Ligue des Champions - Monaco : L'Europe n'est pas tendre avec un projet comme celui de l'ASM

Ligue des Champions - Monaco : L'Europe n'est pas tendre avec un projet comme celui de l'ASM©Media365

Geoffrey Steines, publié le mardi 21 novembre 2017 à 09h00

Si l'ASM tient son rang en L1 malgré un été très agité, elle peine à confirmer son statut de demi-finaliste de la dernière Ligue des Champions. A tel point qu'elle se retrouve en danger d'élimination de toute compétition européenne dès mardi en cas de défaite contre le RB Leipzig (20h45). La conséquence d'un projet à risque, en dépit de la présence d'un Leonardo Jardim fait pour la mission.



Leonardo Jardim n'avait pas signé pour ça. A son introduction dans le projet monégasque, à l'intersaison 2014, il arrivait dans un club ambitieux, qui avait le carnet de chèques facile et l'envie de concurrencer le PSG en L1, puis de partir à la conquête de l'Europe. Pas plus tard que l'été précédent, l'ASM avait claqué 180 millions d'euros pour le trio James Rodriguez - Radamel Falcao - Joao Moutinho. Mais le divorce de Dmitry Rybolovlev, le propriétaire du club de la Principauté, et les soucis financiers qui allaient avec sont passés par là. Terminée la folie dépensière pour construire une équipe à coups d'achats démesurés, place à un projet autofinancé, en recrutant des jeunes à fort potentiel pour réaliser une plus-value substantielle à la revente.
Jardim était l'homme de la situation
Premier symbole du changement de cap, Monaco a lâché James au Real Madrid un an seulement après son recrutement, histoire de gratter 10 millions d'euros dans l'affaire. Jardim était au boulot sur le Rocher depuis trois semaines à peine. Plus possible de faire machine arrière, sans qu'il ne s'en soit jamais plaint ouvertement depuis. Il se trouve que l'ASM a déniché avec le technicien portugais l'architecte idéal pour construire un groupe sur des fondations plus fragiles. Il est un bosseur hors-pair, un fin tacticien doublé d'un psychologue émérite et d'un éducateur formidable pour les joueurs en post-formation. Avec Luis Campos aux commandes du recrutement jusqu'en 2016 et Jardim au quotidien sur le terrain, Monaco a réussi des miracles. Avec en point d'orgue l'année 2017, conclue avec un titre de champion de France, une demi-finale de Ligue des Champions et 360 millions d'euros gagnés en indemnités de transfert (en incluant l'option d'achat de Kylian Mbappé, actuellement prêté au PSG).
Jardim : « Ce sont des cycles, c'est comme ça »
Le hic pour l'ancien coach du Sporting Portugal, c'est que sa réussite n'était pas un commencement, elle était une fin. « Des joueurs arrivent chaque année, c'est comme ça, a expliqué Jardim lundi en conférence de presse. Il y a trois ans, on était en quarts de finale, il y a deux ans, on n'était pas qualifiés, et la saison passée, on a été en demi-finales. Ce sont des cycles, c'est comme ça. » « C'est comme ça » : un bout de phrase répété deux fois, comme si celui qui a dirigé l'Olympiacos ou Braga n'avait jamais réellement digéré la trahison initiale, mais avait su faire avec, pour mieux mettre en valeur ses qualités d'entraîneur. Difficile pour autant de faire des miracles, après avoir perdu quatre cadres pendant l'été (Benjamin Mendy, Bernardo Silva, Tiémoué Bakayoko, Kylian Mbappé), ainsi que des joueurs de rotation importants (Valère Germain, Nabil Dirar). Voilà comment Monaco se retrouve en ballottage défavorable dans son groupe de Ligue des Champions et pourrait se retrouver éliminé de toute compétition européenne dès mardi.
Pas de place à l'improvisation en Ligue des Champions
Avec aucune victoire après quatre journées avant d'accueillir le RB Leipzig (20h45), c'est déjà miraculeux que l'ASM soit encore dans la course pour les huitièmes de finale. Mais le rêve de refaire une épopée comme celle de la saison dernière s'est heurté à une dure réalité. Parce que si Monaco tient son rang en championnat, en dauphin du PSG, ce n'est pas la même histoire sur la scène européenne. La Ligue des Champions ne laisse pas de place à l'improvisation, il faut des automatismes et un vécu commun pour y réussir. En ce sens, la performance de l'ASM la saison passée était une magnifique anomalie, quand le Paris de QSI n'a toujours pas atteint le dernier carré, le Manchester City émirati ne l'a fait qu'une fois en dix ans malgré un milliard d'euros d'investissements et Roman Abramovich a patienté près d'une décennie pour remporter le trophée avec Chelsea. Cette fois, le parcours européen de Monaco a tout ce qu'il y a de plus ordinaire pour une équipe en éternelle reconstruction.
Jardim : « Avec ce genre de projet, tu ne peux pas sortir le champagne »
Et peu importe que les dirigeants aient réinvesti 100 millions d'euros pour renforcer l'effectif, avec Keita Baldé, Youri Tielemans, Terence Kongolo ou Stevan Jovetic, pour ne citer qu'eux, le staff technique a dû repartir d'une page blanche, ou presque. Avec tous les obstacles que cela implique. « Quand des joueurs arrivent, ils ont besoin de s'adapter au foot français, ils sont jeunes et ont une marge de progression. Je dois leur donner du temps de jeu, c'est comme ça, c'est le projet qui veut ça. On a besoin de garder la tête équilibrée avec tout ça. (...) Il faut garder la tête froide. Avec ce genre de projet, tu ne peux pas sortir le champagne quand tu gagnes et baisser la tête en restant chez toi quand tu perds. On ne peut comparer le projet de Monaco avec celui d'un autre club, c'est comme ça. » « C'est comme ça », encore une fois. Comme une fatalité qui colle à la peau de Jardim et de Monaco.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Ligue des Champions - Monaco : L'Europe n'est pas tendre avec un projet comme celui de l'ASM
  • Incroyable de voir une équipe de jeunes (pour la plupart) arriver en demi-finale de ligue des champions, avec un jeu formidable ! Cette équipe qui damait le pion au PSG aurait sûrement conquis ce trophée l'année suivante. Quel dommage que l'aventure s'arrête pour elle ! Il ne fallait pas faire partir les 4 joueurs majeurs de Monaco en même temps, deux au grand maximum, ce qui aurait déjà rapporté suffisamment de sous. Et la ligue des champions rapporte aussi de l'argent ...