Ligue des Champions - Juventus Turin : Cristiano Ronaldo, Manchester United lui a tant appris

Ligue des Champions - Juventus Turin : Cristiano Ronaldo, Manchester United lui a tant appris©Media365

Julien Pereira, publié le mardi 23 octobre 2018 à 09h15

Avec la Juventus, Cristiano Ronaldo retrouve Manchester United (21h00) en Ligue des Champions. Le club qui lui a tout appris, sans lequel il ne serait jamais devenu le joueur qu'il est aujourd'hui.

Manchester United va vivre l'un de ces scénarios vus et revus dans les films de science-fiction. En recevant la Juventus, ce mardi (21h00) à Old Trafford, les Red Devils vont retrouver la machine qu'ils ont créée de toutes pièces, sur laquelle ils ont perdu le contrôle il y a un peu plus de neuf ans. Cristiano Ronaldo ne s'est pas seulement révélé à MU : il y a aussi appris à être le joueur qu'il est devenu. Personne ne sait, d'ailleurs, s'il aurait construit une carrière aussi riche en choisissant le chemin inverse, à l'époque où il n'était encore qu'un prodige du Sporting Portugal. En 2003, au terme de sa seule saison avec les pros du SCP, le jeune madeirense et son agent, Jorge Mendes, avaient été approchés par plusieurs clubs d'Europe. La Juventus avait quasiment conclu l'affaire mais Marcelo Salas, qui devait être inclus dans le deal, n'avait pas voulu aller à Lisbonne. Finalement, au bout d'un match amical où Ronaldo « avait détruit Phil Neville » -comme le dira plus tard Carlos Freitas, l'homme qui a géré les négociations- Manchester United avait été le plus convaincant. Au-delà de la somme colossale investie à l'époque pour un joueur aussi peu expérimenté, près de 19 millions d'euros, Sir Alex Ferguson avait touché la corde sensible en lui promettant un temps de jeu conséquent. L'Ecossais, devenu deuxième père du Portugais, a eu une importance capitale pour l'évolution du joueur. Comme l'ensemble du club.


La notion de professionnalisation




CR7 est un travailleur hors-norme, et cette donnée a souvent été vantée pour l'opposer à Lionel Messi. Lui devait être le talentueux bosseur quand l'Argentin était le prodige au génie inné. C'était omettre qu'il n'est pas devenu un grand professionnel seulement par son éducation et son apprentissage à l'académie du Sporting. L'attaquant a surtout eu l'intelligence de vouloir l'être, en observant les grands joueurs qui l'entouraient. Et en apprenant d'eux, aussi.

L'anecdote qui le montre : lors de sa première saison à Manchester, Ronaldo avait pris un coca pour déjeuner avec l'équipe. « Il l'avait dans les mains, Ryan Giggs l'a vu, a raconté, plus tard, Ole Gunnar Solskjaer, à l'un de ses coéquipiers. Giggs l'a poussé contre le mur et lui a dit : 'ne fais plus jamais cela !' »


L'importance du collectif




Le Sporting a toujours été un centre de formation formidable et reconnu en Europe. Mais à la fin des années 1990 et au début du siècle, sous l'influence de la « Geração Dourada » portugaise -la génération Figo, Rui Costa, Pauleta- l'académie avait avant tout cherché à développer les aptitudes techniques de ses jeunes pousses, sacrifiant, aussi, une part des notions collectives. A son arrivée en Angleterre, Ronaldo avait été vivement critiqué pour son égoïsme. Ferguson avait tout fait pour changer cette nature.

L'anecdote qui le montre : après la défaite de Manchester United face au FC Porto, lors des seizièmes de finale de Ligue des Champions, en 2004, le coach écossais avait vexé son joueur : « Dans le vestiaire, Ferguson ne pouvait plus se contrôler et lui avait dit : 'Qui penses-tu être en essayant de jouer si égoïstement ? Tu ne deviendras jamais un joueur si tu joues comme ça !', a raconté Rio Ferdinand, dans la biographie écrite par Guillem Balague. Ronaldo a commencé à pleurer. Les autres joueurs l'ont laissé pleurer. Il devait apprendre. C'était un message de l'équipe, pas juste de Ferguson. Tout le monde a pensé qu'il devait apprendre ».


L'instinct du tueur




Très tôt, Ronaldo a eu une qualité qui n'est pas celle d'un joueur, mais plutôt celle d'un homme : le sens des responsabilités. Très vite, il a porté les espoirs d'une famille pauvre et dépourvue d'un père de foyer. C'est aussi la raison pour laquelle il a accepté de porter le mythique n°7 de Manchester United, que Ferguson tenait absolument à lui faire porter. C'est ainsi qu'il est devenu l'un des plus grands buteurs de l'histoire. En football, être responsable signifie faire gagner. Pour faire gagner, il faut marquer. A ses débuts, CR7, ailier de formation, ne connaissait que l'une de ces notions. Il a fini par apprendre la deuxième.

L'anecdote qui le montre : Le légendaire Ruud van Nistelrooy a longtemps apprécié le Lusitanien, au point même de l'héberger. Jusqu'à ce qu'il prenne un peu trop d'importance dans l'équipe. « Ruud était l'un des meilleurs joueurs avec lesquels j'ai joué, avait rappelé Wayne Rooney à Sky Sports. Plus tard, nous avons tous vu qu'il y avait un problème avec Cristiano. Un des deux devait quitter le navire et je crois que Sir Alex a pris la bonne décision. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.