Ligue des Champions : Les sites pirates bloqués

Ligue des Champions : Les sites pirates bloqués©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le mardi 15 février 2022 à 19h35

Sur demande de Canal + et beIN Sports, le tribunal judiciaire de Paris a obligé les fournisseurs d'accès français internet à bloquer les sites pirates qui diffusent illégalement les rencontres de Ligue des Champions.



Ceux qui ne paient pas et ne prennent pas un abonnement TV légal ont parfois l'habitude de regarder les matchs de football de façon illégale sur Internet. Cela fait des années que ça dure et cela exaspère les diffuseurs. Alors que se profile un important et délicieux PSG-Real Madrid mardi soir en 8eme de finale aller de Ligue des Champions, il sera pourtant compliqué pour ces personnes d'assouvir leur « passion » de façon pernicieuse.

L'UEFA a en effet appris lundi soir que Canal + et beIN Sports, diffuseurs de la Ligue des Champions avec RMC Sport, ont obtenu via une ordonnance du tribunal judiciaire de Paris l'obligation pour les fournisseurs français d'accès à internet de « bloquer l'accès aux sites web frauduleux, qui mettent à disposition des flux illégaux et non autorisés de matches de Ligue des champions ». Cela est permis par la nouvelle loi qui permet aux diffuseurs d'agir en référé pour obtenir rapidement le blocage des sites et adresses illicites.

« C'est une avancée majeure dans la lutte contre le piratage audiovisuel en France »

BeIN Sports s'est félicité de cette nouvelle ordonnance. « beIN Sports poursuit sa lutte contre le piratage aux côtés des ayants droit, des diffuseurs officiels et de l'ARCOM (l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique, qui a le pouvoir d'étendre les mesures de blocage à tous les sites pas encore identifiés dans l'ordonnance mais qui tenteront de transmettre illégalement a posteriori la Ligue des Champions durant la saison). Cette succession d'actions et de mesures de blocage prises par les FAI (fournisseurs d'accès à internet) va rapidement réduire significativement l'accès vers des sites frauduleux, moins de deux mois après l'entrée en vigueur de la loi », a réagi Caroline Guenneteau, directrice juridique adjointe de beIN Media Group.

« C'est une avancée majeure dans la lutte contre le piratage audiovisuel en France et l'ARCOM fait un excellent travail », a de son côté estimé Céline Boyer, responsable de la protection des contenus au sein du groupe Canal + qui a obtenu ces derniers jours le blocage de plusieurs sites diffusant illégalement du Top 14.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.