OM : Les supporters en colère

OM : Les supporters en colère©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mercredi 04 novembre 2020 à 11h25

Après la nouvelle défaite de l'OM en Ligue des champions, à Porto (3-0), les supporters marseillais s'en prennent à leurs joueurs et à leurs dirigeants.

 

C'est peu dire que la défaite de l'Olympique de Marseille passe mal du côté des phocéens amoureux du ballon rond. Au lendemain du revers encaissé par l'OM face au FC Porto dans le cadre de la phase de poules de la Ligue des champions (3-0), le club de supporters des South Winners 1987 a tenu à se faire entendre.

Sur les réseaux sociaux, le groupe s'est voulu incisif, mais lucide : "Que dire ? Les mots nous manquent pour décrire ce que nous avons vu et enduré (...). Une insulte faite au football, à l'institution OM, à nos 120 ans d'histoire (...). Mais ce fiasco était malheureusement prévisible et attendu. Il faut croire que tous nos détracteurs ont raison de dire que nous ne sommes pas invités dans cette compétition vu l'engagement de nos joueurs (...)." Un constat plein d'amertume, et presque de désespoir.



"Cette équipe manque définitivement de tout : envie, intensité, qualité technique et athlétique, projet de jeu, grinta, honneur, dignité. Le contenu est affligeant et désespérant et les carences bien trop nombreuses." Et le communiqué de lier la tristesse des performances phocéennes au contexte sanitaire lié au Covid-19 : "Vous aviez la possibilité d'offrir un peu de réconfort et de passion au peuple marseillais, mais vous vous êtes lamentablement manqués. Ce retour dans la plus prestigieuse des compétitions européennes s'annonçait comme une fête, vous l'avez transformé en cauchemar."

L'actionnaire majoritaire pointé du doigt

Mais les South Winners n'en oublient pas moins de pointer du doigt, ceux qui sont à leurs yeux responsables : "Comment ne pas porter notre regard vers l'actionnaire majorité très peu concerné avec son projet raté et ses choix douteux, plus précisément la direction mise en place qui a montré toute l'étendue de son incompétence flagrante. (...) Nous voici revenus dans les mêmes conditions que la fin de l'ère Dreyfus. Si vous n'avez ni la stature, ni les moyens, ni l'ambition, partez et vendez !"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.