Ligue Europa - Marseille : Ni Kostas Mitroglou ni Valère Germain, les deux !

Ligue Europa - Marseille : Ni Kostas Mitroglou ni Valère Germain, les deux !©Media365
A lire aussi

Julien Pereira, publié le jeudi 02 novembre 2017 à 09h29

Pour affronter le Vitória Guimarães jeudi (21h05), Rudi Garcia devrait titulariser Valère Germain et laisser Kostas Mitroglou, décevant en L1, sur le banc des remplaçants. L'entraîneur de l'Olympique de Marseille a pourtant une occasion en or de tester leur association.

Ils sont si opposés que Rudi Garcia a fini par oublier qu'ils pouvaient être complémentaires. Entre Valère Germain et Kostas Mitroglou, le coach de l'Olympique de Marseille a constamment choisi l'un ou l'autre, hormis à Strasbourg (3-3), lors d'un dernier quart d'heure bien insuffisant pour installer la moindre accointance. Le déplacement de ce jeudi soir (21h05) à Guimarães ne devrait pas faire exception, puisque l'ancien Monégasque est pressenti pour occuper la pointe de l'attaque, au détriment du buteur grec. La rencontre n'a pourtant rien de cruciale. D'abord parce que l'adversaire du soir n'a empoché qu'un point depuis le début de la compétition et a bien d'autres chats à fouetter dans son championnat national. Ensuite parce que l'issue n'aura aucune incidence définitive sur le sort marseillais pour la suite de la compétition.
La blessure de Payet ouvre la porte
Le contexte du jour serait presque idéal pour mettre en place l'association, et le forfait sur blessure de Dimitri Payet est un autre argument favorable à l'audace, puisqu'elle n'impliquerait aucun sacrifice. Dans l'esprit de Rudi Garcia, il n'est probablement pas encore question de jouer au chamboule-tout : la conjoncture passe après la dynamique, et celle-ci est plutôt bonne en termes de résultats, à défaut de l'être dans le jeu. Surtout, elle coïncide avec la mise en place du 4-2-3-1 qu'une attaque à deux hommes ébranlerait. Pour autant, le technicien de 53 ans devra finir par se rendre à l'évidence, puisque l'OM ne pourra pas se contenter toute la saison d'un fonds de jeu si médiocre, même efficace. En cela, Lucas Ocampos, qui l'incarne plus qu'aucun autre joueur, finira par en payer le prix.
Quand l'OM est dominé, Mitroglou est inexistant
En trois matchs, Mitroglou a déjà exposé quelques-unes de ses qualités et la plupart de ses limites. Impliqué et décisif à Strasbourg, il a semblé invisible lors des deux rencontres suivantes, face au PSG et à Lille, où l'OM n'avait plus l'ascendant technique. « Il a disputé trois matchs, dont un où il a été dans tous les bons coups, et deux autres plus compliqués pour lui, a précisé Rudi Garcia en conférence de presse. Enfin à Lille, cela a été compliqué pour tout le monde, on a vite marqué et on a défendu notre but bec et ongles pour prendre les trois points ». Faut-il en être surpris ? Absolument pas. A Benfica, il avait enquillé les buts en formant un duo prolifique comme peu d'autres aux côtés de Jonas. Et lorsqu'il s'est engagé avec le club phocéen, Pierre Sagna, défenseur du Moreirense qui a côtoyé le buteur de Kavala, nous avait déjà notifié son « inactivité dans le jeu collectif ».
Mitroglou marque, Germain fait le reste
« Mitrogolo » est un buteur à l'ancienne. Il marque et s'en contente. Pas question pour lui de s'épuiser au pressing ou de s'investir à la construction. Tous les domaines où Germain excelle. Mutique en L1 comme depuis le début de la phase de groupes de Ligue Europa, l'ancien attaquant de l'ASM n'a pourtant pas été mis au ban par l'exigeant public phocéen. Son activité sur le plan défensif comme offensif -dix occasions créées en L1, deux passes décisives- lui ayant accordé du crédit, au contraire de son compère d'attaque. Comme s'ils avaient tout pour s'entendre. « Je pense que Mitroglou a besoin d'un soutien, un joueur capable de l'accompagner et jouer avec lui comme point d'appui ou dans les petits espaces, nous confiait François Modesto, son ancien coéquipier à l'Olympiakos. Germain est un joueur très intelligent dans ses déplacements. Ces deux-là peuvent être très complémentaires. Et faire très mal. » Seul Rudi Garcia n'en a pas (encore) pris conscience.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU