Ligue des Champions AS Rome : Pour rendre possible une deuxième " Romatada ", Dzeko et Nainggolan devront être au sommet de leur art

Ligue des Champions  AS Rome : Pour rendre possible une deuxième " Romatada ", Dzeko et Nainggolan devront être au sommet de leur art©Media365

Arthur Merle, publié le mercredi 02 mai 2018 à 08h35

Alors que l'AS Rome s'est offert le droit d'y croire face à Liverpool grâce à deux buts tardifs inscrits à Anfield en demi-finale aller de Ligue des Champions (5-2), la formation d'Eusebio Di Francesco n'en reste pas moins condamnée à l'exploit mercredi (20h45). Pour rendre possible une nouvelle « Romatada », Edin Dzeko et Radja Nainggolan sont attendus au tournant.

Après avoir renversé la montagne barcelonaise en quarts de finale, l'AS Rome ne s'attendait certainement pas à se retrouver dans une situation aussi délicate à l'issue de sa demi-finale aller de Ligue des Champions. Et pourtant, encore plus qu'au Camp Nou, la formation d'Eusebio Di Francesco s'est écroulée à Anfield. Et encore mieux qu'en terre catalane, la formation italienne a réagi en fin de match sur la pelouse de Liverpool (5-2). Le retard à rattraper est le même, la volonté de réaliser l'exploit encore plus forte. Et pour faire l'impensable, la Roma s'appuiera particulièrement sur deux hommes. Parce que la Roma doit marquer au moins trois buts sans en encaisser, la majorité des regards sont forcément tournés vers le secteur offensif. Dans ce sens, le premier nom qui vient à l'esprit est donc évidemment celui d'Edin Dzeko. Pas seulement parce que l'ancien attaquant de Manchester City réalise sa meilleure saison en Ligue des Champions, avec sept buts et quatre passes décisives jusqu'ici.Dzeko, homme des retournements de situation  Mais aussi et surtout parce que le Bosnien a redonné espoir à sa formation dans des situations bien mal embarquées et qu'il a participé à chaque renversement de situation. Auteur d'un doublé contre Chelsea en phase de poule alors que la Roma était menée 2-1, il a également inscrit le but de la qualification contre le Shakhtar Donetsk en huitièmes de finale retour, inscrit la réalisation de l'espoir au Camp Nou avant de lancer la « Romatada » en quart de finale retour, puis de nouveau réduit le score à Anfield mardi dernier. Un homme fort qui sait peser quand sa formation a le plus besoin de lui. « Les joueurs seront ceux qui feront la décision et c'est encore plus vrai pour lui. C'est l'un de nos talismans et j'espère que - comme l'a fait Salah lors du match aller - Dzeko pourra marquer de son empreinte le match retour et un comeback. Un joueur de sa qualité et de son potentiel doit prendre ses responsabilités et j'espère que Radja (Nainggolan) fera de même », déclarait Di Francesco devant la presse mardi.Nainggolan, garant de l'ambition de Di FrancescoEntendre l'entraîneur italien nommer également Nainggolan n'a rien de surprenant. Le milieu de terrain belge est un élément essentiel de l'entrejeu romain et n'a manqué qu'un seul match de Ligue des Champions cette saison. Mais il a surtout été l'un des seuls joueurs à surnager au plus fort de la tempête lors de la demi-finale aller, paraissant moins affecté par la pression de l'événement que certains de ses coéquipiers. L'homme aux coiffures extravagantes, à la réputation sulfureuse et à la frappe surpuissante a en fait tout l'attirail du joueur décomplexé, capable de faire des différences dans les matchs couperets. Mais surtout, une grande ambition ressortait de ses propos en conférence de presse : « On sait tous que ce sera difficile, mais ça l'était contre Barcelone aussi et nous avons réussi. Nous devons y croire. La seule chose que nous pouvons faire est d'essayer de marquer trois buts ».Di Francesco : « Notre ambition doit être d'aller à Kiev »Des paroles qui semblaient directement répondre à celles de son coach : « On joue une demi-finale de Ligue des Champions devant 70 000 personnes. Je veux voir une équipe déterminée et prête à relever ce défi, déclarait Di Francesco. Je suis content d'être allé aussi loin dans la compétition, mais j'en veux plus. Notre ambition doit être d'aller à Kiev. Je vais convaincre les joueurs que c'est possible. » Outre sa présence dans le jeu - d'autant plus indispensable que Kevin Strootman est forfait - Nainggolan semble donc être une sorte de garant de l'ambition intacte de Di Francesco. Le coach italien n'est visiblement pas prêt du tout à s'arrêter là, et peut visiblement compter sur quelques soldats qui partagent cette vision. Ainsi que sur les 70 000 spectateurs attendus au Stadio Olimpico.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.