Ligue des Champions (8emes) : Un triplé de Cristiano Ronaldo et la Juventus renverse l'Atlético Madrid

Ligue des Champions (8emes) : Un triplé de Cristiano Ronaldo et la Juventus renverse l'Atlético Madrid©Media365

Arthur Merle, publié le mardi 12 mars 2019 à 23h00

D'un triplé, Cristiano Ronaldo a permis à la Juventus Turin de renverser l'Atlético Madrid (3-0) mardi soir, en huitième de finale retour de la Ligue des Champions, après la défaite 2-0 du match aller. L'attaquant portugais entre encore un peu plus dans la légende, alors que les Colchoneros n'ont pas existé.

La Juventus l'attendait comme son héros. Comme son sauveur, plus précisément, après la défaite du match aller au Wanda Metropolitano (2-0). Et comme très souvent dans une compétition dont il est le roi des temps modernes, Cristiano Ronaldo a répondu présent. D'un triplé, l'international portugais a renversé des Colchoneros totalement inexistants (3-0). Pas à lui seul, comme on serait tenté de le dire, mais bien grâce à une performance collective de haute volée, et à l'aide d'un Federico Bernadeschi lui aussi dans un grand soir. La formation de Diego Simeone restait sur cinq victoires consécutives sans encaisser le moindre but. Mardi, elle a totalement craqué pour laisser filer son rêve de sacre européen, dans une compétition qui semble désormais connaître son grand favori...

La "rimonta" aurait pu se mettre en marche après seulement quatre minutes de jeu, quand Giorgio Chiellini a cru ouvrir le score après un cafouillage sur corner. Mais le défenseur italien a déchanté, voyant l'arbitre signaler une faute de Cristiano Ronaldo, sur Jan Oblak. Mais ce n'était, semble-t-il, pas le sens de l'histoire. L'histoire, c'est bien CR7 qui devait l'écrire. Alors, peu avant la demi-heure de jeu, il s'est envolé plus haut que Juanfran au second poteau, sur un amour de centre de Bernadeschi, pour ouvrir le score et embraser le Juventus Stadium (27eme). Puis au retour des vestiaires, c'est sur Diego Godin qu'il a pris le dessus pour tromper une nouvelle fois Oblak in extremis, une nouvelle fois de la tête, après validation de la Goal Line Technology. Avant de parachever son oeuvre d'un penalty à quelques minutes du terme (86eme).

Bernadeschi énorme, les Français de l'Atlético fantomatiques 

De quoi récompenser une véritable oeuvre collective, tant les Turinois ont étouffé leur adversaire par un pressing presque sans relâche. Dès les premières minutes, les hommes de Massimiliano Allegri ont donné le ton. On s'est dit, alors, que l'Atlético laisserait passer l'orage pour finir par exploiter quelques contres. Mais même dans ce domaine, les Rojiblancos sont apparus éteints. Les hommes de Simeone ont mal attaqué - pour ne pas dire pas attaqué - et ont mal défendu. Mis à part sur quelques rares séquences de conservation dénuées de toute envie de faire mal à l'adversaire, le dauphin du Barça en Liga n'a tout simplement jamais existé.

A l'image de ses individualités, d'ailleurs. Clairement pas dans son match, Thomas Lemar a été remplacé dès la 56eme minute, tandis qu'Antoine Griezmann a traversé la rencontre comme un fantôme. Le secteur défensif a perdu ses duels tandis qu'Alvaro Morata, d'une tête au-dessus, s'est procuré la seule véritable occasion madrilène, juste avant la pause (45eme+2). En face, Blaise Matuidi a livré un de ces matchs de combattant dont il a le secret, alors que Bernadeschi a brillé du début à la fin par ses choix justes et ses prises d'initiatives, concluant son festival en obtenant le penalty de la gagne. Après avoir totalement manqué son match aller, la Juve s'est réveillée avec les crocs. Et Ronaldo a mangé l'Atlético.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.