Fini l'état de grâce, Guedes est à la ramasse

Fini l'état de grâce, Guedes est à la ramasse©Media365

Geoffrey Steines, publié le mardi 20 novembre 2018 à 08h36

Il y a un an, tout réussissait à Gonçalo Guedes, qui marchait sur l'eau avec Valence et le Portugal. L'ancien Parisien est depuis rentré dans le rang et vit des heures plus difficiles, que ce soit en club ou en sélection.

Gonçalo Guedes doit se languir que l'année 2018 se termine. Jusqu'à maintenant, elle ressemble à un long chemin de croix, autant avec son club qu'avec sa sélection. Convoqué avec le Portugal pour le dernier rassemblement avant de basculer sur 2019, il n'est pas entré en Italie samedi (0-0) et rien ne dit qu'il aura droit à du temps de jeu contre la Pologne mardi (20h45). Ce sera pourtant un match sans enjeu, la qualification pour le Final Four étant déjà entérinée pour la Selecçao, comme la relégation de son adversaire. Mais Guedes n'entre plus vraiment dans les plans de Fernando Santos, qui ne lui a pas donné la moindre minute depuis la Coupe du Monde (deux matchs sur le banc en septembre, forfait en octobre). Le sélectionneur portugais en avait pourtant fait un titulaire en Russie. Une confiance que l'ancien attaquant de Benfica n'a pas vraiment rendue.

Des débuts fracassants avec Valence


Associé à Cristiano Ronaldo à la pointe de l'attaque, Guedes a enchaîné les prestations insipides durant le tournoi, malgré son doublé contre l'Algérie lors du dernier match de préparation (3-0). Un trompe-l'œil pour un joueur qui a touché ses limites au haut niveau international. Sa saison avait, avant même le Mondial, suivi une courbe descendante. Il l'avait débutée en écrasant tout sur son passage avec Valence. Au sortir de six mois anonymes au PSG, qui avait déboursé plus de 30 millions d'euros pour le recruter à l'hiver 2017, Guedes avait été envoyé en prêt au VCF. Un carton, avec 3 buts et 6 passes décisives sur ses huit premières apparitions (5 et 11 en fin de saison), pour participer activement à l'excellent début de saison de son club, 2eme de Liga jusqu'à la mi-décembre. Ses performances lui avaient aussi permis de s'installer comme un titulaire en équipe nationale, grâce notamment à une prestation convaincante face à l'Arabie Saoudite en novembre (3-0).

Très peu décisif cette saison


Mais les performances de Guedes n'ont fait que décliner par la suite, jusqu'à ce Mondial raté, suivi d'un transfert définitif du PSG au VCF qui ne s'est concrétisé que fin août (40 millions d'euros + 17 bonus et un pourcentage à la revente). Ce contretemps lui a coûté une vraie préparation d'avant-saison et cela s'en ressent forcément sur son rendement. Si Valence souffre tant offensivement (12 buts marqués en 16 matchs toutes compétitions confondues), c'est en partie parce que le natif de Benavente est loin de son meilleur niveau (aucune réalisation et une seule passe décisive en 580 minutes). Il a même dû patienter jusqu'à début novembre pour enchaîner trois titularisations consécutives, avec à la clé deux victoires de son club juste avant la trêve internationale. Peut-être le déclic qu'il fallait à Valence, seulement 15eme de Liga et toujours en course pour se hisser en 8emes de finale de la Ligue des Champions, et surtout à Guedes. Pour ne pas que la comète qui avait illuminé l'Espagne pendant trois mois la saison passée ne soit pas qu'une étoile filante.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.