Lille dit adieu à l'Europe

Lille dit adieu à l'Europe©Media365
A lire aussi

L'Hocine Harzoune, publié le mercredi 27 novembre 2019 à 22h58

Lille aura du mal à garder un bon souvenir de sa Ligue des Champions. Le Losc a encore été battu mercredi à domicile par l'Ajax (0-2).

Le debrief
On a l'impression que ce LOSC ne finira jamais son apprentissage européen. Dire que les joueurs de Cristophe Galtier ont eu du mal à entrer dans le match est un candide euphémisme, ces derniers ayant naïvement concédé l'ouverture du score face à des visiteurs beaucoup plus à l'aise. Dès lors, les Dogues se retrouvaient face à un challenge vertigineu qui consistait à marquer 5 buts sans en pendre un seul face à un adversaire beaucoup plus expérimenté. Tiraillés entre envie d'attaquer et méfiance face à un adversaire prêt à profiter de la moindre opportunité et du moindre espace à exploiter grâce à une aisance technique supérieure à son adversaire.


Il leur faudra pour cela tirer les enseignements d'un match où ils ont fait l'expérience de l'intensité et du niveau de la Ligue des Champions. Pour rappel, il n'y avait que quatre joueurs sur la feuille de match à avoir déjà disputé cette compétition dans leur carrière. Après cinq premières minutes intéressantes, les Lillois ont rapidement reculé, à force de pertes de balle rapides et de duels perdus, et laissé l'initiative à l'Ajax. S'en est suivi un énorme temps fort, dans le sillage d'un Hakim Ziyech sur un nuage techniquement, et il a abouti sur l'ouverture du score logique de Quincy Promes. Les hommes de Christophe Galtier, dont le coup tactique d'installer sur le côté droit de Renato Sanches a raté, alors qu'un 4-3-3 aurait possiblement donné davantage de sécurité à un LOSC qui en avait besoin, ont sérieusement flotté par la suite. La défense était notamment en grande souffrance et l'attaque manquait de justesse pour profiter des espaces laissées par des Amstellodamois fidèles eux-mêmes, tellement arrogants qu'ils en oubliaient presque de défendre.



Les Lillois ont bien failli les punir juste avant la mi-temps, mais Jonathan Ikoné a buté sur André Onana. Leur chance était passée. La pause n'a pas réellement bouleversé la physionomie des débats, les Dogues étant toujours aussi bousculés et gênés par le rythme imposé par l'Ajax. Les Nordistes ont surtout trop vite concédé le break pour espérer semer le doute dans les esprits néerlandais. Portés par un public en fusion dans la Johan Cruijff Arena, les joueurs d'Erik ten Haag ont ensuite déroulé sans forcer. Les Lillois ont eux eu le mérite de ne pas se désunir, pour ne pas exploser complètement et repartir en France avec un sérieux excédent bagages. Ils n'auraient probablement pas volé de marquer, au moins, pour adoucir l'addition. Mais il était écrit que cette soirée serait un difficile apprentissage jusqu'au bout. Maintenant, il faudra s'en servir pour la suite.


L'instant T : Le match a basculé d'emblée avec une ouverture du score très précoce des visiteurs qui a glacé les locaux dès la deuxième minute de jeu. Le LOSC, qui a vu ses espoirs de qualification s'amenuiser encore davantage, a dû s'exposer encore plus défensivement pour aller chercher l'égalisation et les rapides attaquants ajacides se sont vus offrir beaucoup d'espaces alors que les Dogues ont été coupés dans leur élan de conquête d'emblée.


Les buts
2 eme minute (1-0)
L'Ajax a marqué sur sa première offensive. Nous ne jouons que la deuxième minute quand Labyad combine avec Dusan Tadic. Ce dernier réussit une remise intelligente pour Hakim Ziyech dont la reprise sans contrôle fait mouche face à un Mike Maignan impuissant.

50eme minute (2-0)
L.Martinez change d'aile pour trouver Neres sur la droite. L'ailier brésilien profite du faux-appel de Ziyech pour repiquer dans l'axe et lancer E.Alvarez dans la surface lilloise. Dans un angle fermé, l'international mexicain se jette pour envoyer sa frappe dans la lucarne opposée de Maignan.

62eme minute (3-0)
Corner sur la gauche tiré sortant par Ziyech. A la tombée du ballon, Tagliafico devance André au point de penalty pour placer une reprise décroisée de la tête qui trompe Maignan.
Les tops et les flops
Hakim Ziyech (8)
Nanti d'un sang froid exemplaire pour marquer sur l'entame de match, il a continué dans la même veine avec des remises inspirées, de la distribution précise souvent en une touche pour les latéraux et une très bonne protection de balle. Le geste juste en permanence et dans n'importe quelle situation pour créer les décalages et ordonner le tempo.
Renato SANCHES (3)
Pas aidé certainement par son positionnement dans le couloir droit, Renato Sanches n'a pas existé dans cette rencontre, en dehors d'une belle inspiration pour Osimhen. Son impact physique s'est révélé inexistant et il a perdu de nombreux ballons sur des transmissions imprécises. Tout aussi en difficulté sans ballon. Son calvaire a duré une heure, jusqu'à son remplacement.
GABRIEL (3)
Peu utilisé la saison passée (17 apparitions toutes compétitions confondues), Gabriel a gagné ses galons de titulaire. Mais le défenseur brésilien a clairement touché ses limites. Son attitude bizarre sur le premier but de l'Ajax a étonné et il avait un temps de retard sur l'action du break. Dans le dur comme tout le côté gauche défensif du LOSC, avec un Bradaric aussi sous l'eau.
La feuille de match
AJAX AMSTERDAM - LILLE :

Grande Stade Lille Métropole (50 000 spectateurs environ)
Temps agréable - Pelouse excellente
agréable : M.Beaudoin (4)

Buts :

Avertissements :

Expulsion : Aucune


Lille
Maignan - Celik, Djalo, Gabriel, Reinildo - André (c), Soumaré - Ikoné, Yazici, Bamba - Osimhen.

N'ont pas participé : Bradaric, Leonardo, Pied, Xeka, Renato Sanches, Araujo, Rémy
Entraîneur : C.Galtier


Ajax Amsterdam
Ajax : Onana - Dest, Schuurs, Martinez, Tagliafico - Van de Beek, Ziyech, Mazraoui - Labyad, Tadic (c), Promes.

N'ont pas participé : Alvarez, Varela, De Jong, Lang, Marin, Huntelaar, Timber
Entraîneur : E.Ten Haag

Vos réactions doivent respecter nos CGU.