Bleues : La préparation chamboulée n'inquiète pas Olivier Krumbholz

Bleues : La préparation chamboulée n'inquiète pas Olivier Krumbholz©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mardi 24 novembre 2020 à 17h17

Alors que la préparation des Bleues en vue de l'Euro 2020 a été modifiée par le retrait de la Norvège de l'organisation de la compétition, Olivier Krumbholz a confié une certaine sérénité et voit du positif dans ce changement de programme.

Les Bleues n'aborderont pas l'Euro 2020 comme initialement prévu. Alors que la Norvège s'est retirée de l'organisation de la compétition, l'étape de Golden League prévue dans le pays a également été annulée. Des changements qui poussent l'encadrement de l'équipe de France à s'adapter mais sans anticiper un départ pour le Danemark. « Nous avions anticipé la possibilité que cette étape de la Golden League en Norvège n'ait pas lieu. A partir du moment où elle ne pouvait se tenir dans les conditions prévues, une solution de remplacement montée à la va-vite au Danemark ne nous intéressait pas, a confié Olivier Krumbholz dans un entretien accordé au site officiel de la Fédération Française. Nous préférons travailler sereinement dans notre Maison et des conditions que l'on maîtrise. Ce n'est franchement pas plus mal ainsi. Moi cela me va très bien. » En lieu et place des trois matchs initialement prévus, les Bleues vont multiplier les entraînements à Créteil. « Même si l'on ne va pas inventer des choses parce que l'on a plus de temps, nous allons en revanche pouvoir plus perfectionner nos situations, en discuter et se bonifier, ajoute le sélectionneur national. À partir d'une implication totale des filles, nous serons au moins autant préparés qu'avec des matchs. »

Krumbholz : « Les internationales arrivent un peu fatiguées »

Au total, les Bleues auront droit à treize séances d'entraînement avant de rallier le Danemark et Olivier Krumbholz compte sur une certaine continuité après les matchs disputés en octobre dernier. « Nous avons fait trois matchs consistants lors de la précédente étape il y a deux mois, le groupe est stable et parfaitement capable de faire face à ces contretemps », assure l'entraîneur de la sélection tricolore qui ne cache pas être intéressé par l'organisation d'un match de préparation une fois le groupe arrivé au Danemark le 30 novembre prochain. Un groupe qui pourra compter sur des joueuses en forme et performantes avec leurs clubs, même si cela peut avoir un prix. « Les internationales ont quand même beaucoup joué et arrivent un peu fatiguées. C'est pour cela que cette semaine sans match ne va pas leur faire de mal non plus, résume Olivier Krumbholz. Effectivement nous avons du temps devant nous pour approfondir et peaufiner, et surtout l'idée de disposer d'une semaine sereine. C'est bien d'avoir un break sans déplacement pendant sept jours, se reposer au même endroit chaque soir, bénéficier d'un rythme un peu moins fou et recharger les batteries tout simplement. »

Sajka et Vautier en renfort

Reste que ce début de préparation n'est pas aussi calme qu'Olivier Krumbholz l'aurait voulu. En effet, après avoir dû accepter le forfait d'Allison Pineau, le staff tricolore a constaté qu'Océane Sercien-Ugolin n'a pas rejoint la Maison du Handball en raison d'un récent test positif au coronavirus. La joueuse du Krim Mercator Ljubljana n'a pas pu quitter la Slovénie afin de revenir en France et participer au début de la préparation. Pour pallier cette absence, le staff de l'équipe de France a pris la décision d'appeler Marie-Hélène Sajka. L'arrière droite évoluant à Metz, qui compte deux sélections en Bleu, devrait rallier Créteil dans la journée de mardi et se fondre dans un groupe qui devrait rallier le Danemark avec 20 éléments, sachant que seules seize joueuses peuvent être inscrites avec deux changements possibles à chaque tour, sans compter les éventuels cas de coronavirus détectés qui pourraient permettre des changements supplémentaires. Un autre changement a été officialisé ce mardi avec la Dijonnaise Claire Vautier qui va rejoindre les Bleues à la suite de la rupture du tendon d'Achille subie par Déborah Lassource, qui sera écartée des terrains pour six mois.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.