AEK Athènes
APOEL
AS Rome
Ajax
Alashkert
Astana
Atlético Madrid
BATE
Bayern Munich
Benfica
Borussia Dortmund
Bâle
CFR 1907 Cluj
CSKA Moscou
Celtic Glasgow FC
Club Bruges
Cork City
Crusaders
Dinamo Zagreb
Drita
Drita
F91 Dudelange
FC Barcelone
FC Dynamo Kiev
FC Porto
FC Santa Coloma
FC Shakhtar Donetsk
FC Sheriff Tiraspol
FC Spartak Trnava
FC Valence
Fenerbahce SK
Flora
Galatasaray SK
HJK
Hapoel Beer Sheva
Hoffenheim
Inter Milan
Juventus Turin
KP Legia Varsovie
Kukësi
La Fiorita
Lincoln Red Imps
Liverpool
Lokomotiv Moscou
Ludogorets
Malmö FF
Manchester City
Manchester United
Midtjylland
Monaco
NK Olimpija Ljubljana
Naples
Olympique Lyonnais
PAOK Salonique
PSG
PSV
Qarabağ
Real Madrid
Rosenborg
Salzbourg
Schalke 04
Shkendija
Slavia Prague
Spartak Moscou
Spartaks Jūrmala
Standard de Liège
Sturm Graz
Sutjeska
Sūduva
The New Saints
Torpedo Kutaisi
Tottenham Hotspur
Valletta
Valur
Videoton
Viktoria Plzeň
Víkingur
Young Boys
Zrinjski
Étoile rouge de Belgrade
Ligue des ChampionsGroupe A
Stade Louis II. - Arbitre W. Collum
24°CDoux
  1. 17′ Grandsir
  1. 47′ J. Giménez
  2. 31′ Diego Costa
Journaliste : Vincent Dégremont

Rémi Farge, publié le 18 septembre

Face à l'Atlético Madrid, Monaco a mené au score mais a vité été rattrapé par ses limites du moment. Battu pour son entrée en lice en Ligue des Champions, le club de la Principauté devra rectifier le tir à Dortmund dans quinze jours.

Le debrief
L'illusion aura duré une demi-heure. Avec un onze très affaibli par les absences de plusieurs joueurs majeurs (Rony Lopes, Jovetic, Subasic...), Monaco a quand même cru tenir son exploit contre l'Atlético Madrid pendant un peu plus de trente minutes. Mais à l'arrivée, il n'y avait pas photo entre une formation monégasque trop limitée et trop prévisible, et une équipe madrilène encore en rodage mais beaucoup plus talentueuse offensivement et beaucoup plus solide défensivement. Quand l'ASM n'a réussi à prendre à revers la défense visiteuse qu'une seule fois, la charnière Glik-Jemerson s'est faite piéger à trois ou quatre reprises sur les ballons en profondeurs d'Antoine Griezmann ou de Koke. A ce rythme, il fallait forcément que Diego Benaglio craque à un moment ou à un autre. Le gardien suisse a rompu deux fois et n'a pu empêcher la défaite de son équipe pour lancer la campagne européenne 2018-19. Et même si en face l'équipe de Diego Simeone est encore loin de son meilleur niveau, il n'y a rien à redire sur l'issue d'un match sans relief qui a reflété les limites de Monaco vues depuis le début de la saison en Ligue 1.

Certes, Leonardo Jardim n'est pas aidé par les nombreuses blessures auquel il doit faire face. Mais certains choix estivaux posent question et commencent à plomber l'ASM. Au milieu, on se demande comment le club de la Principauté n'a pas pu mieux préparer les départs de Fabinho et de Joao Moutinho. Ce mardi soir, face à l'Atlético Madrid, l'entraîneur monégasque avait opté pour un double pivot composé de Jean-Eudes Aholou et de Kévin N'Doram, deux joueurs sans expérience du très haut-niveau et dont les caractéristiques techniques sont très proches. Sur le banc, la seule solution se nommait Youssef Aït Bennasser. Trop mince pour la Ligue des Champions. Une compétition qui commence mal pour le deuxième du dernier championnat de France. Et avec la victoire de Dortmund à Bruges dans le même temps, le déplacement en Allemagne dans deux semaines pourrait déjà prendre des allures de tournant décisif...
Le film du match
6eme minute
Griezmann lance Costa par-dessus la défense. Légèrement excentré sur la droite, l'attaquant espagnol tente sa chance mais son tir est à peine trop croisé et vient mourir au ras du poteau de Benaglio.

18eme minute (1-0)
But de Monaco ! Côté droit, Falcao subtilise le ballon à Saul Niguez et centre en retrait vers Aholou. Correa arrive à temps pour empêcher le milieu monégasque de tirer, mais sans le vouloir, il relance Grandsir, qui tire sans se poser de question dans les six mètres adverses et ouvre le score.

