Ligue des Champions - PSG : Unai Emery veut densifier son milieu mais marche sur des œufs

Ligue des Champions - PSG : Unai Emery veut densifier son milieu mais marche sur des œufs©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le mercredi 27 septembre 2017 à 07h08

Contre le Bayern Munich ce mercredi, Unai Emery devrait faire évoluer son équipe en 4-3-3, le système qui donne le plus de garanties. Mais si Thiago Motta venait à se blesser, le PSG serait en difficultés.

Cet été, le PSG a réservé son chéquier pour faire de gros coups dans le secteur offensif. Neymar et Mbappé sont arrivés en grandes pompes, faisant presque oublier que le club de la Capitale marchait sur des œufs au milieu de terrain. Avec les départs de Blaise Matuidi et de Grzegorz Krychowiak, l'entrejeu parisien s'est affaibli quantitativement, faisant grimper les jeunes Lo Celso, Nkunku ou encore Callegari dans la hiérarchie. Mais au regard de leur faible expérience du haut niveau, tous devront encore se contenter des miettes de la Ligue 1 et des coupes nationales pour se montrer, ce que l'Argentin a parfaitement commencé à faire en se montrant décisif contre Lyon il y a dix jours. Suffisant ? En Ligue des Champions, la problématique est claire. A l'image de ce qu'il a entrepris à Glasgow lors de la première journée, Unai Emery ne laissera aucune place à l'improvisation en C1. Entendez par là que le 4-3-3 devrait rester le système préférentiel. Encore plus contre des gros calibres comme le Bayern Munich, qui nécessitent une vraie assise au milieu.
Thiago Motta enchaîne les matchs depuis le début de saison
« Nous travaillons pour avoir un système qui correspond le mieux à nos forces, a expliqué l'entraîneur parisien devant la presse mardi. Le 4-3-3 est un schéma clair. » Problème, en 4-3-3, les options ne sont pas légion. Et le trio type Thiago Motta, Rabiot et Verratti sera exploité, pour ne pas dire surexploité. Jusque-là, rien d'anormal. Sauf que le premier cité vient de fêter ses 35 ans et enchaîne les matchs depuis le début de la saison. Sept titularisations en Ligue 1, une en Ligue des Champions. Pour le moment, la machine tourne bien. Quand il évolue en sentinelle, l'Italien semble à l'aise et sait encore exprimer ses qualités techniques. Mais on sait le potentiel physique de l'ancien Barcelonais en baisse. Et face à des équipes comme le Bayern Munich, tout le défi sera de ne pas trop l'exposer. D'où le rôle important de Marco Verratti et d'Adrien Rabiot. Depuis le début du mois d'août, le second est en pleine bourre, contrairement au Hibou, plus irrégulier.
Le grand Verratti se fait encore attendre
« J'ai eu un problème au genou. J'ai retardé un peu ma reprise. Les premiers matchs sont toujours difficiles, on travaille beaucoup et on voyage aussi énormément », a tenté de se défendre le milieu italien en conférence de presse. « Je ne pense pas que si demain je fais un gros match et que je rate les autres, je vais changer les choses. On joue beaucoup de matchs et il faut tous les réussir. La Ligue des Champions à la maison, c'est plus joli certes, mais je dois faire mon travail et donner le maximum. Je dois travailler encore plus. Je n'ai pas cette pression de devoir prouver quelque chose aux gens », estime Verratti, qui avait sans doute livré sa prestation la plus aboutie lors de la victoire contre le Celtic il y a deux semaines.
Tester autre chose pour parer à toute éventualité
Reste que cette saison plus que les autres, le PSG veut avoir plusieurs cordes à son arc. Depuis le début de la saison, Unai Emery tente de tester d'autres systèmes tactiques, en début ou en cours de match. Il arrive d'ailleurs que les sorties de Thiago Motta en deuxième période coïncident avec une évolution tactique. Avec l'apport d'un joueur offensif comme Julian Draxler, par exemple, sans compter les retours attendus d'Angel Di Maria et Javier Pastore. Être capable de s'adapter ou de surprendre. Voilà le défi du milieu parisien cette saison en Ligue des Champions afin d'éviter d'être prévisible. Mais au jeu des expérimentations, il ne faudra pas non plus laisser de côté les plus jeunes, comme Christopher Nkunku, utilisé seulement sept minutes depuis le début de la saison. Car si Thiago Motta (ou Marco Verratti) venait à rencontrer de nouveaux pépins physiques, ce sont tous les équilibres estivaux qu'il faudrait revoir.

 
4 commentaires - Ligue des Champions - PSG : Unai Emery veut densifier son milieu mais marche sur des œufs
  • LA L1 est régentée par le Qatar Paris Saint Germain grosse centrale d'achats qui de la main droite achète les joueurs aux prix fort et de la main gauche subventionne les barbus.........puis il y a l' AS Monaco spécialisée dans la vente de joueurs pour le plus grand bonheur des Russes .........les dix huit autres équipes de Gaulois se contentent de manger les miettes ...........

  • ATTENTION AU CARTON COMME MONACO ? DEVANT LE BAYERN IL FAUT JOUER VITE ET BIEN SINON...............

  • Si le PSG ronronnent comme Samedi contre Montpellier ( passes en retrait a longueur de match ) le BAYERN n'aura aucune difficulté à marquer des BUTS .Il faudra jouer beaucoup plus vite sinon punition assurée ,ceci etant valable pour le milieu de terrain du PSG...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]