Giroud a une légitimité, et il a choisi de la défendre

Giroud a une légitimité, et il a choisi de la défendre©Media365

Julien Pereira, publié le jeudi 15 novembre 2018 à 14h55

Dans des interviews accordées à nos confrères d'Eurosport.fr et du Figaro, Olivier Giroud est revenu sur son statut en équipe de France, et sur une présence légitime à ses yeux, mais pas à ceux de tous les autres.

Parmi les Bleus sacrés, Olivier Giroud a un statut à part, celui du joueur qui n'a jamais fait l'unanimité et qui s'est habitué à vivre avec. Il n'a même plus besoin de le cacher et ne le cache plus : « Je me suis fait dans l'adversité, a-t-il confié à nos confrères d'Eurosport.fr. Cela fait partie de ma carrière et je me suis toujours servi de ces moments difficiles pour revenir avec plus de détermination ». Tout est pourtant né d'un malentendu, d'une époque où une partie des supporters de l'équipe de France lui avait imputé le retrait de Karim Benzema, dont il n'était absolument pas responsable. « On ne remettait pas en question mon efficacité », a-t-il rappelé. Le « ras-le-bol », comme il le confie lui-même au Figaro, est venu d'un amical contre le Cameroun, à Nantes, avant l'Euro 2016.



L'attaquant de Chelsea avait redonné l'avantage aux Bleus, juste avant la mi-temps. Il avait tout de même été sifflé, au moment de quitter l'hôtel, puis avant la rencontre, à l'annonce de la composition de l'équipe de France, et au moment de son remplacement par Gignac peu après l'heure de jeu. « Cela m'avait agacé, a-t-il précisé au quotidien. L'Équipe avait titré « Le mal-aimé » le lendemain et je m'étais fait chambrer par les partenaires qui me chantaient la chanson de Claude François. Je rigolais jaune. Toute l'attention se portait vers moi mais je faisais le boulot en marquant sur le terrain. Je l'ai vécu comme une injustice ».

Giroud : « Je ne ferai jamais ce que Kylian fait »


L'injustice a duré et dure encore aujourd'hui, alors qu'il est devenu le quatrième meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France, avec 32 réalisations, et qu'il pourrait très vite chasser David Trezeguet, qui le devance de 2 unités. Malgré cela, et alors que ces chiffres devraient suffire à confirmer sa légitimité, Giroud ne fédère toujours pas. Lui est désormais reproché son style, essentiel aux Bleus jusqu'à présent, mais qui tranche avec les qualités de vitesse et de percussion de la nouvelle génération.



« Je ne ferai jamais ce que fait Kylian, a-t-il assuré pour Eurosport.fr A partir du moment où les gens pensent qu'il faut que je fasse pareil, on n'y arrivera pas. Je joue dans un registre différent, qui est tout aussi bénéfique à l'équipe et efficace, puisqu'aujourd'hui, je suis le meilleur buteur [en activité, NDLR]. Cette mentalité, qui consiste à dire 'il ne fait pas ci, il ne fait pas ça'... Ce n'est pas moi, donc je ne vais pas essayer de le faire. Chaque attaquant a des qualités différentes. Je peux comprendre que ce soit moins sexy, mais chaque profil a son importance ». L'idée a déjà fait son chemin chez les convaincus. Elle risque encore de buter dans l'esprit des perplexes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.