Ligue des Nations : Les Pays-Bas en favoris dans le groupe 1

Ligue des Nations : Les Pays-Bas en favoris dans le groupe 1©Media365

Axel Allag : publié le mercredi 26 août 2020 à 18h45

Avant le début de la Ligue des Nations 2020-2021 (3 septembre au 18 novembre 2020 pour la phase de groupes), nous nous penchons sur la présentation des équipes. Dans le groupe 1, les Pays-Bas partent avec le statut de favoris.



Qui succédera au Portugal, vainqueur de l'édition inaugurale de la Ligue des Nations, en juillet 2019 après une victoire face aux Pays-Bas (1-0) ? C'est la question de cette édition 2020-2021. Dans un groupe 1 particulièrement relevé, le finaliste de la dernière édition sera en compagnie de l'Italie, de la Pologne et de la Bosnie-Herzégovine.

Les Pays-Bas : l'après-Koeman commence maintenant

Pour ce qui concerne l'Euro, qui a été décalé d'un an en raison de la pandémie de coronavirus, les Pays-Bas étaient dans le groupe de l'Allemagne dans les qualifications et ont terminé à la seconde place avec 19 points en 8 matches joués, à deux unités de la sélection dirigée par Joachim Löw.

C'est sans son désormais ancien sélectionneur, Ronald Koeman, que la sélection va disputer la Ligue des Nations, étant donné qu'il a pris la direction du Barça afin de tenter de trouver des solutions à une crise de grande ampleur au Camp Nou, ce qui génère une certaine incertitude sur la façon de jouer. Toutefois, sur le plan collectif, les individualités capables de sublimer le collectif ne manquent pas : avec van Dijk et de Ligt en défense centrale, de Jong en tant que meneur reculé, ou l'expérience de Depay devant, les inspirations devraient être présentes sur le terrain.

L'Italie : Avec Mancini, l'espoir renaît

Cela faisait des années que l'Italie attendait d'avoir de l'espoir dans le cadre d'une grande compétition et, sur le plan purement numérique, il est compliqué de trouver des failles au parcours réalisé par les joueurs dirigés par Roberto Mancini lors des qualifications pour l'Euro. Une première place de groupe, 30 points sur 30 et seulement 4 buts encaissés en 10 matchs, le bilan est complet. Toutefois, on pourra rétorquer que la faible adversité rencontrée n'a pas forcément pu aider à évaluer pleinement le potentiel de cette équipe.

Dans un entretien accordé à la Gazzetta dello Sport, le sélectionneur n'avait d'ailleurs pas caché sa satisfaction après le report de l'Euro : "En jouant en juin, nous aurions eu nos chances, mais il y a sûrement des équipes mieux préparées en ce moment car elles ont commencé plus tôt leur processus de rajeunissement. Et puis aujourd'hui, il y a des équipes comme la France qui sont déjà en place", avait-il assuré. Cette Ligue des Nations ressemble donc à un premier test avant celui, bien plus important, de l'Euro pour la génération des Zaniolo, Kean, encadrés par Verratti, Bonucci ou encore Donnarumma. Il faudra bien ça après le traumatisme de la non-qualification pour le Mondial 2018.

La Pologne : Sans Lewandowski, l'atout numéro 1

Comme à son habitude ces dernières années, et de façon peut-être encore plus importante, la Pologne aurait pu compter sur le rendement de Robert Lewandowski pour tenter de bousculer l'ordre établi. Vainqueur d'un triplé en club sous le maillot du Bayern Munich (Bundesliga, Coupe d'Allemagne, Ligue des Champions), le joueur ne sera pas présent pour les deux matchs de Ligue des Nations de septembre, contre les Pays-Bas, le 4 et face à la Bosnie, le 7.

"J'ai parlé avec Robert, et, ensemble, nous avons décidé que c'était le meilleur moment pour lui de se reposer physiquement et mentalement après des matches aussi épuisants", a expliqué Jerzy Brzeczek, en conférence de presse.

Avant cette Ligue des Nations, la Pologne avait terminé en tête de son groupe de qualifications pour l'Euro avec 25 points devant l'Autriche (19).

La Bosnie-Herzégovine : le duo Pjanic-Dzeko dans l'inconnu

Du côté de la Bosnie-Herzégovine, le flou est assez présent. Pas forcément brillante lors des qualifications pour l'Euro, car elle devra passer par une demi-finale de barrages face à l'Irlande du Nord, le 8 octobre prochain, la sélection menée par Miralem Pjanic et Edin Dzeko n'a pas affiché une grande sérénité lors de ses dernières sorties.

Le nouveau milieu de terrain du Barça étant un certain symbole de ce flou permanent, tant son niveau au cours de l'exercice 2019-2020 porte à débat, tant en club, avec la Juventus Turin, qu'en sélection.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.