Super Ligue : Quand Zidane s'agace

Super Ligue : Quand Zidane s'agace©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le lundi 26 avril 2021 à 16h05

Zinedine Zidane a peu goûté d'être questionné sur la Super Ligue lundi, à la veille de la demi-finale aller de la Ligue des Champions entre le Real Madrid et Chelsea.



Déjà gêné aux entournures la semaine dernière lorsqu'il a été interrogé sur le projet - mort-né - de Super Ligue, Zinedine Zidane est apparu très agacé lundi en conférence de presse, à la veille de la demi-finale aller de Ligue des Champions entre Real Madrid et Chelsea. De nouveau relancé sur le sujet, et notamment sur une éventuelle exclusion du club merengue de la reine des compétitions européennes lors du prochain exercice, l'entraîneur tricolore trouve cette idée "absurde. Cela parle beaucoup, de savoir si on y sera l'année prochaine... Ce qu'il faut faire, c'est regarder le match de mardi. Comme nous ne la contrôlons pas, cela va beaucoup parler. Et mon avis, c'est que nous voulons voir le Real Madrid dans la prochaine Ligue des Champions."

"Le président sait ce que je ressens dans mon cœur"

Son agacement est allé croissant, notamment quand il a été questionné sur un éventuel arbitrage défavorable envers le club madrilène face aux Blues. "Je l'ai dit en espagnol, je vais le dire plus clairement en français : l'arbitre va faire son job et nous, on va faire notre job sur le terrain. C'est tout ce qui nous importe. Le reste, en fait, on ne va jamais le contrôler. Cela ne sert à rien que je donne mon avis. Comme chacun parle et donne son avis, cela ne va rien changer du tout. Ce qui changera, c'est ce que nous allons faire sur le terrain et de se dire que chacun va faire son travail. Nous, il faut que l'on fasse le nôtre. Le plus important c'est de faire notre travail sur le terrain. Le reste ne nous intéresse pas." Invité à apporter son soutien à son président Florentino Perez, très critiqué, surtout à l'international, pour son rôle moteur dans ce projet de Super Ligue, "ZZ" ne s'est pas montré beaucoup plus bavard : "Le président sait ce que je ressens dans mon cœur. Nous sommes ici pour préparer le match de demain."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.