Ligue des champions : Monaco - Atlético Madrid, un duel de malades

Ligue des champions : Monaco - Atlético Madrid, un duel de malades©Media365
A lire aussi

Quentin Ramelet, publié le mardi 18 septembre 2018 à 08h18

En difficulté depuis le début de saison, l'AS Monaco et l'Atlético Madrid s'affrontent ce mardi soir (21h00) au Stade Louis II à l'occasion de la 1ere journée de Ligue des champions. Des deux formations, difficile de dire laquelle est plus malade que l'autre...

Sur le papier, et en examinant de plus près l'histoire récente du football européen, l'affiche de mardi (21h00) pourrait s'apparenter à un choc au sommet. Il y a un an et demi, l'Atlético Madrid et Monaco avaient atteint les demi-finales de la Ligue des champions, avant d'être respectivement éliminés, avec les honneurs, par le Real Madrid et la Juventus Turin. Quand on sait que les Colchoneros ont aussi disputé à deux reprises la finale de C1 il n'y a pas si longtemps (2014 et 2016) et que Monaco avait détrôné le PSG pour le titre national en 2017, oui, cette confrontation fait saliver. Mais pourtant, en cette fin d'été, chacune des deux équipes, sans pour autant s'alarmer, traverse une période délicate en championnat. Ce qui n'est jamais bien bon à l'aube d'aborder la première journée de la Ligue des Champions.



L'effectif monégasque décimé
Pour Leonardo Jardim et « son » ASM, il serait très malvenu de tirer des plans sur la comète. Depuis plusieurs années déjà, le technicien portugais a prouvé à toute l'Europe du football qu'en recrutant jeune et judicieusement, les investissements payaient toujours. Kylian Mbappé, Fabinho, Thomas Lemar ou encore Bernardo Silva ne diront pas le contraire : il ne faut jamais enterrer trop vite Monaco. Quoiqu'il en soit, cela fait bien longtemps que nous n'avions pas vu le club du Rocher balbutier autant son football. À la peine en Ligue 1, où ils n'ont plus gagné depuis la première journée (1-3 à Nantes), les Monégasques doivent faire face à une épidémie de blessures qui contrarie clairement les plans de leur entraîneur.


Conséquences directes ? L'ancien coach du Sporting Portugal doit bricoler en permanence, l'empêchant de créer un fond de jeu et des automatismes. Sans Rony Lopes, Aleksandr Golovin, Stevan Jovetic, Pietro Pellegri, Danijel Subasic, ou même Willem Geubbels, tous pensionnaires de l'infirmerie, les solutions se font plus rares. Et sans surprise, cela se ressent sur le terrain et dans les résultats. Autrement dit, et même si Jardim va récupérer Falcao pour affronter l'Atlético, tant que l'effectif monégasque ne sera pas au complet, il sera difficile de juger. Mais d'ici là, il leur faudra limiter la casser au maximum. Pour l'instant, ce n'est pas le cas.



La machine de Diego Simeone enrayée
En face, l'adversaire de Monaco ne vit pas bien mieux. C'est même pire, dans le sens où l'attente et la pression mises par les Socios peuvent devenir particulièrement oppressantes. La base du problème, du côté de l'Atlético, est plus ou moins identique à celle de son adversaire : en panne de résultats, l'équipe doute et s'enfonce petit à petit vers la crise. Là encore, il ne s'agit pas de paniquer, surtout quand on compte sur le banc Diego Simeone, souvent bien épaulé par son capitaine Diego Godin. Mais force est de constater que, depuis la reprise, les Colchoneros piétinent. Miraculé contre la modeste équipe d'Eibar samedi (1-1), et surtout corrigé par la surprenante formation du Celta Vigo (0-2) il y a quinze jours, l'Atlético n'avance pas.


Elle inquiète parce que ses leaders techniques, à commencer par le champion du monde Antoine Griezmann, font preuve d'un manque d'efficacité inhabituel. Si l'envie et la détermination - les piliers d'« El Cholo » - ne manquent pas, il reste à trouver ce déclic qui lancera la machine, pour l'instant enrayée. Le duo Griezmann-Diego Costa se procurant toujours beaucoup d'occasions, et l'assise défensive étant toujours aussi redoutable, bien qu'un peu plus fébrile à cause du contexte, il suffit juste de patienter. Le problème, c'est qu'il ne va pas falloir attendre bien plus longtemps. En Liga, le FC Barcelone et le Real Madrid s'échappent. Et en Ligue des champions, inutile de rappeler qu'un faux-pas d'entrée peut ruiner un exercice. L'Atléti en ayant fait l'expérience la saison passée, avec un nul pour débuter puis une élimination dès la phase de groupes.


A voir aussi :
>>>Jardim : "On peut avoir de la confiance"
>>>Toute l'actu de la Ligue des Champions


Vos réactions doivent respecter nos CGU.