Ligue Europa - OM : La fin des rêves pour Dimitri Payet

Ligue Europa - OM : La fin des rêves pour Dimitri Payet©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mercredi 16 mai 2018 à 21h50

Après avoir rechuté de sa blessure à une cuisse, Dimitri Payet est sorti en larmes pendant la finale de la Ligue Europa mercredi. Un déchirement de ne pas pouvoir aider l'OM et de renoncer probablement à ses derniers espoirs de disputer la Coupe du Monde avec les Bleus.

Le Parc OL a comme frémi quand Maxime Lopez est parti à l'échauffement mercredi. Puis tout le monde a compris lorsque Rudi Garcia l'a rappelé dans l'urgence, juste après l'avoir envoyé courir vers le virage des supporters marseillais. Il n'y avait pourtant rien de perceptible dans la démarche de Dimitri Payet, pas de gêne apparente. Mais le capitaine de l'OM ne pouvait plus continuer. Il a fini par s'effondrer et il s'est remonté le maillot pour cacher au mieux un visage en larmes. Peine perdue... Le tableau d'affichage indiquait que le match avait débuté depuis à peine plus d'une demi-heure que le Réunionnais s'est retrouvé contraint de quitter ses coéquipiers en finale de Ligue Europa contre l'Atlético Madrid. Il n'y avait ainsi pas de bluff, pas de double jeu dans les déclarations de Payet, qui n'était pas aussi optimiste que son coach ces derniers jours.

Payet était bouillant depuis deux mois


S'il avait fait le déplacement à Guingamp pour le match de L1 vendredi dernier (3-3), il en avait finalement été ménagé au dernier moment en raison d'une douleur à la cuisse. Depuis, l'ancien Nantais, Lillois et Stéphanois avait multiplié les soins pour être prêt à temps. « Ça va mieux, beaucoup mieux même, je pense être apte », avait-il lancé en conférence de presse mardi. Mais la méthode Coué, validée par un ultime test effectué ce mercredi matin, a touché ses limites. Tellement cruel pour celui qui portait l'OM depuis deux mois, avec ses 5 buts et 11 passes décisives toutes compétitions confondues. Si Marseille avait gagné le droit de disputer cette finale, le club phocéen le devait en grande partie à Payet, en pleine bourre. « C'est vrai que je suis en forme depuis 2018, avait-il souri mardi. Je suis mieux physiquement, sans blessure, donc c'est plus facile de retrouver son niveau quand on enchaîne les matchs. »

Une passe quasi-décisive pour Germain


A tel point que l'hypothèse de son retour dans le groupe France, après deux rassemblements manqués, juste à temps pour disputer la prochaine Coupe du Monde en Russie. A la veille de la communication de la liste des 23 par Didier Deschamps, Payet avait forcément cette échéance dans un coin de la tête. Homme fort du premier tour à l'Euro 2016, le natif de Saint-Pierre pouvait espérer que ses états de service en sélection et un dernier gros match contre un adversaire du calibre de l'Atlético puisse faire pencher la balance en sa faveur. Son début de match était d'ailleurs dans le bon ton, avec une passe qui aurait dû être décisive pour Valère Germain (4eme). Mais il avait progressivement disparu de la circulation, en partie à cause de son état physique, certainement. Son rêve d'être le héros marseillais de la soirée et celui de voir la Russie en juin prochain se sont envolés en même temps. A coup sûr, Payet ne méritait pas ça, après avoir réussi à se relever d'un début de saison compliqué par des pépins physiques. Mais si le football récompensait toujours le mérite, ça se saurait.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.