Succès historique pour les Three Lions

Succès historique pour les Three Lions©Media365

David HERNANDEZ, publié le lundi 15 octobre 2018 à 23h08

Deux victoires en deux matchs dont une fessé contre la Croatie, on s'était dit que l'Espagne version Luis Enrique avait parfaitement digéré le fiasco de la Coupe du Monde au point de pouvoir être qualifiée dès lundi soir pour le Final Four de la Ligue des Nations. Les coéquipiers de Sergio Ramos vont devoir attendre encore car l'Angleterre est venue s'offrir un succès de choix sur la pelouse du Betis Séville (2-3).

Les Three Lions ont profité d'une première mi-temps irrésistible sur le plan offensif pour se relancer dans le groupe et revenir à deux points de la Roja. En conférence de presse, Gareth Southgate répète souvent qu'il manque aux Anglais un succès face des top nations pour valider le projet mis en place depuis un an. Lundi soir, le sélectionneur doit être comblé tant ses joueurs ont fait déjouer l'Espagne. Dominés dans la possession (27% sur le match), les coéquipiers d'Harry Kane ont fait avec leurs qualités à savoir un bloc équipe compact et la vitesse de Sterling et Rashford associés au Spur à la pointe de l'attaque. Les trois attaquants ont par trois fois bousculé Sergio Ramos et Nacho et par trois fois il y a eu but sans que David De Gea ne puisse faire un arrêt. Muet depuis octobre 2015, Sterling s'est offert un doublé (16eme, 38eme) tandis que Rashford a crucifié son coéquipier à Manchester United une offrande de son capitaine (29eme). 3-0 et un Luis Enrique sonné par le déroulé d'une première période logique finalement puisque les Espagnols n'ont cadré que 2 fois, comme repris par leurs démons.

Après la pause et face à la large avance anglaise, le public sévillan a eu le droit à une attaque défense que seule l'entrée de Paco Alcacer a pu mettre à mal. Laissé sur le banc malgré sa forme du moment, le buteur du Borussia Dortmund n'a eu besoin que d'une minute pour relancer le match d'une tête croisée avant l'heure de jeu (57eme). Une période charnière qui aurait pu complètement relancer la rencontre si l'arbitre de la rencontre n'avait pas oublié de siffler un penalty sur un accrochage de Pickford sur Rodrigo avec une tentative de dribble osée dans la surface (63eme). Le tournant du match puisque derrière la Roja a recommencé ses longues séquences de possession stérile que la barre de Marcos Alonso (90+5eme) ou la réduction du score de Sergio Ramos (90+6eme) n'ont rien changé. La nouvelle génération anglaise s'offre un succès de prestige, le premier depuis 1987 sur les terres hispaniques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.