Superligue : Les politiques s'y opposent

Superligue : Les politiques s'y opposent©Media365
A lire aussi

Nicolas Kohlhuber, Media365 : publié le lundi 19 avril 2021 à 12h30

Depuis ce dimanche, le projet de création d'une Superligue par douze clubs européens fait beaucoup de bruit. Des personnalités politiques n'ont pas hésité à réagir pour dénoncer ces initiatives.



La classe politique française et européenne n'a pas tardé à réagir à l'annonce de la création d'une Superligue européenne. Ce projet sécessionniste mené par douze clubs européens a fait réagir au plus haut niveau de l'état. Même Emmanuel Macron s'est exprimé sur le sujet pour soutenir les clubs français mais aussi l'UEFA et la FIFA pour lutter contre cette révolution qui met à mal les fondements mêmes du football européen. « Le président de la République salue la position des clubs français de refuser de participer à un projet de Superleague européenne de football, menaçant le principe de solidarité et le mérite sportif. L'Etat Francais appuiera toutes les démarches de la LFP, de la FFF, l'UEFA, et de la FIFA pour protéger l'intégrité des compétitions fédérales qu'elles soient nationales ou européennes » a annoncé l'Élysée à l'AFP.


Il a été rapidement suivi par plusieurs membres de son gouvernement. Sur Twitter, Jean-Michel Blanquer le Ministre de l'Education nationale, de la jeunesse et des sports a parlé du franchissement d'une ligne rouge. Dans un communiqué transmis à l'AFP, Roxana Maracineanu, la Ministre déléguée aux sports a aussi fustigé cette évolution du football européen. « Un système sans critère sportif d'accession qui réunit un club VIP de quelques puissants représente non seulement la négation du mérite sportif mais aussi un véritable danger pour le monde du football » a annoncé l'ancienne nageuse.

Ce projet continental est-il même légal ? Margaritis Schinas, un des vice-présidents de la Commission Européenne  a en tout cas expliqué que cette ligue semi-fermée est contraire au modèle sportif et aux valeurs européennes. « Nous devons défendre un modèle européen de sport fondé sur des valeurs, sur la diversité et l'inclusion. Il n'est pas question de le réserver aux quelques clubs riches et puissants qui veulent rompre les liens avec tout ce que les fédérations défendent : championnat national, principe de promotion/relégation, soutien au football amateur. L'universalité, l'inclusion et la diversité sont des éléments clés du sport européen et du style de vie européen », a publié l'homme politique grec sur Twitter.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.