Ligue Europa - Marseille : Privé de Sakai, l'OM peut compter sur Bouna Sarr

Ligue Europa - Marseille : Privé de Sakai, l'OM peut compter sur Bouna Sarr©Media365

Maxence Dourlen, publié le mercredi 25 avril 2018 à 09h17

Absent pour trois semaines au minimum, Hiroki Sakai devrait être remplacé au pied levé par Bouna Sarr lors de la demi-finale aller de Ligue Europa face à Salzbourg, ce jeudi (21h05). Impensable en début de saison, cette hypothèse est désormais plus que logique. Reconverti latéral droit, l'ancien messin s'affirme et a l'occasion de se montrer lors d'un grand rendez-vous. Avec une petite idée derrière la tête...

Cette saison, les bonnes surprises sont nombreuses du côté de Marseille. Le recrutement judicieux de Luiz Gustavo, la saison stratosphérique de Florian Thauvin ou encore le retour de Lucas Ocampos, les satisfactions ne manquent pas. Et pourtant, un autre joueur, inattendu, pourrait être consacré comme étant LA surprise de la saison : Bouna Sarr. Offensif mais loin d'être décisif, l'ancien joueur du FC Metz a pourtant connu des premiers mois compliqués à Marseille avant de s'affirmer au poste... d'arrière droit. Hypothèse inconcevable si l'on remonte un peu plus d'un an en arrière. Sous la houlette de Franck Passi, le joueur de 26 ans se montrait plus que maladroit pour sa première dans un rôle peu habituel pour lui. Face à Rennes, le natif de Lyon avait littéralement pris l'eau en fin de match. Le résultat ? Une défaite des Phocéens (3-2) et des supporters totalement désabusés... Depuis, Sarr a fait taire tout ce petit monde pour devenir l'une des valeurs sûres de la formation de Rudi Garcia. Une meilleure hygiène de vie accompagnée d'un zeste de travail supplémentaire et le Sarr nouveau est né.Un apprentissage difficile, des qualités indéniablesLoin d'être transcendant lors de ses premiers pas sous le maillot olympien, Bouna Sarr n'a jamais vraiment été adopté par l'Orange Vélodrome lors de ses deux premières saisons. Auteur de deux petits buts en championnat en 2015-16 (25 matchs) et de zéro la saison passée (26 matchs), le Franco-Guinéen a clairement affiché ses limites en termes de statistiques. Souvent maladroit dans le dernier geste, l'ex-Grenat a dû se rendre à l'évidence et se poser une question toute simple : est-ce réellement mon poste de prédilection ? Définitivement replacé latéral droit cette saison, le numéro 17 de l'OM réalise certainement le meilleur exercice de sa carrière. Passeur décisif sur le premier but lors du carton de samedi dernier contre Lille (5-1, 34eme journée de Ligue 1), Sarr a fait étalage de ses qualités. Vitesse, explosivité et percussion, le défenseur marseillais se régale. En partant de plus loin, celui qui est sous contrat jusqu'en juin 2020 amène régulièrement le surnombre pour libérer des espaces pour Florian Thauvin ou encore Dimitri Payet.Plus à l'aise dans une défense à cinq ?Parfois déstabilisé lorsqu'il évolue dans une défense à quatre, Bouna Sarr s'est révélé lors de la double confrontation face à Leipzig en quarts de finale de la Ligue Europa. Face à la cascade de blessures qui a décimé l'arrière-garde marseillaise (Rami, Rolando, Sakai au match aller...), Rudi Garcia a décidé de tenter le coup de la défense à cinq. Un choix payant. Très à l'aise dans ce système, le « Roi » n'a pas eu les mêmes responsabilités défensives avec ce système renforcé. Rassuré par la présence d'Adil Rami ou de Luiz Gustavo derrière lui, celui qui aurait pu rejoindre Leicester en janvier dernier s'est montré précieux et, même s'il est sorti blessé quelques minutes plus tard, le défenseur phocéen a mis tout le monde d'accord dans le stade. Face à sa blessure (luxation de l'épaule gauche), les supporters olympiens ont même été inquiets. Ce qui était loin d'être gagné quelques mois auparavant...Des caractéristiques défensives encore perfectiblesBien évidemment, Bouna Sarr ne s'est pas transformé en Daniel Alves ou en Cafu du jour au lendemain. Pour le moment, il reste un néophyte plutôt convaincant, mais très perfectible sur certains points. Privés du Japonais Hiroki Sakai, Dimitri Payet et ses partenaires n'auront pas d'autres choix que de faire le jeu face à Salzbourg. Souvent en difficulté face à des équipes supérieures d'un point de vue technique, Sarr a régulièrement été dépassé dans certains domaines. Auteur d'une faute bête sur l'égalisation du PSG de Cavani au Vélodrome en octobre dernier (2-2), il s'est également montré laxiste sur de nombreuses phases défensives depuis. Que cela soit sur des duels aériens ou lors de la fermeture de son côté, il n'a pas été rare de le voir en retard. Et c'est souvent ce qui vient ternir ses prestations. A Saint-Etienne, en février (2-2), il a d'abord soufflé le chaud, avec une belle passe décisive pour Sanson, avant de souffler le froid sur l'égalisation des Verts. Face à Salzbourg, une erreur similaire ne sera pas permise. Auteur d'une prestation très convaincante face à Lille (104 ballons touchés, 1 passe décisive), le joueur de 26 ans devrait être prêt pour ce grand rendez-vous face à Salzbourg. Et sans Sakai, nul doute que Sarr fera l'affaire.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU