Ligue des Champions féminine - Finale / Lyon : Une décennie d'excellence pour écrire l'histoire

Ligue des Champions féminine - Finale / Lyon : Une décennie d'excellence pour écrire l'histoire©Media365

Geoffrey Steines, publié le jeudi 24 mai 2018 à 09h37

Près de dix ans après sa première finale de Ligue des Champions féminine, l'OL deviendra le club le plus titré dans la compétition en cas de victoire contre Wolfsburg jeudi (18h00). La récompense d'un travail de longue haleine entrepris par Jean-Michel Aulas.

« On a un président rêvé pour la section féminine. » Reynald Pedros sait ce que l'OL doit à Jean-Michel Aulas dans la construction de son équipe féminine et dans son excellence au plus haut niveau depuis une bonne décennie. Championnes de France pour la douzième saison consécutive, elles disputeront la finale de la Ligue des Champions ce jeudi contre Wolfsburg à Kiev (18h00). Avec à la clé un possible cinquième trophée qui ferait du club rhodanien le plus titré dans la compétition, huit ans seulement après sa première finale, perdue contre Postdam (0-0, 7-6 TAB). Depuis, l'OL n'a manqué que deux finales (2014, 2015). Une régularité impressionnante, à l'heure où le football féminin monte en gamme partout en Europe. « L'équipe féminine est une référence, a expliqué Aulas au micro d'OL TV. Il y a un engouement que ce soit des spectateurs, des licenciés et particulièrement dans le Rhône, mais il y a aussi cette envie de la quasi-totalité des grandes équipes européennes d'avoir une section féminine performante désormais. Ces clubs le font car cela apporte une identité et une cohésion. Nous sommes fiers d'avoir donné cette dynamique. »

Pedros : « C'est d'abord beaucoup de travail au quotidien »


Avant l'OL, ce n'était clairement pas dans la culture des entités historiques du football européen d'investir dans le pendant féminin de la discipline. Mais la donne a changé, en France (PSG, LOSC, Bordeaux, OM...) et en Europe (Bayern Munich, Ajax Amsterdam, Atlético Madrid, Fiorentina...), sous l'impulsion d'Aulas. Les Lyonnaises ont d'ailleurs croisé pendant leur parcours européen le FC Barcelone ou Manchester City, avant de retrouver le VfL Wolfsburg, avec lequel elles se tirent la bourre depuis cinq ans. Doubles championnes d'Europe (2013, 2014), les Allemandes ont déjà affronté l'OL deux fois en finale. Pour une victoire 1-0 en 2013 et une défaite aux tirs au but en 2016. « Tous les jours, on rêve de jouer ce genre de match, a souligné Wendie Renard. On transpire pour cela. » « C'est d'abord beaucoup de travail au quotidien, a assuré Pedros pour expliquer la constance au haut niveau. Elles sont toujours dans la performance et l'excellence. Elles sont sans arrêt à la recherche de la perfection. Le travail du staff est de les accompagner et les aider. L'objectif, c'est tout simplement de continuer à gagner des titres. »

Le Sommer : « C'est une envie supplémentaire de battre ces records »


Celui de jeudi aurait à coup sûr une saveur particulière, puisqu'il ferait entrer l'OL dans la grande histoire du football féminin. « Je pense que chaque titre est différent, a soufflé Amandine Henry. C'est une sensation à part chaque fois. » « On ne laissera rien au hasard, a confirmé Eugénie Le Sommer. On est à deux doigts de marquer l'histoire encore plus. C'est une envie supplémentaire de battre ces records. » Un défi vers lequel les Lyonnaises s'avanceront avec leur président à leurs côtés « Il y a une vraie volonté de marquer l'histoire avec ce groupe. Il faut montrer à l'ensemble de l'équipe et du staff que l'OL Féminin est aussi important que l'OL Masculin dans ces moments-là. C'est un plaisir et un honneur d'être aux côtés de ces joueuses qui font l'admiration de tous. » « Ce qui a été fait, personne ne pourra nous l'enlever, a enfoncé Renard. On a l'opportunité de remporter un nouveau titre et il ne faut pas le négliger. C'est à nous de se donner les moyens d'en gagner un cinquième. Il faut penser collectif. Avant de rentrer dans l'histoire, on a un combat à livrer demain. » Sur le terrain cette fois, après avoir gagné pour de bon celui de la crédibilité.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU