Ligue Europa - Bordeaux : L'Europe pour " se régénérer "

Ligue Europa - Bordeaux : L'Europe pour " se régénérer "©Media365

Geoffrey Steines, publié le jeudi 20 septembre 2018 à 08h00

Bordeaux s'était servi de la Ligue Europa pour ne tomber dans la sinistrose en août, elle doit de nouveau lui permettre de relever la tête en dépit d'une situation compliquée en championnat. Avec aussi la possibilité de donner leur chance à ses joueurs jusque-là peu utilisés.

Il y a des clubs qui voient la Ligue Europa comme une contrainte, à tel point qu'il est possible de se demander pourquoi ils ont fourni tant d'efforts pour s'y qualifier la saison précédente. Mais Bordeaux a bien compris que c'était une chance. Depuis la fin juillet, elle lui sert d'échappatoire à un quotidien morose. Les Girondins sont avant-derniers du championnat. Leur ancien entraîneur (Gustavo Poyet) s'est fait virer pour avoir critiqué ses dirigeants alors qu'il avait le soutien des joueurs. Le nouveau (Ricardo) n'a pas les diplômes pour se lever de son banc. Le rachat par un fonds d'investissement américain devrait se conclure la semaine prochaine, malgré la défiance des Ultras et les incertitudes sur le projet à long terme des nouveaux arrivants.



« On switche très facilement du championnat à la Coupe d'Europe »
Les nuages s'accumulent au-dessus du ciel bordelais et la Ligue Europa se présente comme un bol d'air bienvenu dans ce contexte. « On switche très facilement quand on passe du championnat à la Coupe d'Europe, a assuré Eric Bedouet en conférence de presse mercredi, à la veille de l'entrée en lice dans la phase de groupes sur le terrain du Slavia Prague (21h00). Les matchs sont différents, l'intensité n'est pas la même et la pression non plus. Bien sûr qu'il faut un bon résultat pour se régénérer, mais on va tout faire pour bien représenter Bordeaux. » Ses joueurs l'ont fait pendant tout l'été pour en arriver là, quitte certainement à y laisser des plumes en championnat. Mais pas question pour les Girondins, finalistes de la Coupe UEFA 1996 et européens convaincus, de lâcher du lest en Ligue Europa : « On a travaillé pour jouer des matchs comme ça ».



La chance des jeunes et des recrues ?
Le staff bordelais devrait néanmoins profiter de ce déplacement chez le leader du championnat tchèque pour donner du temps de jeu à des joueurs moins sollicités depuis le début de la saison. Entré 20 minutes contre Nîmes dimanche (3-3), Youssouf Sabaly devrait débuter sur le côté gauche de la défense en l'absence de Maxime Poundjé, forfait. Pablo pourrait être de retour au sein de la charnière et Otavio, très peu utilisé pour l'instant, pourrait retrouver sa place au milieu pour faire souffler les titulaires. Les jeunes Aurélien Tchouaméni et Zaydou Youssouf, précieux lors des tours de qualification, pourraient être relancés avant de sortir de la rotation. Sans oublier les recrues de dernière minute à tester en match officiel, Andreas Cornelius ayant joué le dernier quart d'heure ce week-end et Yann Karamoh faisant sa première apparition dans le groupe.



« Des expériences valorisantes pour les joueurs »
La Ligue Europa doit ainsi servir à injecter du sang frais au groupe, réinstaller de la concurrence à tous les postes, dans un effectif qui ne manque clairement pas de densité. Pour preuve, Milan Gajic, Théo Pellenard ou encore Valentin Vada, qui avaient tous joué un rôle plus ou moins important la saison passée, ne figurent pas dans le groupe de 21 joueurs qui a fait le voyage à Prague. Ce ne sont donc pas les solutions qui manquent, seulement la confiance et le déclic pour lancer la saison pour de bon. A l'image de ce qu'il avait semblé se produire contre La Gantoise en barrage retour au Matmut Atlantique (2-0). « Ce sont des expériences valorisantes pour les joueurs, a reconnu Bedouet. On a réussi quelque chose de bien, maintenant on passe à autre chose, c'est plus difficile. » Une adversité qui doit permettre à ces Bordelais de se révéler à eux-mêmes.


Vos réactions doivent respecter nos CGU.