Monaco : Kovac se méfie du Shakhtar

Monaco : Kovac se méfie du Shakhtar©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mercredi 11 août 2021 à 10h53

Qualifié pour les barrages de la Ligue des Champions après avoir éliminé le Sparta Prague, l'AS Monaco n'aura pas la tâche facile face au Shakhtar Donetsk estime son entraîneur Niko Kovac.



L'ASM n'a pas tremblé. Une semaine après leur victoire 2-0 sur la pelouse du Sparta Prague, une rencontre marquée par les cris racistes ciblant Aurélien Tchouaméni, les Monégasques l'ont emporté 3-1 face à la formation tchèque mardi soir lors du match retour de ce troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions. Gelson Martins a ouvert le score à la 50e minute, avant qu'Aleksandr Golovin ne double la marque quelques instants plus tard (56e). Et si David Moberg-Karlsson a réduit l'écart (78e), Sofiane Diop a ensuite définitivement assuré le succès du club du Rocher (81e). Et pour atteindre la phase de groupes de la C1, Monaco va maintenant devoir écarter le Shakhtar Donetsk en barrages, avec un match aller le 17 août à Louis-II et un retour programmé une semaine plus tard à Kharkiv.

"Un adversaire redoutable"

Des Ukrainiens qui ont eux éliminé les Belges de Genk, en s'imposant deux fois sur le même score (2-1). Et les Monégasques se méfient de cette équipe, qui avait terminé à la troisième place de son groupe la saison dernière, devant l'Inter Milan, à égalité de points avec le Borussia Mönchengladbach et derrière le Real Madrid, que le Shakhtar avait battu à deux reprises (3-2 à Madrid et 2-0 en Ukraine). "Sur Donetsk, ce que je sais c'est qu'il y a un nouvel entraîneur, un Italien (Roberto De Zerbi, ndlr). Je sais aussi qu'ils ont battu le Real deux fois la saison dernière. C'est un adversaire redoutable, habitué à la Ligue des Champions, le favori de notre confrontation, et assurément le plus fort qu'il était possible de rencontrer. Mais on croit en nos qualités, en nos forces. On a travaillé très dur la saison dernière pour jouer ce match", a ainsi déclaré Niko Kovac en conférence de presse.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.