Ligue des champions : Boateng demande aux joueurs de poser le genou à terre

Ligue des champions : Boateng demande aux joueurs de poser le genou à terre©Media365
A lire aussi

Axel Allag, publié le jeudi 30 juillet 2020 à 13h57

Depuis la mort de George Floyd, les joueurs posent un genou à terre avant chaque coup d'envoi, et Jérôme Boateng veut que le soutien affiché au mouvement Black Lives Matter continue en Ligue des champions.

Mort le 25 mai lors d'un contrôle de police à Minneapolis (Minnesota), George Floyd a répété plus d'une vingtaine de fois qu'il ne pouvait plus respirer avant de succomber. Depuis le décès de l'homme qui avait 46 ans, les joueurs posent un genou à terre en soutien au mouvement Black Lives Matter. Le défenseur central du Bayern Munich, Jérôme Boateng, sera mobilisé durant le mois d'août avec son équipe, notamment pour un huitième de finale retour de Ligue des champions face à Chelsea, après un large succès à l'aller (3-0) et il a demandé à ses homologues de faire perdurer le geste.


La finale de Ligue des champions, un moment clé




La Bundesliga s'était démarquée en étant le premier championnat majeur à reprendre ses droits, après l'interruption motivée par la pandémie de coronavirus et des joueurs avaient montré un soutien à Floyd avec le geste du genou à terre, comme Marcus Thuram sous le maillot du Borussia Monchengladbach, par exemple. "Il est très important de continuer cela en Ligue des champions, spécialement lors de la finale (le 23 août), parce que le monde entier regardera. J'espère que les sports qui n'ont pas encore repris vont nous rejoindre, je pense que c'est très important", a indiqué Boateng dans un entretien accordé à The Independent.


Victime de racisme durant sa carrière, le défenseur central allemand n'a pas caché que c'était un sujet d'échange avec ses partenaires. "Je pense au racisme - on n'en fait jamais assez quand on voit à quel point il est encore mauvais dans le monde en ce moment. On ne peut pas dire, oh, ce pays ou cette situation, on en fait assez - je ne le pense pas car si on en faisait assez, on ne serait pas encore dans cette situation et on en parlerait. Je suis très clair à ce sujet et tout le monde doit savoir que ce n'est pas quelque chose qui se fait en un mois", a jugé le joueur du Bayern Munich.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.