Ligue des Champions (demi-finale aller) : Sur le devant de la scène, Mohamed Salah retrouve le club de sa renaissance

Ligue des Champions (demi-finale aller) : Sur le devant de la scène, Mohamed Salah retrouve le club de sa renaissance©Media365

Arthur Merle, publié le mardi 24 avril 2018 à 09h06

Fraîchement élu meilleur joueur de Premier League, Mohamed Salah est en pleine forme au moment de retrouver l'AS Rome de demi-finale aller de Ligue des Champions, mardi. Un club qui lui a permis de lancer définitivement sa carrière.

Les superlatifs commencent à manquer pour qualifier l'incroyable saison que réalise Mohamed Salah avec Liverpool. Élu meilleur joueur de Premier League par l'Association des Footballeurs Professionnels (PFA) devant, notamment, Kevin De Bruyne, l'international égyptien sera certainement le joueur le plus surveillé par l'AS Rome, mardi, en demi-finale aller de Ligue des Champions (20h45). La Louve connaît d'ailleurs mieux que quiconque les qualités d'un joueur qu'elle a relancé après une première expérience mitigée en Angleterre.Rome, lieu d'éclosion de Salah au plus haut niveauAprès avoir totalisé 20 buts et 17 passes décisives en deux saisons avec le FC Bâle, Salah est accueilli avec enthousiasme par José Mourinho à Chelsea, en 2014. Au sein du club londonien, le gaucher n'a pourtant que peu d'occasion de confirmer toutes ces promesses et doit se contenter de 19 apparitions en un an et demi. S'en suivent un prêt réussi de six mois à la Fiorentina puis une arrivée à l'AS Rome en guise de (re)naissance définitive. Dans la Capitale italienne, le Pharaon livre les deux premières saisons pleines de sa carrière : un premier exercice à 15 buts et 9 passes décisives toutes compétitions confondues puis un deuxième à 19 réalisations et 15 offrandes. Dans le contenu, le « Messi égyptien » justifie aussi son surnom avec de plus en plus de régularité, notamment grâce à de belles fulgurances dans des affiches européennes. Bref, la machine est lancée.Salah : « Nous resterons amis pour la vie »Après cette expérience fructueuse, celui qui a récemment avoué avoir toujours eu en tête de revenir s'imposer en Angleterre retrouve rapidement preneur en Premier League. L'été dernier, Liverpool aligne en effet un peu plus de 40 millions d'euros pour offrir Salah à Jürgen Klopp. La Roma, qui avait « besoin de vendre » à l'époque, comme l'a confié son directeur sportif Monchi à SkySports, n'hésite pas à laisser partir son gaucher en le poussant presque dehors. Mais ce dernier n'en tient visiblement pas rigueur à son ancienne écurie : « On sera adversaire pendant 180 minutes, mais quoiqu'il arrive nous resterons amis pour la vie », a-t-il réagi sur Twitter après le tirage au sort du dernier carré de la Ligue des Champions. Une aventure commune bénéfique à tout le monde qui promet un accueil chaleureux de l'Egyptien au Stadio Olimpico lors du match retour. Même si l'ambiance sera naturellement plus électrique sur le terrain. « On lui a fait passer le message qu'il fallait qu'il reste tranquille, sinon il va se prendre des coups. Maintenant, il ne faut plus que Kostas (Manolas) lui parle. Il faut qu'il s'énerve, comme ça il n'y réfléchira pas deux fois s'il faut lui mettre des coups » a lâché Bruno Peres avec le sourire samedi.Un détonateur devenu machine à marquerLes défenseurs romains auraient en effet tort de regarder Salah avec trop de compassion. Car les statistiques du numéro onze des Reds sont celles d'un véritable tueur. Avec 31 buts, Salah a d'ores et déjà égalé le record du nombre de réalisations dans une saison de Premier League à 38 matchs. Son ratio est encore plus impressionnant, puisque la star du Royaume marque presque un but toutes les deux frappes cadrées. Quant à sa capacité à être décisif dans les grands matchs européens, Porto ou encore Manchester City pourraient en parler mieux que quiconque. Positionné - sur le papier - à droite du 4-3-3 de son entraîneur allemand, Salah a profité d'une grande liberté pour se rapprocher de la surface et devenir un véritable buteur, en plus d'être un dynamiteur et un passeur de qualité. Un véritable palier de franchi, donc. Mais pour donner une dimension encore supérieure à sa saison, le gaucher n'aura pas d'autre choix que de martyriser l'un des clubs qui lui a permis d'en arriver là...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU