Tuchel et Simeone défendent la Super League

Tuchel et Simeone défendent la Super League©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le lundi 19 avril 2021 à 18h28

Thomas Tuchel a été longuement questionné lundi au sujet du projet de Super League, où Chelsea est impliqué parmi les douze équipes présentes. L'entraîneur allemand, un peu acculé, ne peut globalement que suivre son club.



Premier de cordée... Thomas Tuchel est le premier entraîneur des douze clubs de Super League à avoir dû se présenter face à la presse, du fait de son match mardi soir avec Chelsea face à Brighton. L'entraîneur allemand, s'il tente de ménager la chèvre et le chou, penche tout de même - sans trop de surprise - du côté de son club : "Je suis venu pour disputer les compétitions les plus difficiles d'Europe. J'espérais parler de Manchester City et Brighton, mais ce n'est pas le cas. Je fais partie de ce club, et je pense qu'il a pris la bonne décision. Je pense que c'est trop tôt pour tout juger, et puis ce n'est pas mon rôle... Je suis coach et je dois être concentré, on a un autre match mardi. Il y a beaucoup trop d'opinions données partout. Si j'en avais une, je la garderais pour moi."

Tuchel : "A nous de ne pas lire trop de choses..."

Tuchel répète toute sa confiance en Chelsea et se cantonne à ses prérogatives : "Mon job est très clair, je ne suis peut-être pas la bonne personne pour parler de ça. Je comprends toutes les réactions émues.. Les joueurs n'ont pas été impliqués dans cette décision. Peut-être que le club devrait leur parler, pour que leur préparation ne soit pas impactée. Mais eux comme moi, nous sommes des employés de Chelsea et nous avons confiance. C'est mieux de ne pas être impliqué dans ces choses politiques, ça nous passe au-dessus. Même si c'est parfois impossible pour les joueurs de ne pas être influencés. J'espère qu'on va rester calmes et qu'on aura assez d'influence, justement, pour qu'ils ne soient pas distraits. A nous de ne pas lire trop de choses... On est impliqués pour jouer notre rôle. Personne n'attend rien d'autre de moi."


En concluant, philosophe : "Rien ne va changer avec les joueurs, parfois c'est au centre de la tempête que c'est le plus calme... Je ne veux pas que ça sonne comme une excuse." Quant à la réaction possiblement courroucée des supporters, Tuchel dit qu'il n'a "pas le droit de parler à leur place" : "Chacun est assez grand pour se faire sa propre opinion, parler et supporter. Qui suis-je pour juger la réaction des fans ? Je ne peux pas savoir, il faut juste attendre et avoir confiance en notre club." La veille, alors que le projet n'avait pas encore été officialisé, Diego Simeone avait été le seul à se mouiller, à peu près dans le même ton : "On est prêts à entraîner et à gérer nos joueurs. Les clubs prennent les meilleures décisions pour nos bénéfices et pour l'avenir."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.