Le Barça justifie ses échecs

Le Barça justifie ses échecs©Media365
A lire aussi

Julien Pereira, publié le samedi 02 septembre 2017 à 14h07

Robert Fernandez, secrétaire technique du FC Barcelone, et Albert Soler, le directeur des sports du club, ont tenté de justifier leurs échecs lors du Mercato estival, au cours d'une conférence de presse exceptionnelle.

Pour Verratti, l'effort a été fait

Dès l'ouverture du marché des transferts, le Barça s'est considérablement rapproché de Marco Verratti. Après avoir changé d'agent, l'Italien a finalement choisi de rester au Paris Saint-Germain. Cette volte-face doit-elle être imputée au manque de conviction des dirigeants catalans ? Impossible, selon Robert Fernandez.

« Dire que nous n'avons pas tenté de faire venir Verratti est faux. J'ai même parlé personnellement à Unai Emery et il sait que Marco est un joueur que nous voulions. »

Neymar, unique responsable de la zizanie

Après avoir digéré le départ de Neymar, une grande partie des socios barcelonais a ensuite pointé du doigt les dirigeants du club, notamment pour son absence de plan de secours et son manque de réactivité. Mais Soler a botté en touche.

« Nous nous sommes réunis lorsque Neymar nous a officiellement communiqués qu'il s'en allait. Les rumeurs ont débuté à la fin du mois du juillet. Le président et moi n'avons reçu aucune information à ce sujet. Nous nous sommes donc attardés sur ce sujet à partir du moment où le joueur a fait part de sa volonté. Qu'il l'ait prise le 19 ou le 25 juillet, si le joueur a pris la décision de partir, il en est l'unique responsable. Si elle a été prise avant, nous n'étions pas au courant. »

Coutinho ? De la « barbarie »

Il devait être le successeur de Neymar. Il n'est finalement jamais arrivé à Barcelone. Malgré des semaines de négociations, Philippe Coutinho est resté à Liverpool, qui a élevé les exigences pour son joueur.

« Vendredi, après des semaines de négociations et d'offres, Liverpool a fixé un prix à un joueur que nous voulions. Un prix équivalent à 200 millions d'euros. Nous avons refusé de faire une offre à cette hauteur. Cela est un preuve la nouvelle forme prise par le football. Le FC Barcelone n'entrera pas dans ce jeu-là. Nous souhaitons que les organismes internationaux se penchent sur ce phénomène. »

Íñigo Martínez et Seri n'étaient pas utiles

Le Barça semblait avoir besoin de joueurs capables de renforcer la défense et/ou le milieu de terrain. Íñigo Martínez, cadre polyvalent de la Real Sociedad, et Jean-Michaël Seri, maître à jouer de l'OGC Nice, avaient tout de recrues idéales. Les deux cibles ont finalement été abandonnées. Mais Robert Fernandez les a finalement rangées au placard.

« Íñigo et Seri sont deux joueurs que nous avons appréciés à certains moments, comme beaucoup d'autres. Mais nous avons bien analysé ce que nous avions dans l'équipe, nous avons décidé qu'il était préférable de ne pas aller plus loin. »

La prolongation de Messi n'est toujours pas bouclée

Annoncée au début du mois de juillet, la prolongation de contrat de Lionel Messi s'éternise. Et commence même à inquiéter les socios. Mais pas Soler.

« Quand un club annonce un accord, cela veut dire qu'il a été validé par les deux parties. La seule manquante est l'acte protocolaire de cette validation. Un club comme le nôtre ne peut annoncer un accord en se jetant à l'eau », a dit Soler.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU