Ligue Europa : L'heure de Sanson en numéro 10 est arrivée

Ligue Europa : L'heure de Sanson en numéro 10 est arrivée©Media365
A lire aussi

Julien Pereira, publié le jeudi 23 novembre 2017 à 10h13

Morgan Sanson n'est pas un joueur polyvalent par nature. Il l'est probablement devenu sous la contrainte. Ou alors, le milieu de terrain fait tout pour démontrer qu'il ne l'est pas.

C'est presque l'impression qu'il a donnée, ces dernières semaines, tant le Dolchardien est métamorphosé lorsque Rudi Garcia lui demande d'évoluer là où il aime être, à savoir dans l'axe, en meneur de jeu. C'est plus qu'un postulat. C'est devenu une évidence, sans attendre la dernière journée de Ligue 1, à Bordeaux. Au Matmut Atlantique, l'ancien Montpelliérain a réussi là où Dimitri Payet, habituel titulaire du poste, a échoué. Plus percutant et consistant que le Réunionnais sur le plan du volume de jeu, il a surtout été décisif en arrachant le but de l'égalisation.

« Morgan a amené ses qualités de course et de jeu vers l'avant », disait d'ailleurs Rudi Garcia, en tentant de dédouaner son capitaine, alors qu'il avait lui-même évoqué « un choix du coach »... Sa vista et son sens du but ont fluidifié une animation balbutiante. Une nouvelle fois. Depuis que le technicien phocéen a opté pour un système en 4-2-3-1, Sanson a évolué dans l'axe à 6 reprises. Dans ce cadre, l'OM n'a récolté que des résultats positifs (deux nuls contre Bordeaux et le PSG, quatre victoires contre Guimaraes, Caen, Lille et Amiens). Souvent, le joueur de 23 ans y a été décisif, en inscrivant trois buts et en délivrant une passe. Pour autant, faut-il sacrifier Payet ? Non. Ocampos ? Certainement.

Rappelons-le, le côté gauche sied parfaitement au Réunionnais, qui y a excellé en Bleu lors du dernier Euro. L'y installer aurait deux effets. D'abord, il équilibrerait, techniquement, l'animation offensive phocéenne, souvent orientée vers le côté droit et Florian Thauvin, beaucoup plus apte à créer le danger qu'Ocampos. Ensuite, il bousculerait l'Argentin, qui avait excellé lorsque l'OM se cherchait encore un caractère contre Toulouse, à Nice ou face au Vitoria, mais dont les qualités intrinsèques sont bien plus limitées que celles du capitaine marseillais. Et à l'heure de franchir un cap, Rudi Garcia doit préférer le jeu à la grinta. 

 
1 commentaire - Ligue Europa : L'heure de Sanson en numéro 10 est arrivée
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]