Contre le Arsenal d'Emery, Hatem Ben Arfa a prouvé qu'il a l'étoffe des grands

Contre le Arsenal d'Emery, Hatem Ben Arfa a prouvé qu'il a l'étoffe des grands©Media365
A lire aussi

Nicolas Kohlhuber, publié le jeudi 07 mars 2019 à 22h30

Hatem Ben Arfa a réalisé une masterclass dans l'entrejeu rennais face à Arsenal. L'attaquant français s'est beaucoup montré et a permis à son équipe de répondre présent face à un habitué des compétitions continentales.



Quand Hatem Ben Arfa passe ses adversaires comme ce jeudi soir, Rennes peut espérer passer des tours dans cette Ligue Europa. Les dirigeants bretons avaient pris un pari en le recrutant cet été après une longue période d'inactivité à Paris. Ils sont sur le point de le réussir. Car avec ses dribbles il enthousiasme le Roazhon Park et fait gagner des matchs. Ses statistiques sont moins ronflantes que lors de son passage à Nice. Mais son efficacité est différente. A Séville il y a quinze jours, il pressait haut. Ce jeudi soir contre Arsenal, il a dribblé pour casser les lignes, il a créé le décalage au milieu et lancé ses ailiers dans la profondeur. Le leader technique du dixième de Ligue 1 a montré la voie. Son aisance balle au pied a été primordiale pour déstabiliser un bloc défensif regroupé dans ses 16 mètres pendant 45 minutes. Il a provoqué le premier carton jaune de Sokratis puis a laissé le coup-franc de l'égalisation à Benjamin Bourigeaud. Un Ben Arfa qui se fond dans le collectif, c'est un Ben Arfa efficace. Et ça a marché.

Ben Arfa, un joueur autant expérimenté que talentueux 

Avec Rennes, il est aux portes des quarts de finale d'une compétition continentale. La dernière fois que ça lui est arrivé, c'était en 2007-2008 avec Lyon. En Ligue des champions. Depuis, tout n'a pas été facile avec lui. Y compris à Rennes. Il a eu une altercation avec Benjamin Bourigeaud à l'entraînement au mois de novembre. Il a séché la mise au vert avant le match contre Marseille il y a quinze jours. Mais le joueur formé à l'OL est venu avec son expérience. Celle qui compte quand l'étau se resserre. Sur les onze Rennais aligné au coup d'envoi contre Arsenal, seuls quatre avaient une expérience européenne antérieure à cette saison. HBA est celui qui en avait le plus avec 40 sorties sur la scène continentale. Le public a pu voir ses percées. Ses partenaires ont certainement profité de son vécu. Au bout du compte, le vainqueur contre Arsenal est le même : le Stade Rennais. Et si l'international français est parfois sur courant alternatif ou a du déchet dans sa production, il a répondu présent dans un grand rendez-vous. Là où le mental doit accompagner le physique et la technique pour briller. Et si le natif de Clamart était enfin devenu un joueur mature ? A maintenant 32 ans, il va devoir le prouver sur la durée. Sur la pelouse de l'Emirates jeudi prochain ou contre Caen dimanche. Il va devoir continuer ses efforts, poursuivre ses grandes enjambées vers le but adverse en faisant vivre un cauchemar à ses adversaires. Exactement comme il l'a fait ce jeudi soir. Cette nuit, c'est Unai Emery qui risque de mal dormir. L'entraîneur qui l'avait mis au placard à Paris a pu voir de très près de quel joyau il s'était privé dans la capitale. Désormais, il va devoir trouver un plan pour le museler. Mais quand Hatem Ben Arfa veut passer ses adversaires, il le fait. C'est toute la force et la complexité de ce personnage. C'est le principal atout du Stade Rennais.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.