Affaire des paris : Décision mise en délibéré au 21 novembre

Affaire des paris : Décision mise en délibéré au 21 novembre©Media365

Aurélien CANOT, publié le jeudi 11 octobre 2018 à 12h57

Il faudra attendre le 21 novembre pour connaître la décision de la Cour de cassation dans la fameuse affaire des paris. Ce jeudi, à l'issue de l'audience qui s'est tenue à Paris, la chambre criminelle de la plus haute juridiction pénale en France a en effet mis sa décision en délibéré à cette date du 21 novembre prochain.

Un peu plus tôt, elle avait étudié le pourvoi de onze condamnés, qui avaient saisi la Cour de cassation afin de contester leur condamnation pour escroquerie et ou complicité. Parmi ces onze personnes, figurent cinq joueurs de Montpellier de l'époque Mladen Bojinovic, Dragan Gajic, Samuel Honrubia, Primoz Prost et Issam Tej, tous ex-coéquipiers des frères Karabatic au MHB. Toutefois, Nikola et Luka Karabatic ont, eux, contrairement à leurs anciens partenaires, été définitivement condamnés pour "escroquerie" (ou "complicité d'escroquerie") au détriment de la Française des Jeux.

Les frères Karabatic ont retiré leur pourvoi il y a un an


Les deux internationaux français, au même titre que leurs compagnes, ont en effet retiré leur pourvoi il y a un an après avoir pensé dans un premier temps à contester eux aussi la décision. En février 2017, les deux frères avaient été condamnés à deux mois de prison avec sursis et à 10 000 euros. A noter que l'audience de jeudi s'est uniquement penchée sur les questions de droit pur ainsi que sur la demande de constitution de partie civile du club montpelliérain, cette dernière ayant été jugée irrecevable. Pour rappel, les seize prévenus avaient été poursuivis pour escroquerie et ou complicité d'escroquerie pour leur implication présumée dans des paris sur le match du 12 mai 2012 perdu par Montpellier contre Cesson-Rennes. Des mise s'élevant à plus de 100 000 euros pour certaines et portant sur le résultat de la rencontre à la pause. Les peines allaient de 10 000 euros d'amende avec sursis à quatre mois de prison avec sursis assortis d'une amende de 40 000 euros. Suite de ce feuilleton qui agite le handball français depuis six ans le 21 novembre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.