Ligue des Champions : Nice pénètre dans la cour des grands

Ligue des Champions : Nice pénètre dans la cour des grands©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le mercredi 16 août 2017 à 07h00

Qu'on ne s'y trompe pas : si l'Ajax Amsterdam avait déjà tout du gros morceau lors du tirage au sort du troisième tour préliminaire, ce qui attend Nice à Naples ce mercredi soir (20h45) est encore un cran au-dessus.

Si comme le club néerlandais, le Napoli est un club qui a connu ses plus belles heures il y a un paquet d'années, son retour au premier plan date maintenant de plusieurs années. Et sous les ordres de Maurizio Sarri, le club du sud de l'Italie a opéré sa mue pour se maintenir parmi le ghosta de la Serie A. Troisième en 2011, deuxième en 2013, troisième en 2014, deuxième en 2016 et troisième en 2017. Une sacrée régularité dans un pays dominé par la Juventus Turin. Et une expérience européenne avec un huitième de finale de Ligue des Champions la saison dernière, face au Real Madrid.
Tactique ultra-offensive
Arrivé il y a deux ans pour remplacer Rafael Benitez, Maurizio Sarri est un entraîneur atypique comme on en voit très peu en Ligue des Champions. Survêt, basket et paquet de clopes, l'ancien banquier détonne. Mais derrière l'image, il y a la philosophie de jeu, ultra-offensive, qu'il a mis en place dès son arrivée. La saison dernière, les résultats s'en sont ressentis. 94 buts marqués en championnat, meilleure attaque d'Italie, et dans le top 5 européen. Au contact du Barça, du Real Madrid ou encore du PSG, rien que ça. Une attaque portée par le trio Insigne-Mertens-Callejon, toujours au club cette saison, auquel il faut ajouter Milik, enfin débarrassé de ses pépins physiques. Le Polonais est d'ailleurs la meilleure recrue de l'été napolitain, très calme au demeurant.
Un onze inchangé
Car outre Ounas et Maksimovic, le Napoli n'a pas consenti de gros investissements pour se renforcer lors du Mercato. Il faut dire que le troisième du dernier championnat italien n'a perdu aucun joueur clé pendant l'été. C'est l'autre atout du club du président de Laurentiis avant d'affronter Nice en barrage de la Ligue des Champions : la stabilité. Ce mercredi soir, le onze qui débutera sera le même que la saison dernière. Même Ghoulam, convoité par plusieurs tops clubs européens, est pour le moment toujours là. Alors bien sûr, la Serie A ne reprendra que le 19 août et Naples n'a pas encore un seul match officiel dans les jambes, quand le Gym en compte déjà quatre. Mais la préparation a donné des gages aux Napolitains, avec notamment une victoire contre le Bayern Munich (2-0). Et San Paolo, qu'on annonce rempli de 50 000 spectateurs, vaut toutes les préparations physiques quand il entre en ébullition.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Ligue des Champions : Nice pénètre dans la cour des grands
  • Je respecte chaque club mais en ce qui concerne Nice je n'ai pas bien saisi la stratégie
    d'abord Ben Arfa pour un an puis s'en va puis Belhanda pour Balotelli je ne sais pas s'il est investi maintenant Sneijder tos de gros salaires mais qui ne rapporte rien en transfert et si on plus les bons jeunes sont vendus
    Bien sur le club doit avoir son projet mais de l'extérieur il ne me semble pas être motivé par le long terme
    Ce n'est que mon avis

    ouh la ca ne va pas fort ce matin pour les fautes

  • on paye BALOTELLI pour jouer un match sur trois,,,,,
    c'etait idem la saison derniere,,,,,,
    en temps que niçois,,,,j'approuve pas,,,,!!