Un risque maximal autour d'OM - Francfort

Un risque maximal autour d'OM - Francfort©Panoramic, Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mardi 13 septembre 2022 à 10h54

La confrontation entre l'Olympique de Marseille et l'Eintracht Francfort fait craindre le pire aux forces de police, en marge de cette deuxième journée de C1. Les supporters allemands ne sont pas attendus dans le calme et la paix.



C'est l'alerte rouge à Marseille en ce jour de Ligue des champions, un rare 5/5 sur l'échelle des matchs à risque, avec le déplacement des fans de Francfort réputés pour voyager très en masse. Ils l'ont prouvé de magnifique manière la saison dernière à Barcelone, un peu moins à Séville où des violences avaient eu lieu en ville (contre le Betis en Ligue Europa, la même compétition où l'Eintracht, futur vainqueur, avait déjà éliminé le Barça). Le contingent officiel de 3 000 supporters est encadré, mais la crainte se porte sur les milliers de fans sans billet qui se rendraient également à Marseille... Le tout dans un contexte marqué, il y a moins d'une semaine, par Nice - Cologne, où de forts débordements dans les tribunes de l'Allianz Riviera ont contraint à décaler le coup d'envoi d'une heure.

Matteo Guendouzi comme Igor Tudor, ainsi que son collègue Oliver Glasner, ont appelé leurs supporters au calme. Huit interpellations ont déjà eu lieu depuis lundi soir, selon RMC Sport, alors que des groupes marseillais et allemands ont cherché à en découdre dans le centre-ville. Mardi après-midi, des écoles et des commerces vont fermer plus tôt qu'à l'accoutumée aux abords de l'Orange Vélodrome. "Ce n'est pas acceptable, mais on ne peut pas mettre tout le monde en danger, estime sur BFMTV Sébastien Jibrayel, le maire adjoint aux Sports. Des dangereux arrivent, il va falloir les canaliser. L'important, c'est la sécurité de nos enfants. Ça doit être une fête, pas un cauchemar. Le dispositif mis en place est assez unique. Les commerçants vont encore vivre dans le stress et l'angoisse."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.