Ligue Europa - Nice : Prolonger le rêve européen, c'est continuer de grandir pour le Gym

Ligue Europa - Nice : Prolonger le rêve européen, c'est continuer de grandir pour le Gym©Media365

Geoffrey Steines, publié le jeudi 15 février 2018 à 08h48

Pour la première fois depuis 1960, Nice est encore engagé dans une Coupe d'Europe en février (16eme de finale de Ligue Europa contre le Lokomotiv Moscou). Un événement historique pour le club et une occasion unique de grandir pour un groupe très jeune.

C'est dans l'inconnu que plonge l'OGC Nice. Un 16eme de finale de Ligue Europa, ce n'est pas grand-chose pour l'immense majorité des clubs encore engagés dans la compétition cette saison, à commencer par Lyon et Marseille, les deux autres représentants français à ce stade. Mais pour le Gym, ça veut dire beaucoup. C'est la récompense de sa progression constante depuis le début des années 2010 et de son incontestable retour au premier plan, dans la foulée de son premier podium dans l'élite française depuis 1976. Un printemps européen, même si le printemps n'a pas encore officiellement commencé, les Aiglons n'en avaient plus vécu depuis 1960. A l'époque, ils avaient pris une leçon du Real Madrid en quarts de finale de la Coupe d'Europe des Clubs Champions (6-3 sur l'ensemble des deux matchs), comme trois ans plus tôt au même stade (6-2). C'était le temps où Nice était un poids lourd du football français.Le Lokomotiv, c'est du lourdEt depuis ? Rien ou presque sur la scène européenne, en dehors d'un 8eme de finale de Coupe UEFA face à Cologne en 1973 après avoir sorti le Barça et un 8eme de finale de Coupe des Coupes perdu aux buts à l'extérieur contre le Slavia Prague en 1997. Un néant qui fait de la réception du Lokomotiv Moscou jeudi (19h00) un moment à part dans l'histoire de Nice. « C'est clair qu'un 16eme de finale de Coupe d'Europe, c'est spécial, a reconnu Lucien Favre mercredi en conférence de presse. C'est bien pour le club d'être là, au milieu de grosses cylindrées, avec la perspective de continuer. » Franchir l'obstacle dressé par le leader du championnat russe, avec déjà huit points d'avance sur le Zénit Saint-Pétersbourg et le Spartak Moscou, ne sera pas une mince affaire. Le Loko est certes en pleine trêve hivernale depuis le 11 décembre, mais il n'a perdu qu'un seul de ses dix derniers matchs officiels. « Ils ont fait une longue pause, mais ils ont disputé 8 matchs amicaux et utilisé 14 joueurs, a analysé Favre. (...) Ce ne sont pas des matchs à enjeu, mais ils se sont bien préparés. »Deux fois moins de matchs européens pour Nice que pour le LokoLe Lokomotiv et ses anciens de L1 (Eder, Maciej Rybus, Nemanja Pejcinovic), ce sera un excellent test pour la jeune équipe niçoise. Surtout que l'expérience de ce groupe dont la moyenne d'âge n'atteint même pas les 24 ans est extrêmement limitée (248 matchs européens disputés au total, contre 465 pour le Lokomotiv, à titre de comparaison). Nombreux seront les joueurs à découvrir un tel niveau de compétition, à l'instar de Jean-Victor Makengo, qui a fait part de son excitation sur le site officiel de Nice. « C'est un gros match, un grand match, a lancé le milieu de 19 ans arrivé de Caen l'été dernier. La motivation, elle est là. Comme toujours, mais peut-être un peu plus, car c'est quelque chose d'exceptionnel. Une double confrontation à élimination directe, sur format aller-retour, c'est encore différent des poules : tu n'as pas le droit à l'erreur et c'est encore plus stimulant. » Aborder une première manche à domicile n'est jamais simple.Favre : « Ça ne tient à rien »Alors Favre a un discours bien rodé pour ses jeunes ouailles. « Il faudra une grosse efficacité et une grosse concentration pendant les 95 minutes, parce que ça ne tient à rien. S'il y a une occasion, la tenter à 100 %, très bien défendre, ne pas encaisser de buts à la maison, si c'est possible, car ça compte double. C'est l'efficacité qui comptera. Et la patience. » Des vertus cardinales pour aller loin dans une compétition européenne et pour se frayer un chemin jusqu'au très haut niveau, comme si Favre leur donnait un cours magistral de la marche à suivre pour la suite de leur carrière. Tant individuellement que collectivement, les Niçois ont tout intérêt à faire en sorte de prolonger l'aventure le plus longtemps possible. Débarrassés des deux Coupes nationales, coincés dans le ventre mou en L1 après trois défaites de rang, ils doivent faire de cette Ligue Europa un terrain de jeu idéal pour continuer à apprendre. Un terrain que les Niçois sont loin d'être certains de retrouver la saison prochaine, ou la suivante, ou encore la suivante, etc. Alors autant faire durer le plaisir au maximum.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Ligue Europa - Nice : Prolonger le rêve européen, c'est continuer de grandir pour le Gym