Ligue Europa - OL : Memphis, un cas épineux pour Genesio

Ligue Europa - OL : Memphis, un cas épineux pour Genesio©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le jeudi 28 septembre 2017 à 09h35

En huit mois à l'OL, Memphis Depay a vu sa cote plonger semaine après semaine. Elle a atteint son plus bas niveau le week-end dernier, quand il s'est retrouvé en marge du groupe lyonnais pour la réception de Dijon en L1 (3-3). La conséquence d'un début de saison mitigé, pour ne pas dire décevant.

Quand l'OL avait réalisé son match-référence au Parc des Princes contre le PSG (2-0), l'international néerlandais avait encore tout fait à l'envers. Sans sauver son match d'un but ou d'une passe décisive, ce qu'il fait régulièrement (6 réalisations et 11 offrandes en 23 apparitions en L1). A force d'accumuler les sorties indignes du statut offert à son arrivée, il devait bien finir par le payer. « Quand un joueur n'est pas dans le groupe, ce n'est jamais une sanction, a assuré Bruno Genesio mercredi en conférence de presse à la veille de la réception de l'Atalanta Bergame jeudi en Ligue Europa (21h05). On n'est pas à l'école et j'ai face à moi des joueurs responsables. Je suis suffisamment proche de mes joueurs pour ne pas les laisser de côté. »
Genesio était « fan » du joueur en janvier
Convoqué pour le deuxième match européen de la saison lyonnaise, Depay devrait débuter ce match sur le banc. Son suppléant, Houssem Aouar, a donné contre le DFCO toutes les raisons à Genesio de le maintenir dans le onze et l'entraîneur de l'OL devrait s'exécuter, à en croire la mise en place tactique. Un vrai chamboulement à Lyon, où le joueur formé au PSV Eindhoven a longtemps bénéficié d'une sorte d'immunité, réelle ou supposée. D'abord parce que le coach des Gones était un « fan » assumé de Depay avant sa signature en janvier. « C'est un joueur complet, puissant et percutant. (...) Il faudrait le recruter le plus vite possible. (...) C'est un joueur encore jeune qui a un potentiel énorme. » Ensuite parce que le natif de Moordrecht a réussi des débuts séduisants entre Rhône et Saône (5 buts et 3 passes décisives sur ses 9 premières rencontres), avant de rentrer dans le rang. Les chiffres (1 réalisation et 3 offrandes en L1 en 2017-18) ne suffisent plus à masquer un apport insuffisant dans le jeu pour un joueur armé d'une telle réputation.
Le plus gros achat depuis Gourcuff
Depuis le début de la saison, Depay a toujours les mêmes qualités -sa faculté à être décisif sur un geste ou son inaltérable confiance en lui- et les mêmes défauts, qui sont plus nombreux : son déchet technique, son manque de travail défensif, sa nonchalance, sa tendance à sortir d'un match. Mais il n'est pas si facile de mettre un élément comme lui au ban. Même s'il n'a que 23 ans, il dispose d'un CV à faire pâlir d'envie tous ses voisins de vestiaire. Il est aussi un vrai de choix de Genesio, qui avait fait de sa venue « une priorité » l'hiver dernier. Se déjuger ainsi n'est pas si facile. Surtout que Jean-Michel Aulas a investi lourdement pour s'attacher les services de Depay. Sortir 16 millions d'euros pour un joueur, le président de l'OL ne l'avait plus fait depuis l'été 2010 et le transfert de Yoann Gourcuff en provenance de Bordeaux. Un mauvais souvenir, comme d'autres gros achats dans l'histoire du club rhodanien, Kader Keita et Aly Cissokho en tête.
« Je n'ai reçu aucune pression de ma direction, c'est archi-faux »
« JMA » ne veut pas d'un nouveau flop, mauvais pour son image de parfait gestionnaire de son « club-entreprise ». Selon SFR Sport, le boss se serait même étonné de voir Depay écarté samedi dernier et aurait mis la pression à son entraîneur. « Pour Memphis, je n'ai reçu aucune pression de ma direction, c'est archi-faux, a lancé Genesio mercredi. Tous mes joueurs sont susceptibles d'être titulaires, remplaçants ou en tribunes. Et pour ma part, je n'ai aucune pression de qui que ce soit pour couper court aux fameuses rumeurs. » Il n'empêche que l'entraîneur lyonnais marche sur des œufs avec un joueur qu'il doit relancer, tout en ayant une exigence de résultats à court terme après trois matchs sans succès toutes compétitions confondues et des jeunes sous la main qui poussent pour davantage de temps de jeu (Maxwel Cornet, Aouar). Le tout avec un Depay au caractère bien trempé, qui n'aurait que peu goûté sa mise à l'écart et serait prêt à répondre dès jeudi. Tant que c'est sur le terrain, tout ira bien. Dans le cas contraire, Genesio et l'OL pourraient le payer cher. Au sens figuré, cette fois.

 
2 commentaires - Ligue Europa - OL : Memphis, un cas épineux pour Genesio
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]