Ligue des Champions - Real Madrid : A force de s'effacer derrière Cristiano Ronaldo, Karim Benzema est devenu invisible

Ligue des Champions - Real Madrid : A force de s'effacer derrière Cristiano Ronaldo, Karim Benzema est devenu invisible©Media365

Geoffrey Steines, publié le mercredi 11 avril 2018 à 08h59

Karim Benzema est parti pour accomplir sa pire saison statistique au Real Madrid. La conséquence de sa mise au service du collectif merengue et de la réussite de Cristiano Ronaldo, quitte à s'en oublier lui-même.

Quand Karim Benzema raccrochera les crampons, il n'aura qu'à étaler son palmarès pour justifier sa réputation. Trois Ligues des Champions, six titres de champion national, des trophées en pagaille : il a probablement le CV le plus fourni du football français parmi les joueurs en activité. Mais son cas a régulièrement fait débat et en ce moment plus que jamais. Il est l'attaquant de pointe de la meilleure équipe d'Europe, qui a planté 123 toutes compétitions confondues cette saison. Un total dans lequel l'ancien Lyonnais pèse à peine 7%, avec ses 9 réalisations en 2017-18. Il a marqué cinq buts de moins que Gareth Bale, qui a pourtant disputé 653 minutes en moins, et que Marco Asensio, qui n'est pas un attaquant de surface. Au ratio buts/minutes, il fait moins bien que Lucas Vazquez ou Borja Mayoral. Sentinelle devant la défense, Casemiro ne pointe qu'à 3 réalisations de Benzema.Zidane : « Avec ce qui se dit, peut-être qu'il souffre »Autant d'anomalies qui illustrent la saison compliquée du numéro 9 madrilène. « Il est comme d'habitude, a assuré Zinédine Zidane mardi en conférence de presse, à la veille du quart de finale retour de Ligue des Champions contra la Juventus Turin. Avec ce qui se dit, peut-être qu'il souffre. Il aimerait marquer un peu plus de buts. Mais il s'entraîne bien, il est là avec ses coéquipiers, impliqué et concentré. Il aimerait mettre plus de buts et être meilleur. » A ses détracteurs, ses fervents défenseurs répondent que son malheur est d'évoluer aux côtés de l'omnipotent Cristiano Ronaldo, qu'il se dévoue entièrement au collectif et travaille pour les autres avant de penser à lui. Un altruiste comme il y en aurait peu dans la caste des attaquants. C'est une réalité, Benzema n'est pas une pointe comme les autres. Ce n'est pas un joueur de surface, c'est un homme de décrochages, pour libérer des espaces dans le dos de la défense, et de remises, avec un énorme taux de réussite grâce à sa technique soyeuse.25,5 buts de moyenne par saison entre 2010 et 2016Mais rien de tout ça n'explique ses statistiques faméliques, compensées par ses 11 passes décisives. 9 buts, c'est son pire total au Real depuis sa première saison au club, en 2009-10, quand il était en concurrence acharnée avec Gonzalo Higuain. Benzema a toujours évolué avec Cristiano Ronaldo au Real, ça ne l'a jamais empêché de claquer au minimum 20 buts par saison et de tourner même à 25,5 de moyenne entre 2010 et 2016. Et Luis Suarez, qui joue avec Lionel Messi au FC Barcelone, en est 26 buts cette saison. Mieux encore, l'Uruguayen a inscrit 69 buts en Liga entre 2015 et 2017 au sein de la MSN, aux côtés de Messi et Neymar. Le natif de Lyon n'est non plus le seul attaquant des grands clubs européens qui participe au jeu, à l'instar d'un Antoine Griezmann, omniprésent lors du derby dimanche (1-1) et homme du match avec l'Atlético Madrid, pour ne citer que lui.La rumeur Lewandowski enfleOui, Benzema est dans le dur, peu importe les circonstances atténuantes dont il pourrait bénéficier. Une tendance qui remonte à la saison passée, qu'il avait terminée 18 buts et 9 passes décisives. Bien, mais loin de ses standards. Tête basse, visage fermé : il donne le sentiment de traîner son spleen sur les terrains et de ne plus s'épanouir dans l'ombre de Cristiano Ronaldo. Un rôle de lieutenant qu'il a rempli à la perfection, avec à la clé de grandes victoires collectives. Mais Benzema s'en est oublié lui-même. Il nage dans le doute, voit la nouvelle génération de joueurs offensifs du Real (Asensio, Vazquez) croquer son temps de jeu et rogner son influence. A tel point qu'il est envisageable qu'il soit poussé vers la sortie l'été prochain, la rumeur Robert Lewandowski enflant depuis des semaines. Ce ne serait alors pas si simple pour Benzema, malgré sa cote, de retrouver un challenge à la hauteur de ses ambitions. Parce que ses stats ne le sont pas. Et c'est d'abord sur elles qu'un attaquant de pointe est jugé. Peu importe son influence sur ses coéquipiers.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.