Alors que son transfert était bouclé, le gardien du Sporting décide... de rompre son contrat !

Alors que son transfert était bouclé, le gardien du Sporting décide... de rompre son contrat !©Media365
A lire aussi

Julien Pereira, publié le vendredi 01 juin 2018 à 16h06

Rui Patricio, portier du Sporting Portugal, a décidé de réclamer la résiliation de son contrat. Son transfert vers Wolverhampton, pour environ 20 millions d'euros, semblait pourtant bouclé.

C'est le dernier épisode de l'incroyable série d'évènements sportifs et extra-sportifs qui ont pourri la fin de saison du Sporting Portugal. Rui Patricio, gardien de but historique du club et dernier rempart de la sélection portugaise, a, à la surprise générale, réclamé la résiliation de son contrat. Il était, pourtant, sur le point de s'engager avec Wolverhampton, faisant l'objet d'un transfert classique.

Rui Patricio accuse son président...


Mais le portier, dont la carrière est gérée par le surpuissant agent Jorge Mendes, a choisi de rompre son contrat unilatéralement, justifiant son choix dans des documents transmis à sa direction, que le quotidien sportif O Jogo a pu consulter. « Une succession de faits graves », qui l'ont « fait craindre pour son intégrité physique et pour sa vie », l'ont poussé à prendre cette décision. Il y a plusieurs semaines, des supporters du SCP avaient envahi l'Académie pour s'en prendre physiquement aux joueurs.

...et son président accuse Jorge Mendes


Le joueur de 30 ans a aussi pointé du doigt l'attitude de son président, contre lequel il avait entamé une fronde au soir du quart de finale de Ligue Europa face à l'Atlético de Madrid. « En janvier, le président a commencé à exercer une pression inacceptable sur tous les joueurs de l'équipe », a-t-il écrit. Son président, Bruno De Carvalho espère toujours que le gardien de but se rétracte. Le dirigeant accuse Jorge Mendes de manipulation. Mais il aurait aussi bloqué le transfert de Rui Patricio à Wolverhampton, qui semblait bouclé pour un montant avoisinant les 18 millions d'euros, après avoir refusé de payer les 7 millions d'euros réclamés par l'agent dans cette transaction.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.