Ligue des Champions - PSG : Les ingrédients de l'aller contre le Bayern Munich, Paris doit les retrouver

Ligue des Champions - PSG : Les ingrédients de l'aller contre le Bayern Munich, Paris doit les retrouver©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mardi 05 décembre 2017 à 07h12

Le PSG a concédé samedi à Strasbourg sa première défaite de la saison (2-1), au bout d'une semaine où il lui a manqué ce qui avait fait sa réussite lors du match aller contre le Bayern Munich fin septembre (3-0). De quoi rendre le test bavarois encore plus excitant pour les Parisiens.



Il suffit d'un rien pour qu'une atmosphère de crise enveloppe le PSG. Il faut dire que la défaite à Strasbourg (2-1), promu qui évoluait encore en CFA2 il y a cinq ans et 17eme de L1 avant le coup d'envoi, est tellement spectaculaire qu'elle a fait parler partout en Europe. Surtout en Allemagne, à trois jours de la finale du groupe B de Ligue des Champions entre le Bayern Munich et le club de la Capitale, en déplacement à l'Allianz Arena mardi (20h45) pour valider sa première place. Bien évidemment, le résultat en Alsace ne présage en rien de ce qui se déroulera en Bavière, tant le contexte et la physionomie du match seront incomparables. Mais au-delà du résultat, la dernière semaine des Parisiens a ravivé des doutes que le début de saison avait effacés, en particulier la victoire contre le Bayern lors du match aller fin septembre (3-0). Autant de raisons de se dire que le test que passera le leader de L1 mardi sera plein d'enseignements.
Une efficacité offensive en berne
Avec 29 tirs tentés, le PSG a battu samedi à La Meinau son record de la saison. Le hic, c'est qu'il n'en a cadré que 5 et qu'un seul a fait mouche. Une tendance lourde sur les trois derniers matchs en championnat des Parisiens, après avoir réalisé une démonstration de réalisme offensif contre le Celtic Glasgow (7-1). Déjà à Monaco (1-2), ils avaient obtenu maintes occasions de se mettre à l'abri bien avant que l'ASM ne réduise l'écart et n'instille une (toute) petite once de doute dans le camp adverse. Même constat contre Troyes (2-0), où le PSG avait attendu la 73eme minute pour ouvrir le score, ce qui ne lui était plus arrivé toutes compétitions confondues depuis son 0-0 à Montpellier... quatre jours avant le match aller contre le Bayern. Ce soir-là au Parc des Princes, Paris n'avait eu besoin que de 11 tirs et 5 cadrés pour inscrire trois buts et faire plier les Munichois. Il n'est pas certain que les partenaires d'Edinson Cavani aient bien plus d'opportunités mardi. Il faudra bien utiliser celles qui se présenteront.
Une défense moins autoritaire
Autant le PSG avait verrouillé à double tour à Monaco et aurait probablement réussi un clean-sheet logique en Principauté sans un coup-franc bêtement concédé et une déviation malencontreuse de Kylian Mbappé, autant il a affiché davantage de fébrilité sur ses deux dernières sorties. Inquiétant quand les adversaires étaient deux promus. Layvin Kurzawa avait pris le bouillon face à Samuel Grandsir et Yuri Berchiche n'a pas fait mieux à Strasbourg, où Presnel Kimpembe a aussi commis des erreurs de placement et de concentration inhabituelles chez lui. A droite, Thomas Meunier et Dani Alves ont fait le job sans réellement briller. Lors de la première manche face aux hommes alors dirigés par Carlo Ancelotti, même si Kurzawa avait fait parfois souffert, le reste de l'arrière-garde avait élevé son niveau de jeu. Le retour de la charnière Thiago Silva - Marquinhos pourrait suffire à stabiliser un édifice brinquebalant, qui n'a encaissé qu'un seul but en Ligue des Champions, mais en est déjà à 12 en 16 journées de championnat. Son total le plus élevé à ce stade depuis 2012-13 (12 aussi).
Un Alphonse Areola moins inspiré
Très sollicité à l'aller contre le Bayern, Alphonse Areola avait écœuré les attaquants bavarois par ses arrêts et sa sérénité. Sa prestation avait ainsi lancé pour de bon sa saison et mis de côté le débat sur la hiérarchie des gardiens. Il n'est pas encore relancé, mais le numéro 3 en équipe de France sort d'une soirée difficile à Strasbourg. Une sortie trop timide sur le premier but et un comportement hasardeux sur le second : il s'est troué comme il ne l'avait jamais fait cette saison. Sans être seul coupable, il ne s'est pas rendu décisif, comme il avait su l'être ces dernières semaines, contre Lyon par exemple (2-0). Pour lui, les retrouvailles avec le Bayern doivent servir à se remettre sur les bons rails. D'autant que son mois de décembre 2016 avait marqué le tournant dans son duel avec Kevin Trapp et son incapacité à endiguer une spirale négative avait permis au gardien allemand de se réinstaller dans le but pour la deuxième partie de saison. Un mauvais souvenir qui doit trotter dans la tête d'Areola.
Une capacité de réaction à éprouver
Après son premier accroc de la saison, à Montpellier, le PSG avait répondu par une démonstration contre le Bayern. Après le deuxième, à Marseille (2-2), il avait passé la vitesse supérieure pendant un bon mois, de sa victoire contre Nice (3-0) à celle à Monaco, avec 6 victoires en autant de rencontres et surtout 26 buts marqués pour seulement 3 encaissés. Les Parisiens savent comment remettre rapidement les pendules à l'heure. Deux défaites consécutives toutes compétitions confondues, ça ne leur est plus arrivé depuis décembre 2014. Comme si le revers à Strasbourg pouvait finalement être un mal pour un bien dans la quête de l'un de ses grands objectifs de la phase aller, à savoir la première place de son groupe de Ligue des Champions.

A voir aussi :
>>> Emery : « Le PSG est différent et meilleur depuis la remuntada »
>>> Coman : « La défaite du PSG ne change rien »
 
1 commentaire - Ligue des Champions - PSG : Les ingrédients de l'aller contre le Bayern Munich, Paris doit les retrouver
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]