Ligue Europa - Atlético Madrid : Antoine Griezmann dans la cour des grands

Ligue Europa - Atlético Madrid : Antoine Griezmann dans la cour des grands©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le jeudi 17 mai 2018 à 13h45

Aussi étincelant dans le jeu que décisif, Antoine Griezmann a éclaboussé la finale de la Ligue Europa de son talent mercredi. L'attaquant de l'Atlético Madrid a ainsi gagné sa place parmi les grands et rappelé qu'il a les moyens d'amener l'équipe de France loin en Russie cet été.

Il ne manquait plus que ça à Antoine Griezmann pour pénétrer dans une autre dimension, pour justifier sa place dans le top mondial : un grand titre avec un rôle majeur en finale. C'est arrivé mercredi, au cours d'un match qu'il a survolé de son talent pour mener l'Atlético Madrid à un troisième titre en huit ans en Ligue Europa (0-3). Il y avait tous les ingrédients pour que ce soit le cas, entre cette finale à Lyon, tout proche de Mâcon, sa ville natale, son club de cœur comme adversaire, l'OM, et sa forme étincelante de 2018. Ne restait plus qu'à ne pas se tromper dans la recette. Sa tambouille était exquise. « Il avait une motivation spéciale, a assuré Lucas Hernandez. En plus, il était près de chez lui, il avait sa famille et ses proches. On savait qu'il allait être à 100% et ça s'est vu. » « J'ai essayé de ne pas trop penser au match avant l'heure, a soufflé Grizou après son titre indiscutable d'homme de la finale. Je voulais rester dans mon état d'esprit habituel. Aujourd'hui (mercredi), j'avais vraiment envie que le match commence. Jouer, c'est ce qui me plaît le plus. »

Rami : « Si on l'avait eu, ça n'aurait pas été la même chose »


Cela s'est ressenti mercredi. Il a joué avec Steve Mandanda sur leurs deux duels, pour conclure avec un sang-froid impressionnant ses seules occasions franches de la rencontre. Un doublé en finale de Coupe d'Europe, c'était une première pour le football français. Il a aussi joué avec ses coéquipiers, par ses déviations et ses inspirations techniques, à l'image de cette ouverture vers Diego Costa pour lancer le troisième but de l'Atlético. Au-delà de son impact sur les trois réalisations de son équipe, il a fini avec 88% de passes réussies, un taux exceptionnel pour un attaquant. Griezmann a d'ailleurs suivi la même courbe que son équipe : timide en début de match, irrésistible après avoir pris l'avantage au score. Un mouvement de balancier qu'il a lui-même déclenché. « Il y a un joueur qui a fait la différence, c'est Antoine Griezmann, et si on l'avait eu, ça n'aurait pas été la même chose », a analysé Adil Rami. « Griezmann a confirmé ce qu'il fait année après année, a enfoncé Diego Simeone. Il a été décisif au moment le plus important du match. Il a toujours fait les bons choix. »

Simeone : « Il doit être content d'être avec nous »


Il devra maintenant les faire en dehors des terrains. Si le FC Barcelone avait encore un doute sur l'intérêt d'investir au moins 100 millions d'euros sur l'ancien de la Real Sociedad l'été prochain, il a probablement été balayé ce mercredi. Sous contrat avec l'Atlético jusqu'en 2022, Griezmann va se retrouver devant une décision difficile à prendre : tenter le grand saut chez les Blaugrana ou rester la star absolue des Colchoneros, même si une troisième option pourrait aussi se présenter dans les prochaines semaines (Manchester United ?). « Je ne pense pas que c'est le bon moment de parler de mon avenir », a écarté Griezmann mercredi. Le discours de Simeone pour convaincre son joueur est néanmoins déjà rodé. « Il doit être content d'être avec nous. Je n'ai aucun doute. Il a déjà joué trois finales avec nous. Il en a gagné deux (Supercoupe d'Espagne en 2014). Il n'est pas loin d'être dans les objectifs qu'il avait de gagner des titres en venant à l'Atlético. Au point de vue sportif, nous ne sommes pas très loin de ceux qui sont plus forts que nous. »

Impliqué sur 45% des buts de l'Atlético


Il sera bien plus facile pour les Rojiblancos de s'en rapprocher avec Griezmann dans leurs rangs. « Ce n'est pas seulement ce soir (mercredi), c'est toute sa saison, a indiqué Lucas Hernandez. Il a fait une saison extraordinaire. » Sans laquelle l'Atlético n'en serait pas là, en passe d'allier un titre européen avec un statut de vice-champion d'Espagne. Avec 29 buts et 13 passes décisives toutes compétitions confondues, il pèse 45% des buts de son club cette saison. Un ratio monstrueux. « Griezmann travaille énormément, a fait remarquer Jan Oblak. Cela se voit sur le terrain, c'est l'un des meilleurs attaquants du monde. Je ne peux pas être plus heureux pour lui. » Le football français doit l'être aussi. Il s'est certes incliné dans une nouvelle finale européenne de clubs, la 12eme défaite en 14 tentatives, après avoir perdu celle de l'Euro 2016 avec les Bleus contre le Portugal (0-1 ap). Mais il est maintenant certain de disposer en Griezmann d'un joyau capable de l'amener loin dans sa campagne en Russie à la Coupe du Monde l'été prochain.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.