Ligue Europa - Finale / OM : Thauvin, Zambo-Anguissa, Germain... Les notes des Marseillais

Ligue Europa - Finale / OM : Thauvin, Zambo-Anguissa, Germain... Les notes des Marseillais©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mercredi 16 mai 2018 à 23h00

Plombé par une énorme erreur d'André-Frank Zambo Anguissa, pas aidé non plus par Steve Mandanda, l'OM n'a jamais donné l'impression de pouvoir renverser l'Atlético Madrid mercredi (0-3). La faute à une attaque aphone.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL A LYON

Steve Mandanda : 4


Steve Mandanda se languissait mardi de disputer sa première finale européenne, mais elle lui laissera un goût amer dans la bouche. En délicatesse au pied, il a envoyé une passe mal assurée et dans une zone dangereuse vers André-Frank Zambo Anguissa (21eme). Un écart de conduite immédiatement sanctionné par Antoine Griezmann, qui ne lui a pas laissé plus de chance sur leur deuxième face-à-face. Trop fébrile pour jouer pleinement son rôle de leader.

Bouna Sarr : 6


Cinq jours après s'être démis l'épaule à Guingamp (3-3), Bouna Sarr n'est pas apparu gêné, bien au contraire. Plein de bonne volonté, il a affiché un énorme volume de jeu dans son couloir droit. Ses jambes de feu l'ont porté sur ses débordements offensifs (tir trop croisé à la 12eme), même s'il a parfois manqué de justesse dans le dernier geste. Aussi costaud défensivement, avec des interventions précieuses dans l'anticipation (44eme) ou dans le duel (48eme).

Adil Rami : 5


En balance pour une place à la Coupe du Monde avec les Bleus, Adil Rami s'est mis en valeur dans son duel avec Diego Costa, qu'il a bien muselé. Il n'est jamais tombé dans le piège de la provocation tendu par l'international espagnol. Autoritaire en première période, moins à son aise après la pause et en souffrance au marquage de Diego Godin sur les coups de pied arrêtés (53eme). Pas passé loin d'un but contre son camp (51eme), il s'est fait une grosse frayeur en fin de match (86eme).

Luiz Gustavo : 4


Il n'est pas si facile de s'improviser défenseur central. Reconverti à ce poste par Rudi Garcia depuis début avril, Luiz Gustavo y a commis une grossière erreur de placement amenant au deuxième but de l'Atlético (49eme). Ce n'était pas la première fois qu'il était en retard, ni la dernière. Logiquement averti pour un mauvais geste sur Antoine Griezmann (75eme), il a certes distillé quelques caviars dans la relance. Mais ça ne suffit pas à sauver son bilan.

Jordan Amavi : 3


Jordan Amavi l'avait récemment reconnu lui-même, il est dans le dur. Le latéral de l'OM n'a toujours pas réussi trouver la recette pour remonter la pente. Il a vécu une nouvelle soirée difficile sur son côté, entre approximations techniques et fautes évitables. Surtout qu'il n'a quasiment pas apporté le surnombre en phase offensive, hormis sur une bonne frappe cadrée (84eme). A la rue sur la couverture derrière Luiz Gustavo sur l'action du 0-2 (49eme) et en retard sur celle du 0-3 (88eme). Qu'il semble loin le temps où il candidat à une place au Mondial.

Morgan Sanson : 5


L'étincelle aurait pu venir de Morgan Sanson, sur ce centre déposé sur la tête de Kostas Mitroglou, qui l'a prolongé sur le poteau de Jan Oblak (81eme). Ce serait venu récompenser son match sérieux dans l'entrejeu, où il a largement rivalisé avec ses adversaires directs dans l'impact physique et s'est révélé précieux par son jeu en une touche. Dommage qu'il ait été bridé par son positionnement bas sur le terrain, parce qu'il était dans un bon soir.

André-Frank Zambo Anguissa : 4


André-Frank Zambo Anguissa a tout gâché en une fraction de seconde. Monstrueux pendant 20 minutes, à l'origine de la première occasion de l'OM et omniprésent à la récupération (ballon gratté face à Antoine Griezmann, 17eme), il a commis l'erreur qui a bouleversé le sens du match. Son contrôle calamiteux sur une passe peu inspirée de Steve Mandanda a offert l'ouverture du score à l'Atlético (21eme). Il a plombé le moral de son équipe et le sien en même temps, s'effaçant peu à peu pour finir par s'éteindre. Impensable après son entame démentielle.

Florian Thauvin : 4


Florian Thauvin a remis une pièce dans la machine par sa prestation quelconque. Souvent pointé du doigt pour son incapacité à briller dans les grands rendez-vous, l'ailier de l'OM n'a rien fait pour inverser sa réputation. Trop peu de ballons touchés, du déchet dans ses initiatives individuelles, un duel avec Lucas Hernandez remporté haut la main par son vis-à-vis : il n'a pas eu le quart de son rendement de la saison. Il était dès lors impossible de rêver pour les Marseillais.

Dimitri Payet : Non noté


Soirée cruelle pour Dimitri Payet. L'homme en forme de l'OM rêvait de porter son équipe à la victoire finale en Ligue Europa et de gagner au passage sa place dans le groupe France pour la Coupe du Monde. Mais sa cuisse, douloureuse depuis une petite semaine, n'a tenu qu'une demi-heure. Le temps d'une passe en or que Valère Germain a vendangée (4eme) et d'un tir trop mou (19eme). Moins en vue après une entame dynamique. Remplacé par Maxime LOPEZ (32eme).

Maxime Lopez : 4


Entré en urgence au relais de Dimitri Payet, Maxime Lopez n'a que très peu pesé sur la défense des Colchoneros. Positionné en meneur derrière l'attaquant, il s'est davantage montré quand il a volontairement reculé pour toucher des ballons. Mais sa présence manquait alors pour apporter de la densité aux abords de la surface adverse. Un entre-deux dans lequel il s'est perdu.

Lucas Ocampos : 5


Lucas Ocampos a fait le match qui était attendu de lui. Il n'a jamais rien lâché sur son côté gauche, multipliant les courses. L'Argentin a même semé le doute par deux fois dans la défense de l'Atléti sur des débordements rageux, avec l'aide de contre-favorables. Mais il a encore montré ses limites techniques et ses intentions irréprochables sont restées sans suite. Une tête non cadrée suite à un cafouillage (24eme). Remplacé par Clinton NJIE (55eme), lui aussi égal à lui-même, capable de fulgurances et de disjoncter, à l'image de ce croche-pattes qui aurait pu lui coûter plus cher qu'un avertissement (78eme). Un extérieur du droit improbable et complètement raté sur une ultime opportunité de relancer le suspense (87eme).

Valère Germain : 3


Valère Germain ne s'en est jamais remis. Mis sur orbite par Dimitri Payet, il a croqué une énorme occasion d'ouvrir le score dès la 4eme minute. Le début d'un long calvaire. Il n'a pas su se dépêtrer de la passion constante imposée par la charnière madrilène, qui l'a collé de près, et n'a pas existé, aussi à cause de ses limites physiques. Une influence zéro sur le jeu de l'OM et le symbole d'une équipe marseillaise qui aurait pu jouer un moment sans trouver la faille. Remplacé par Kostas MITROGLOU (74eme), discret avant de trouver le poteau d'une magnifique tête décroisée (81eme). Frustrant pour un OM qui aurait pu s'offrir un final de feu.



Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.