Akanji débarque au Borussia

Akanji débarque au Borussia©Media365

Rédaction , publié le lundi 15 janvier 2018 à 14h48

Comme attendu, le Borussia Dortmund a officialisé ce lundi l'arrivée de Manuel Akanji, en provenance du FC Bâle. Le défenseur s'est engagé jusqu'en 2022.

Le Borussia Dortmund pourrait laisser filer son buteur mais il a d'abord choisi de se renforcer en défense. Ce lundi, et comme la presse allemande l'annonce depuis plusieurs semaines, le club de la Ruhr a officialisé l'arrivée du défenseur du FC Bâle, Manuel Akanji. Les Borussen n'ont pas publié le montant de la transaction, mais Sport Bild évoquait ce dimanche une somme avoisinant les 21 millions d'euros. « J'ai eu un bon feeling avec les dirigeants. C'était donc une décision facile. Et j'ai toujours aimé le football pratiqué ici », a confié l'international suisse, qui a paraphé un contrat de quatre ans et demi.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Akanji débarque au Borussia
  • Il est intéressant de noter, que lors de l'Euro 2016 Parmi les 23 footballeurs allemands 10 sont des enfants d’immigrés : Jérôme Boateng, Emre Can, Jonas Hector, Shkodran Mustafi, Antonio Rüdiger, Sami Khedira, Mesut Özil, Lukas Podolski, Mario Gómez et Leroy Sané.

    bonjour Castel
    j'étais loin du compte en effet puisque j'avais oublié Hector , Khedira , Podolski
    j'ai un doute sur Gomez : est il allemand.......souviens toi, l'autre avait écrit que le dernier grand avant centre allemand du Bayern fut Klose
    pense tu que l'autre avait oublié sciemment Gomez parce qu'il est d'origine espagnole? ce n'est pas son genre....

    de tous ceux que vous citez, seuls 2 ou 3 ont les deux parents étrangers, tous les autres ont un parent allemand, contrairement à ceux de l'edf. Hector est sarrois pure souche, et de toutes façons sans les blessures, une grande partie n'aurait pas participé à l'euro, Löw leur préférant Reus, Schmelzer, les frères Bender, sa plus grosse erreur, prendre un seul attaquant de pointe, avec Stindl ou Kruse, ils passaient

    flammekueche : Khedira , Boateng , Mustafi, Podolski , Ozil étaient au mondial 2014.........
    n'en déplaise aux supporters de l'équipe d'Allemagne refusant la réalité des faits , la Mannshaft continuera dans les prochaines années à se diversifier puisque telle est la volonté de la fédé après la crise profonde de la fin des années 90 ,
    la fédé allemande s'est inspirée de la formation française et depuis une quinzaine d'années , elle a ouvert l'accès aux sélections de jeunes aux allemands d'origine étrangère , au lieu de les laisser partir vers d'autres sélections
    comme par hasard ,cette politique d'ouverture paie .......

    J'apporte une précision en ce qui concerne le foot en Allemagne. Le flux de migrants qui a déferlé en Allemagne, à fait que parmi eux (qui aiment le foot) il y en a plus de quarante milles qui ont pris une licence dans des clubs. Il n'est pas interdit de penser, que d'ici quelques années nous retrouvions des enfants de ces migrants en Bundesliga.

    je ne pense pas que la France puisse inspirer quoique se soit dans le monde, les footballeurs de l'edf sont issus de la racaille des quartiers créés par De Gaulle et ses successeurs; Outre Rhin, le mot intégration a vraiment un sens, et ils ne viennent pas au foot car c'est leur seule sortie. Un père de famille entre parenthèse normale en France ne met pas son fils dans un centre de formation d'ou dans quelques années il ressortira peut-être avec rien en poche, tandis que l'autre, si ça ne se passe pas comme prévu retournera dans son quartier faire les 400 coups

    Au niveau football, l'intégration a un rôle très important. Tant en France, qu'en Allemagne et autres pays dans le monde. Vous dites qu'ils ne viennent pas au foot car c'est leur seule sortie! Pour tenter de trouver plus de supporters sur tous les continents et accroître ses revenus en sponsoring, le Bayern commence toutefois à chercher de plus en plus de jeunes étrangers à former. Depuis 2009, le club organise chaque année un camp pour débusquer des jeunes prometteurs. En août 2011, 52 garçons et filles provenant de 16 pays différents.
    Vous pensez réellement, qu' un père de famille "normal" si un de ses enfants a des aptitudes sportives indéniables ne le fera pas intégrer un sport études! De plus si en France nous avons des sportifs, sportives de haut niveau à la peau sombre, il ne faut pas oublier que beaucoup sont " Martiniquais, Guadeloupéens, Réunionnais, donc Français.

    j'apprends que les joueurs de l"équipe de France sont des racailles venues des quartiers
    ou bien que les club allemands n'auraient pas de centre de formation..........
    pas mal pour commencer la journée

  • et l'autre qui balance encore une petite salo--- à 2 euros
    c'est surprenant il ne dit jamais rien des origines des footeux allemands , les Boateng , Mustafi, Ozil , Ter Stegen , Wagner , Can, Younes , Rudiger ,Sané ,Gundocan ,Bellarabi et d'autres qui arrivent

    Il écrivait il n'y a pas longtemps, qu'en Bundesliga il y avait 800 joueurs professionnels. D'après un article parut en 2016, il y aurait 50 % de joueurs étrangers dans ce championnat.

    dont 25 français
    sur 400 allemands combien de " morceaux rapportés " comme il écrit si mal...........?

    avatar
    david6857  (privé) -

    Patval et casteljaloux bonjour à vous
    On va attendre la réaction du spécialiste du football allemand

    bonsoir David , il sortira les mêmes conneries

    au fait , j'étais comme prévu à Saint Brieuc hier
    je ne l'ai pas vu
    pas étonnant

    Le Frottmaning s'est même essayé au commentaire sur Bolt - en bon défenseur de son chéri Donald Drumpf , le génie !

    j'ai vu
    du grand frottmann.............
    d'ailleurs , aussitôt diffusé , aussitôt effacé
    il suite à fond les consignes de la cellule locale du parti : pas de traces