Ligue Europa - Nice : Rien ne va en L1, et si c'était un mal pour un bien ?

Ligue Europa - Nice : Rien ne va en L1, et si c'était un mal pour un bien ?©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le jeudi 02 novembre 2017 à 08h59

17eme en championnat après quatre défaites de rang, Nice retrouvera jeudi la Ligue Europa avec un déplacement chez la Lazio Rome (21h05). Une compétition sur laquelle les Aiglons doivent compter pour sauver leur saison, comme les Coupes nationales. Peut-être bien pour le meilleur.

Il y a cette fâcheuse tendance chez les clubs français à privilégier le championnat par rapport à la Ligue Europa, à jouer les matchs de semaine avec une équipe remaniée et sans grande envie pour garder un maximum de force en vue des joutes domestiques. Et si Nice prenait le contre-pied ? Et si le Gym, de par les circonstances autant que par envie, misait tout sur l'Europe et les Coupes nationales pour ne pas jeter une saison mal embarquée ? Il n'est pas interdit de le penser avant le déplacement des Aiglons à Rome pour y affronter la Lazio Rome jeudi en Ligue Europa (21h05). Ramener au moins un point d'un Stadio Olimpico qui sonnera creux (18 000 spectateurs maximum attendus) serait une excellente affaire dans la course à la qualification pour les 16emes de finale de la Ligue Europa. Lucien Favre en est bien conscient. « Il faut faire un bon match, une bonne performance, a lâché l'entraîneur niçois mercredi en conférence de presse. C'est la volonté de tout le monde. C'est la Coupe d'Europe et, de toute façon, il ne faut jamais balancer un match. »
Pas à s'inquiéter pour le maintien
Pas même quand on est 17eme de L1, à égalité de points avec le barragiste, après quatre défaites de suite en championnat et avant de recevoir dimanche Dijon, qui se situe dans la même zone au classement (14eme avec deux points d'avance). Surtout pas, serait-on tenté de dire. Parce que Nice a trop de talent, un effectif trop profond et un coach trop intelligent pour risquer réellement sa peau en L1 cette saison. Une fois que l'infirmerie sera vidée et que la réussite aura tourné, le maintien ne sera qu'une formalité. En revanche, il faut déjà tirer une croix sur un deuxième podium de suite, voire même sur le Top 4 accroché il y a deux ans. Miser tout sur la Ligue Europa relève dès lors du bon sens, tant elle est un moyen de sauver les apparences, et plus si affinités. « Le contexte est différent, a soufflé Favre. On sort un peu du championnat pour y revenir rapidement dimanche. On a fait 6 points en Europe, il faut continuer, parce que ça va être serré jusqu'au bout. On a déjà un petit acquis, mais il ne faut pas se reposer dessus. Il faudra vraiment être très bon et tout donner, parce qu'en face, on va retrouver une très belle équipe. »
Des Coupes nationales mal gérées depuis une décennie
L'objectif, c'est d'en croiser d'encore plus belles d'ici la fin de la saison, en seizièmes, en huitièmes, voire mieux. Les épopées européennes de Nice, elles se comptent sur les doigts d'une main depuis vingt ans. Son dernier huitième de finale date de 1998 en Coupe des Coupes, ses deux seuls quarts remontent aux années 60. Pour faire avaler aux supporters la pilule d'une saison noire en L1, l'Europe est un excellent substitut. Il y a aussi les Coupes nationales, qui tournent régulièrement au fiasco pour l'OGCN depuis une dizaine d'années et une finale de Coupe de la Ligue perdue contre Nancy en 2006. La saison passée, les Aiglons avaient même été éliminés des deux dès leur entrée en lice. Un classique pour un club qui n'a plus passé un premier tour de Coupe de France depuis trois ans. Habitués au caviar en championnat, les Niçois signeraient certainement pour vivre des émotions dans d'autres compétitions cette saison. C'est un moyen tout trouvé pour se faire pardonner. Une perche à saisir sans hésiter.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU