, à être championnes du monde ? Réponse le 15 décembre, date de la finale en Espagne. Auparavant, Estelle Nze Minko et ses coéquipières ne devront pas se louper.



Les Françaises sont rassemblées à Créteil depuis lundi, en vue de préparer le Mondial qui débute la semaine prochaine en Espagne. Pour Estelle Nze Minko, c'est une première depuis le titre olympique, puisqu'elle fait partie de celles qui avaient été ménagées en octobre par Olivier Krumbholz. "Etre en capacité, seulement trois mois après les Jeux, de se remobiliser pour faire un grand truc, ce serait tout un symbole, s'enivre la joueuse de Györ, en Hongrie. Bien sûr que ce sera super, hyper dur, mais ce serait tellement classe de réussir un tel défi, que tout le monde se dise 'Mais c’est fou comme ces meufs sont déters.' Cette perspective m’excite beaucoup."

"C'est la poule de la mort, on sait que ce sera difficile"

La joueuse de 30 ans est encore forcément marquée par Tokyo, où les Bleues jouaient à chaque fois au lendemain de leurs homologues masculins : "On regardait les matchs des mecs, ça nous donnait de la force et de la fierté. On avait envie de les rejoindre dans leur délire. On se disait que gagner, le faire ensemble, ce serait tellement fou. On nous bassine souvent à comparer les deux équipes, mais pour nous c’est l’équipe de France. Franchement, c’était trop beau de partager ça ensemble, car nous n’en avons pas souvent l’occasion."


Les filles de Krumbholz seraient cependant bien inspirées, cette fois, de ne pas rater leur premier tour, reversées dans une poule difficile avec l'Angola, le Monténégro et la Slovénie. "C’est la poule de la mort, on sait que ce sera difficile, confirme Nze Minko. C’est donc le moment de faire mentir cette théorie sur nos soi-disant débuts de compétition difficiles. En réalité, nous avons démontré notre capacité à répondre au bon moment. Alors, au regard du contexte, on sera présentes dès le début." Vendredi et dimanche, les deux seules rencontres de préparation opposeront la France à la Hongrie, à Paris.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.