Zinedine Zidane (Real Madrid) : " Il y a des choses qui vont changer "

Zinedine Zidane (Real Madrid) : " Il y a des choses qui vont changer "©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le lundi 11 mars 2019 à 20h55

Présenté à la presse ce lundi soir, quelques heures après l'officialisation de son retour sur le banc du Real Madrid, Zinedine Zidane a expliqué les raisons de ce « come-back ». Tout en assurant que des choses changeraient en vue de la saison prochaine, il n'a pas voulu à s'y projeter avant les 11 derniers matchs de Liga à jouer.



Zinedine Zidane, pourquoi avoir répondu favorablement au rappel de Florentino Pérez neuf mois après avoir quitté le Real Madrid ?

Si je suis parti, c'est parce que j'en avais besoin moi-même. L'effectif avait besoin d'un nouvel entraîneur. Je pense qu'il fallait changer, c'était mon opinion. Maintenant, je suis revenu parce que le président m'a appelé. Comme je l'aime beaucoup, le club aussi, je suis revenu. Après huit mois, j'ai à nouveau l'envie d'entraîner, c'est le plus important. En fin de saison dernière, je devais m'en aller, c'était ma décision. C'était la meilleure solution pour tout le monde selon moi.


En quoi était-ce indispensable de partir selon vous ?

Le vestiaire avait besoin de ça. Je ne me suis pas fait plaisir en partant. Après deux ans et demi et avoir gagné beaucoup de choses, il fallait un changement. On a gagné la Ligue des Champions, mais je sais ce qu'il s'est passé. Le quotidien, je sais que ce n'est pas toujours facile. Je pensais que cette décision était la bonne. Ça fait neuf mois que j'étais au repos et je voulais revenir. J'ai eu des propositions ailleurs, mais je n'en avais pas envie, je voulais revenir ici. Préparer la saison prochaine, ça se fait avec ce qu'il reste de celle en cours.

Zidane : « Quand le président m'a appelé, je ne pouvais pas lui dire non »

Par quel sentiment êtes-vous animé au moment de revenir ?

Comme tous les gens qui sont ici, on aime beaucoup ce club. J'aime le football, j'ai joué avec ce maillot et cet écusson, j'ai gagné beaucoup de choses. Mais je ne suis qu'une personne de plus dans ce club. Je n'ai pas oublié ce qu'on a gagné, je n'ai pas oublié nos échecs et nos erreurs. On a perdu la Liga très vite la saison dernière, la Coupe aussi. Je sais très bien où je me trouve. La vie, c'est comme ça, il y a des bonnes choses et des mauvaises. Mon ambition, l'amour que j'ai pour ce club au plus profond de moi, personne ne va me l'enlever. C'est ce que j'ai à l'intérieur de moi qui m'incite à revenir.

Est-ce vrai que vous avez hésité quand Florentino Pérez vous a appelé ?

Quand j'entends tout ce qu'il se dit... Je ne parle pas beaucoup. Depuis neuf mois que je suis parti de ce club, je n'ai pas fait une seule interview. Ce que je peux dire, c'est quand le président m'a appelé, je ne pouvais pas lui dire non. Surtout après ce qu'il s'est passé. Après avoir beaucoup gagné, c'est normal d'avoir une baisse de forme. Je l'ai vu de dehors, mais je le vivais de l'intérieur et je n'étais pas content de voir mes joueurs jouer de cette façon, de voir comment ça se passait. Il faut voir ce qu'il nous reste à faire pour les 11 prochains matchs et surtout travailler pour l'avenir.

Zidane : « Je suis très content de revenir, même si ça dérange beaucoup de monde »

Avez-vous déjà discuté de la saison prochaine avec votre président ?

Il y a des choses qui vont changer, elles doivent changer pour la saison prochaine. L'important, c'est que je suis revenu, nous avons le temps de parler de ce qu'il sera possible de faire pour la saison prochaine. Il reste 11 matchs aujourd'hui et nous voulons bien finir la saison.

Avez-vous déjà des noms en tête pour remplacer Cristiano Ronaldo ?

Tu sais ce qu'était Cristiano pour le club, il en a fait l'histoire, personne ne va lui enlever. Ça a été l'un des meilleurs, mais ce n'est pas le sujet aujourd'hui.

Comment avez-vous occupé les neuf derniers mois ? Avez-vous pris le temps de vous reposer ?

C'est exactement ça. C'étaient neuf mois où j'ai vécu ici à Madrid, j'ai eu le temps de recharger les batteries et je suis à nouveau prêt pour vivre une nouvelle fois l'expérience d'entraîner le Real Madrid. Je suis très content ici et de revenir dans ce grand club, même si ça dérange beaucoup de monde (sourire).

Zidane : « Si je pensais au fait de remettre ça en cause, je ne viendrais pas »

Que devez-vous changer pour relancer cette équipe selon vous ?

A partir de demain, nous verrons. Moi ce que je veux, c'est être avec les joueurs. J'ai vu toute la saison, je suis même venu au stade quelques fois. Les joueurs sont les premiers à savoir que c'est une saison difficile. On ne peut pas toujours bien faire les choses, gagner. Le football est ainsi. Parfois il faut accepter le changement. Lorsque tu es tout en haut, il faut savoir que des choses mauvaises peuvent arriver. L'équipe est un peu moins bien. Le vivre de l'extérieur, c'était un peu difficile parfois. Mais maintenant je veux être avec les joueurs, travailler pour être de nouveau compétitifs.

Ne craignez-vous pas de prendre le risque de gâcher tout ce que vous aviez réussi en revenant au Real ?

Si je pensais au fait de remettre ça en cause, je ne viendrais pas. Mais je ne pense pas comme ça, je ne l'ai jamais fait. Je suis ce que mon cœur me dit. La seule chose qui m'anime, c'est que j'ai envie. Il y a peut-être trois ou quatre mois, je ne serais pas revenu. C'est peut-être le moment. Il y a cette opportunité de revenir, je le fais, avec beaucoup d'envie.

N'est-ce pas un défi encore plus grand que la première fois ?

Bien sûr que c'est un plus gros défi, forcément. Il y autre chose, ça va plus loin que le simple fait de revenir. Je suis animé par autre chose, c'est un deuxième projet qui se met en place pour moi, pour les joueurs, pour le club et les supporters. Je vais essayer de relever le défi, parce que j'en ai profondément envie.

Zidane : « Entraîner, c'est bien, mais entraîner le Real Madrid, c'est autre chose »

Qu'aviez-vous fait de mal comme entraîneur ?

Beaucoup de choses. Par exemple la saison passée, on a gagné la Ligue des Champions, très bien. Mais se faire éliminer de la Coupe, c'était très difficile. Commencer la Liga ainsi, ce n'était pas bien. Je ne veux pas rejeter la faute sur n'importe qui. Les entraîneurs qui sont venus ici, (Julen) Lopetegui ou (Santiago) Solari, ont fait du mieux possible pour ce club. Je ne vais pas parler ce qu'il s'est passé. Maintenant il faut regarder de l'avant et envisager ce que nous voulons faire tous ensemble.

N'avez-vous pas peur que les supporters vous en veuillent d'être parti dans la précipitation ?

Les gens ont le droit de penser ce qu'ils veulent. Le plus important, c'est de faire les choses comme on les sent. Je sentais le besoin de faire ainsi. Lorsque je prends une décision comme ça, ce n'est pas seulement personnel. Autour il y a beaucoup de choses. Ce club est très important, il faut penser à tout le monde. Entraîner, c'est bien, mais entraîner le Real Madrid, c'est autre chose. Je peux le dire parce que je l'ai vécu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.