Ligue des Champions - Chelsea : Ces Blues ont un air de famille avec ceux de 2012

Ligue des Champions - Chelsea : Ces Blues ont un air de famille avec ceux de 2012©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mercredi 14 mars 2018 à 07h40

Comme en 2012, année de sa seule victoire en Ligue des Champions, Chelsea doit en passer par un déplacement au Camp Nou contre le FC Barcelone pour poursuivre son épopée européenne ce mercredi (20h45). Mais ce n'est pas le seul point commun avec cette saison-là. La preuve.

Chelsea l'a déjà fait. Un nul 2-2 au Camp Nou pour se qualifier en match retour d'une double confrontation, les Blues l'avaient réussi en demi-finale de la Ligue des Champions en 2012.  L'égalisation de Fernando Torres en contre-attaque à la dernière minute était certes anecdotique, puisque les Londoniens étaient déjà qualifiés, mais ce souvenir doit inciter au rêve et à l'optimisme du côté de Stamford Bridge. Un nouveau 2-2 mercredi chez le FC Barcelone (20h45) et Chelsea franchirait l'obstacle des huitièmes de finale. Comme il y a six ans, ce serait une énorme sensation et ce pourrait être le point de départ d'une belle épopée européenne pour les Blues. Surtout que les deux saisons ne manquent pas de points communs.Un entraîneur sur le départArrivé à Chelsea comme adjoint d'André Villas-Boas, après avoir bouclé sa carrière de joueur au club, Roberto Di Matteo avait été promu manager avec la mise à l'écart du technicien portugais. Intérimaire, il avait gardé son poste jusqu'à ce sacre inattendu en finale de la Ligue des Champions, ce qui avait incité ses dirigeants à le titulariser l'été venu. Tout ça pour finalement le limoger en novembre. A priori, même un titre européen ne devrait pas sauver la place sur le banc d'Antonio Conte, dont le départ à l'intersaison, à un an de la fin de son contrat avec les Blues, est quasiment acté. Mais l'ancien sélectionneur de l'Italie, qui avait peiné dans les Coupes d'Europe avec la Juventus Turin, doit se construire une crédibilité dans ces compétitions. Une qualification à Barcelone y contribuerait fortement.Une saison difficile en Premier LeagueAprès neuf saisons consécutives dans le Big Four, Chelsea en avait été éjecté pour la première fois sous le règne de Roman Abramovich lors de la fameuse saison 2011-12. Les Blues avaient pourtant remporté le titre en Premier League en 2010 puis terminé 2emes la saison suivante. L'exercice compliqué qui avait suivi était difficilement envisageable, comme les soucis de cette saison, dans la foulée d'un championnat à 30 victoires, un record dans l'histoire de la Premier League. Après avoir pris seulement 6 points sur les 6 dernières journées, Chelsea compte 4 points de retard sur Liverpool et 5 sur Tottenham dans la course à une qualification pour la prochaine C1. A moins qu'une victoire finale dans la compétition ne lui en ouvre les portes.Une dernière chance avec Chelsea pour des joueurs-clésPetr Cech, John Terry, Alex, Ashley Cole, Paulo Ferreira, Michael Essien, John Obi Mikel, Frank Lampard, Florent Malouda, Didier Drogba : beaucoup de joueurs du Chelsea de 2011-12 arrivaient en fin de cycle, au moins cinq saisons au club. C'est dans cette atmosphère crépusculaire que s'est forgée l'envie profonde de chacun, encore marqué par l'échec en finale aux tirs au but en 2008 contre Manchester United, de se mobiliser en Ligue des Champions. Ironie du sort, la finale s'est à nouveau terminée sur une séance de penalties, cette fois remportée par les Blues. Des joueurs qui semblent parvenir au bout de leur histoire commune avec le club londonien, il y en a moins cette fois (Gary Cahill, David Luiz, Cesc Fabregas, Eden Hazard, César Azpilicueta, voire Thibaut Courtois). Mais ils pourraient jouer un rôle tout aussi important dans un bon parcours en Ligue des Champions.Un gardien au top niveauOutre David Luiz, qui était déjà là en 2011-12, le Chelsea d'aujourd'hui a surtout un gardien du même niveau que celui de l'époque. A force de prestations régulières, Courtois s'est imposé comme l'un des cinq meilleurs au monde à son poste, un critère auquel répondait aussi Petr Cech du temps de sa splendeur. L'international tchèque avait même été probablement le joueur le plus important dans la quête de la Ligue des Champions jusqu'à cette finale où il avait comme poussé du regard le ballon sur son poteau sur le penalty de Bastian Schweinsteiger. Un symbole qui doit être aussi une sacrée source d'inspiration pour Courtois.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.