Super Ligue : Leeds se paye les clubs anglais mêlés au projet

Super Ligue : Leeds se paye les clubs anglais mêlés au projet©Media365

Guillaume MARION, Media365 : publié le lundi 26 avril 2021 à 19h20

Sur le site officiel de Leeds, Angus Kinnear, le directeur général des Peacocks, s'en est pris aux clubs anglais mêlés au projet, finalement avorté, de la Super Ligue avec un brin d'humour très britannique.



Celui-ci, ils ne l'ont pas volé. Ce lundi, sur le site officiel de Leeds, Angus Kinnear, le directeur général du club, a taclé les six clubs anglais, qui devaient intégrer la Super Ligue. Si le projet a finalement été abandonné, Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manhester City, Manchester United et Tottenham ont vu leur cote d'amour diminer outre-Manche. « Il y a deux semaines, nous avons quitté l'Etihad Stadium avec l'impression que Manchester City n'avait pas apprécié d'être humilié par une modeste équipe de Leeds (défaite 1-2, le 10 avril). Mais nous n'aurions jamais pu prédire que cette défaite serait le catalyseur pour créer leur propre ligue où ils n'auraient plus à subir le spectre d'un tel échec sur le terrain. Peu importe qu'il s'agisse d'un véritable mouvement de séparation, ou bien d'un acte digne des brutes dans les cours de récréation qui menaçaient de garder la balle pour eux. Le résultat demeure une trahison pour tous les supporters de football », a notamment lancé Angus Kinnear, lors d'un billet très critique à leur encontre.

« Si tu tues la méritocratie, le système s'effondre »

« Je rejette la manière dont la Super Ligue a été préparée. Je peux entendre que des clubs souhaitent modifier le format des compétitions, qu'ils souhaitent encore plus de matchs et gagner encore plus d'argent... Pourquoi pas ? On peut en discuter et voir si ces objectifs sont atteignables. Mais dans ce cas, il ne faut pas mener des négociations en cachette. Les clubs de Premier League concernés auraient dû nous en parler, essayer de convaincre les autres clubs de l'intérêt d'un tel projet, avait pour sa part confié Andrea Radrizzani, le président des Peacocks, dans un entretien à L'Equipe. (...) Cette idée de ligue fermée est en opposition à notre tradition européenne du sport basée sur la méritocratie. Si tu tues la méritocratie, tu tues les rêves de millions de joueurs et de fans et tout le système s'effondre. Personnellement, je n'aurais jamais investi dans Leeds United si je n'avais pas l'espoir qu'on puisse remonter en Premier League... »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.