Ligue des Champions (Phase de groupes) - PSG : Marquinhos, Rabiot et Cavani, ces " antistars " indispensables

Ligue des Champions (Phase de groupes) - PSG : Marquinhos, Rabiot et Cavani, ces " antistars " indispensables©Media365
A lire aussi

Raphaël Brosse, publié le mardi 31 octobre 2017 à 08h00

Titulaires quasi-indéboulonnables depuis le début de la saison, Marquinhos, Adrien Rabiot et Edinson Cavani composent la colonne vertébrale du PSG version Unai Emery. Même s'ils ont moins d'aura et de charisme que leurs coéquipiers à leurs postes respectifs.

A l'instar de toutes les grandes écuries européennes, le Paris Saint-Germain dispose d'un effectif composé de joueurs charismatiques, mondialement connus et qui, de leur plein gré ou pas, font très régulièrement parler d'eux dans la presse. Une réalité on ne peut mieux incarnée par Neymar, dont l'arrivée au sein du club de la Capitale a déchaîné les passions cet été. Mais Unai Emery peut également s'appuyer sur des éléments plus discrets, peu enclins à faire des vagues, sur et en-dehors du terrain. Des « antistars » serait-on tenté de dire, sans pour autant donner à ce terme une connotation négative. Marquinhos, Adrien Rabiot et Edinson Cavani peuvent être considérés comme faisant partie de cette catégorie. Et cela ne les empêche pas d'être parmi les plus réguliers et performants (voire les meilleurs, tout simplement) de leur formation depuis le coup d'envoi de la saison 2017-2018.

Marquinhos, le vrai taulier de la défense
Discrètement arrivé à l'été 2013, Marquinhos a dû patienter un long moment avant de devenir un titulaire en puissance du côté du PSG. Il faut dire que David Luiz, pendant sa période parisienne, et Thiago Silva faisaient de l'ombre à leur jeune compatriote. Le départ de David Luiz, qui est retourné à Chelsea à l'été 2016, a néanmoins définitivement ouvert la porte au Brésilien de 23 ans, qui n'a cessé de gagner en confiance depuis. Même si Thiago Silva conserve une aura importante, due à son statut de capitaine et à sa prestance, Marquinhos réalise des prestations très solides et s'affirme ainsi de plus en plus comme étant le vrai taulier de l'arrière-garde parisienne. Quoi qu'il en soit, entre lui et Presnel Kimpembe (22 ans), qui est également inclus dans la rotation, Paris n'a pas besoin d'aller chercher bien loin sa charnière centrale de demain...

Rabiot, une communication maîtrisée
Lorsque l'on parle du milieu de terrain du Paris Saint-Germain, le premier nom qui ressort est très souvent celui de Marco Verratti. Si brillant et tellement incontournable sur la pelouse, l'Italien a beaucoup fait parler de lui l'été dernier, mais pour d'autres motifs. Au travers de plusieurs déclarations fracassantes, soit de lui-même soit de son agent, le natif de Pescara a laissé sous-entendre que le projet parisien ne l'intéressait plus réellement et qu'un transfert (Barcelone ?) ne serait pas à exclure. Verratti est finalement resté, mais son comportement en a agacé plus d'un et a écorné son image. Celle d'Adrien Rabiot, en revanche, est toujours très lisse. Le longiligne milieu formé au PSG maîtrise parfaitement sa communication, en témoignent ses interventions toujours réfléchies face aux journalistes. En dépit de relations parfois compliquées avec Laurent Blanc (il fut notamment question d'un départ vers la Roma), l'ex-Toulousain a persévéré et bien lui en a pris puisqu'il est désormais la clé de voûte de l'entrejeu parisien.

Cavani est enfin estimé à sa juste valeur
Quand Zlatan Ibrahimovic évoluait sous le maillot du club de la Capitale, les supporters n'avaient d'yeux que pour lui. Exilé sur un côté, à un poste qui n'était pas le sien, Edinson Cavani était quant à lui moqué pour sa prétendue maladresse, et ce malgré des statistiques loin d'être infamantes. Le géant suédois parti vers Manchester United, « El Matador » s'est retrouvé seul en pointe. Et il a assuré. Meilleur buteur du championnat (35 réalisations en 36 matchs), l'Uruguayen a fait taire les sceptiques. Moins charismatique que Neymar et Kylian Mbappé, qui focalisent l'attention des caméras, « Edi » n'a pas ralenti la cadence pour autant. Ses deux coéquipiers font parler leur technique pour faire des différences, lui fait parler sa précision pour faire trembler les filets. Cavani peut aussi endosser le costume de sauveur, comme à l'Orange Vélodrome où son coup-franc de la dernière minute a permis au PSG d'éviter une fâcheuse défaite contre l'OM (2-2). Il est indispensable, tout simplement.

 
1 commentaire - Ligue des Champions (Phase de groupes) - PSG : Marquinhos, Rabiot et Cavani, ces " antistars " indispensables
  • Je serais un peu plus mesuré concernant l'exemplarité de Rabiot qui, souvent, tout comme Verrati, se comporte en enfant gâté, capricieux, exigeant, alors qu'il n'a réellement rien démontré. Contre Barcelone lors de la remontada, contre la Bulgarie récemment, il fut assez faiblard. Il est encore à des années lumière d'un Matuidi en termes de combat, de pugnacité. Attendons de voir avant de s'enflammer. Gros potentiel mais humilité, courage et sens du collectif à développer.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]