Ligue des Champions - PSG : Marco Verratti symbole du naufrage, une attaque encore atone... Les notes des Parisiens

Ligue des Champions - PSG : Marco Verratti symbole du naufrage, une attaque encore atone... Les notes des Parisiens©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mardi 06 mars 2018 à 23h00

Dominé dans tous les secteurs par le Real Madrid mardi (1-2), le PSG a pris l'eau au milieu, où Marco Verratti a craqué bêtement avec un carton rouge stupide et où Adrien Rabiot n'a pas relevé le niveau. Pas plus qu'une attaque catastrophique de déchet technique.

Le flop : Marco Verratti (3)Il devait être le facteur X du PSG, Marco Verratti est passé à côté. Bien évidemment, il a fait le job défensivement, en contrant notamment deux tirs madrilènes. A l'origine aussi d'une bonne occasion, avec un bon pressing puis un décalage pour Angel Di Maria (41eme). Mais son déchet monstrueux dans la construction, à cause d'un marquage ultra serré, l'a empêché d'avoir son influence habituelle sur le jeu. Il a couronné son match raté d'un deuxième avertissement stupide pour contestation, qui a définitivement enterré les espoirs parisiens (66eme). Un symbole de la faillite parisienne au milieu.Alphonse Areola : 6Comme à l'aller, Alphonse Areola a repoussé l'échéance tant qu'il a pu, avec deux arrêts de grande classe en première période : un réflexe énorme face à Sergio Ramos (18eme) et un duel gagné avec Karim Benzema dans un angle fermé (38eme). Le gardien du PSG s'est retrouvé impuissant sur les deux buts encaissés après la mi-temps, avant de sortir encore un beau tir d'Isco en toute fin de rencontre (90eme). Lui a tenu son rang sur la double confrontation.Dani Alves : 4Dani Alves, c'était Docteur Jekyll et Mister Hyde. Lors du premier acte, le latéral brésilien a bien géré le cas Marco Asensio et s'est imposé comme le seul Parisien à faire des différences par la passe. Deux fois il a envoyé Kylian Mbappé sur orbite (14eme et 42eme), sur les deux meilleures situations de son équipe. Mais il s'est troué après la pause, avec une balle perdue sur l'ouverture du score (51eme) et une vraie baisse de régime dans tous les secteurs. En manque d'oxygène en fin de match.Marquinhos : 4Comme d'autres, Marquinhos a certainement rendu sa moins bonne copie de la saison dans le match le plus important. Tout un paradoxe pour celui qui devait être l'assurance tous risques de la défense parisienne. Une intervention ratée qui aurait pu coûter cher (38eme) et une fébrilité inhabituelle qui a transpiré chez lui. Trop court pour contrer le tir de Casemiro, plus que le dévier et prendre à contre-pied Areola (80eme). Un vrai jour sans, comme au Camp Nou la saison dernière.Thiago Silva : 6Sur la lancée de ce qu'il réalise depuis sa mise au ban à Santiago-Bernabéu, Thiago Silva a affiché un comportement volontaire et sérieux. Il s'est démultiplié pour mettre de l'ordre dans la maison en première période (17eme, 24eme) et a défendu avec intelligence, notamment face à Karim Benzema (74eme). Battu une fois, par Cristiano Ronaldo de la tête (50eme), mais décisif sur le but parisien avec une remise intelligente (71eme). Le capitaine a tout fait pour éviter au navire de sombrer.Yuri Berchiche : 4Préféré à Layvin Kurzawa, Yuri Berchiche n'a pas démérité, comme à l'aller. Il a notamment lancé un contre par une interception bien sentie (4eme) et il a envoyé un centre vicieux vers Edinson Cavani. A son débit, il a lâché le marquage de Cristiano Ronaldo sur l'ouverture du score (51eme) et n'a jamais pu rattraper son retard pris au départ de l'action du deuxième but (80eme), exténué qu'il était.Thiago Motta : 5Par sa simple présence, Thiago Motta a facilité la première relance et retrouvé ses automatismes avec ses partenaires. Il a néanmoins peiné à imposer au rythme soutenu et trop souvent multiplié les touches de balle. Des éclairs dans la passe, comme celle de 50 mètres qui a cassé deux lignes vers Di Maria (9eme). Remplacé par PASTORE (59eme), entré plein d'envie et de détermination, avant d'être impliqué sur le but parisien (71eme) puis d'enchaîner les erreurs techniques jusqu'à s'attirer les sifflets du Parc.Adrien Rabiot : 3Adrien Rabiot aurait aimé que ce match retour se joue à Santiago-Bernabéu. Parce que s'il a brillé lors des disputés là-bas, il a cette fois sombré dans un milieu où il s'est retrouvé asphyxié. Peu de courses vers l'avant, des erreurs techniques grossières et un tout petit volume de jeu par rapport à ses habitudes : il était méconnaissable. Impliqué négativement sur les deux buts madrilènes, en oubliant Lucas Vazquez (51eme) puis en commettant une erreur de relancé catastrophique (80eme).Angel Di Maria : 3L'homme le plus chaud d'Europe en 2018 s'est refroidi au plus mauvais moment. Le plus remuant des joueurs offensifs parisiens, il a beaucoup tenté et a touché énormément de ballons, en particulier en première période. Mais son déchet technique était rédhibitoire pour créer la moindre différence. Pas plus précis sur les coups de pied arrêtés. Remplacé par DRAXLER (76eme), qui s'est fait bouger au milieu sans réussir à se mettre à la hauteur dans l'intensité.Edinson Cavani : 4Sans un ballon qui lui est retombé miraculeusement sur le genou (71eme), Edinson Cavani aurait passé un 8eme de finale terrible. Pas sûr que cette séquence gaguesque ait suffi à atténuer la frustration d'une double confrontation où il n'a pas pesé. Trop de limites techniques pour exister loin de la surface adverse, un manque de spontanéité et des appels annihilés faute de profondeur : le Real a trouvé l'arme anti-Cavani. Ce qui a grippé toute la machine parisienne.Kylian Mbappé : 3Kylian Mbappé avait habitué à passer tous les caps avec une telle facilité et à faire glisser la pression sur lui comme un vieux briscard qu'un tel couac fait désordre. Mais ce n'est qu'à moitié étonnant dans une période où l'attaquant du PSG n'affiche pas la même décontraction qu'en 2017. Pollué par son déficit de confiance, il s'est entêté dans des actions personnelles contre-productives. Sur la meilleure occasion d'ouvrir le score, il a oublié Edinson Cavani (42eme). La goutte de trop pour un joueur qui connait son premier vrai passage à vide. Un rite initiatique à seulement 19 ans...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Ligue des Champions - PSG : Marco Verratti symbole du naufrage, une attaque encore atone... Les notes des Parisiens
  • Vérratti est la copie conforme du joueur de l'OL Raphaël pas un match sans prendre un carton.