25eme minute
Sur la gauche de la surface, Grandsir joue vers l'arrière et trouve Aholou. A 20 mètres, l'ancien Strasbourgeois prend sa chance en force et oblige Oblak à un bel arrêt au ras de son poteau droit.

32eme minute (1-1)
But de l'Atlético ! Servi par Koke à mi-hauteur, Griezmann a l'intelligence de jouer en une touche vers l'avant, où Costa a déjà pris la profondeur. Parti à la limite du hors-jeu, l'attaquant espagnol se retrouve seul face à Benaglio, qu'il trompe avec sang-froid.

45eme minute (1-2)
But de l'Atlético ! Sur un corner de Koke, Gimenez prend le dessus sur Falcao dans les airs et smashe une tête que Benaglio ne peut que détourner dans ses filets.

90eme minute
Le long centre de Mboula trouve la tête de Glik au deuxième poteau. Mais le coup de tête du Polonais passe juste à côté...
Tops et flops

TOP 3

Antoine GRIEZMANN était attendu au tournant après ses déclarations de la semaine. Et l'international français a répondu présent. Toujours aussi précieux dans son jeu en décrochage, le Mâconnais a donné deux ballons parfaits à Costa, dont un a fait mouche. C'est aussi lui qui obtient le corner du deuxième but.

Avec Griezmann, l'autre créateur de l'Atlético Madrid au stade Louis-II a été KOKE. Le milieu de terrain espagnol a été à l'origine de nombreux bons mouvements offensifs des Colchoneros, et sa qualité de frappe sur coup de pied arrêté a posé des problèmes à la défense monégasque.

Côté monégasque, la satisfaction de la soirée est venue de Benjamin HENRICHS. Sur son côté gauche, le défenseur allemand a fait le boulot et s'est montré solide. Rarement pris à défaut, il a aussi donné l'impression de vouloir relancer proprement. Plusieurs fois, cela a fonctionné avec Grandsir en début de match.


FLOP 3

Totalement transparent, Nacer CHADLI n'a absolument pas existé dans ce match. Seul Grandsir et Falcao ont un peu percuté offensivement. Pas un hasard si Jardim l'a remplacé par Mboula dès le début de la deuxième période.

On se disait que Youri TIELEMANS allait mieux, avec un bon passage en sélection et deux buts sur ses deux dernières apparitions en championnat. Mais ce mardi soir, le milieu belge a encore déçu. Quasiment pas influent en soutien de Falcao, on se demande toujours s'il a les qualités pour jouer si haut...

Titulaire surprise au milieu, Kévin N'DORAM a beaucoup trop souffert balle au pied dans cette rencontre. Malgré une bonne entame, le jeune joueur de 22 ans a vite été dans le dur quand l'Atlético a tenu le ballon, et a parfois brillé par ses absences dans l'entrejeu, notamment en fin de première période.
Monsieur l'arbitre au rapport
Un match assez tranquille pour M.Collum. L'arbitre écossais s'est vu réclamer un penalty par Falcao en deuxième période, mais le Colombien a trop cherché la faute pour obtenir gain de cause dans son duel avec Godin.
La feuille de match
LIGUE DES CHAMPIONS (Groupe A) / MONACO - ATLETICO MADRID : 1-2
Stade Louis-II (15 000 spectateurs environ)
Temps doux - Pelouse correcte
Arbitre : M.Collum (6)

Buts : Grandsir (18eme) pour Monaco - D.Costa (32eme) et Gimenez (45eme) pour l'Atlético Madrid

Avertissements : Falcao (11eme) et A.Traoré (77eme) pour Monaco - Gimenez (48eme) et D.Costa (90eme) pour l'Atlético Madrid

Expulsion : Aucune


Monaco
Benaglio (5) - D.Sidibé (5), Glik (4), Jemerson (4), Henrichs (6) - N'Doram (4), Aholou (4) puis A.Traoré (69eme) - Grandsir (5) puis M.Sylla (77eme), Tielemans (4), Chadli (3) puis Mboula (57eme) - Falcao (cap) (5)

N'ont pas participé : Badiashile (g), Raggi, Aït Bennasser, S.Diop
Entraîneur : L.Jardim


Atlético Madrid
Oblak (5) - Juanfran (6), Godin (cap) (5), Gimenez (6), L.Hernandez (6) - A.Correa (5) puis Lemar (70eme), Saul Niguez (4), Rodri (5), Koke (7) - Griezmann (7), D.Costa (6)

N'ont pas participé : Adan (g), Filipe Luis, Gelson Martins, Partey, Montero, Borja Garces
Entraîneur : D.Simeone

Vos réactions doivent respecter nos CGU.