A l'unisson, les Bleues veulent gagner l'Euro

A l'unisson, les Bleues veulent gagner l'Euro©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mercredi 16 décembre 2020 à 18h27

Ce sera donc France - Croatie vendredi, en demi-finales de l'Euro. Une chance pour les joueuses d'Olivier Krumbholz, qui seront largement favorites alors que la Norvège les attendait au tournant en cas de deuxième place.



La victoire du Danemark face à la Russie, en conclusion du tour principal de l'Euro mardi soir, a sonné comme une bénédiction pour les Bleues. Si les championnes en titre avaient perdu face à la Suède, elles auraient donc été éliminées. Mais elles terminent même premières du groupe et évitent ainsi l'ogre norvégien, qu'elles ne pourront donc retrouver qu'en finale si les deux équipes remportent leur demie (la Norvège affrontera le Danemark). C'est la Croatie qui se dressera vendredi sur la route des filles d'Olivier Krumbholz.

Lacrabere : "Plus personne ne va nous barrer la route"

La gardienne Cléopatre Darleux est contente pour elles (pour L'Equipe) : "C'est bien, je les regarde depuis longtemps, c'est une nation du hand et bien sûr que c'est inattendu. Mais elles sont heureuses quand elles jouent, elles ont le sourire et mettent beaucoup d'énergie. Il y a toujours une surprise en demi-finales et je suis contente que ce soient elles." Mais il y a fort à parier que la satisfaction est avant tout un peu égoïste : impossible de ne pas se réjouir de repousser l'écueil de la Norvège, qui a gagné tous ses matchs par sept buts d'écart au minimum !


"Pour nous, tous les rêves sont permis, confirme d'ailleurs Darleux. Là, il y a beaucoup de joie, mais on veut plus. On ne va pas se satisfaire de ça, on a envie de gagner." "On a déjà réussi notre compétition, estime pour sa part Estelle Nze Minko. C'est beaucoup de joie et de soulagement. L'objectif est d'aller au bout de nous-mêmes, donc désormais c'est gagner la compétition." Même discours, enfin, chez Alexandra Lacrabere : "C'était une erreur de parcours l'an dernier, on est revenues plus fortes. Ça y est, j'ai envie de dire que là, il n'y a plus personne qui va nous barrer la route."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.