Ligue des Champions (8eme aller) : Le PSG n'a pas résisté à Haaland

Ligue des Champions (8eme aller) : Le PSG n'a pas résisté à Haaland©Media365

Rédaction , publié le mardi 18 février 2020 à 22h50

Ce mardi soir, dans le cadre des huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions, le Paris Saint-Germain s'est incliné sur la pelouse du Borussia Dortmund (2-1). Les Allemands s'en sont remis à Erling Braut Haaland, auteur d'un doublé, alors que Neymar avait égalisé pour les siens.

Éliminé en huitièmes de finale lors des trois dernières éditions de la Ligue des Champions, le PSG risque de connaitre la même mésaventure cette année. Présentée comme la grande favorite de son opposition face à Dortmund, l'équipe de la Capitale française n'a été guère à la hauteur de son rang. Totalement méconnaissable, elle s'est inclinée logiquement au Signal Iduna Park. Le score final (2-1) semble même particulièrement flatteur au vu de la physionomie du match. Avec un doublé inscrit, Erling Braut Haaland a été le grand héros de la partie. Le prodige norvégien a répondu présent lors de ce choc, contrairement aux nombreuses stars parisiennes.


Le PSG a été dans le dur d'entrée

Thomas Tuchel a tenté un coup de poker, en changeant son onze et son système de jeu au dernier moment. Au vu de la première période livrée par ses hommes, force est de constater qu'il n'a pas été très inspiré. L'équipe francilienne est apparue totalement décontenancée durant ces 45 premières minutes, avec un rendement brouillon, une animation inexistante sur les ailes et beaucoup de ballons perdus. A contrario, le BVB s'est montré plus fringant. Décomplexée, la formation de la Ruhr a appliqué son plan de bataille à merveille. En mettant beaucoup d'engagement, en s'appliquant sur ses sorties et en se projetant en nombre sur les contres, les Allemands ont fait ce qu'il fallait et il leur a juste manqué de l'efficacité dans le dernier geste pour ouvrir le score.

Tandis que Paris ne s'est offert qu'un seul tir avant la pause, et ce fut, qui plus est, sur un coup-franc de Neymar (11eme), les Jaune et Noir, eux, se sont offert trois opportunités d'ouvrir le score. Le feu follet Jadon Sancho a fait parcourir de sérieux frissons dans le camp français lorsqu'il a placé un tir à ras de terre en conclusion d'une remontée rapide (14eme). C'était hors cadre. Il a réglé la mire treize minutes plus tard, et cette fois il a fallu toute la vigilance de Keylor Navas pour empêcher le Borussia de prendre les devants. A ces deux alertes, on pourrait ajouter celle d'Erling Braut Haaland (35eme), avec une frappe qui a fini dans le petit filet extérieur.

Un réveil en feu de paille

La logique aurait voulu que Tuchel procède à des remaniements tactiques pour la seconde période. Il n'en a rien été. Le PSG est revenu des vestiaires avec un visage toujours aussi livide, incapable d'élever son niveau de jeu. Les Parisiens sont apparus tétanisés, perturbés par leurs propres errements. Le Borussia n'a pas su en profiter à ce moment-là. Et au milieu de cette seconde période, les champions de France ont commencé à se réveiller, avec enfin des séquences dignes de ce nom. Cela a débouché sur deux frappes cadrées de Kylian Mbappé (64eme et 66eme), qui ont permis de vérifier que le Borussia jouait bien avec un gardien. Ce sursaut était annonciateur d'une fin de match plus reluisante pour Paris. Paradoxalement, c'est le scénario contraire qui s'est produit.

Au moment même où ils commençaient à sortir la tête de l'eau, les Parisiens ont fini par céder derrière sur une superbe attaque adverse. Achraf Hakimi s'est échappé sur le côté droit pour ensuite servir Guerreiro dans la surface. Il y a eu un contre favorable pour le BVB et c'est Haaland qui en a profité pour ouvrir le score de près (69eme). Un coup dur pour Paris, mais auquel les Franciliens ont su répondre sept minutes plus tard par l'intermédiaire de Neymar, qui a profité d'un bon travail de Mbappé. Malheureusement pour eux, leur joie a été de courte durée. Car il était écrit que le leader de la Ligue 1 repartirait avec une défaite du Signal Iduna Park après une prestation aussi moribonde.

Haaland leur a fait si mal

Seulement deux minutes après l'égalisation, Haaland les a crucifiés une seconde fois. On en avait fait des tonnes sur le jeune buteur norvégien. Et c'était légitime. Sur la lancée de ses belles prestations en phase de poules, il a encore fait parler la poudre et mis un doublé. Sa seconde réalisation fut consécutive à une superbe frappe du gauche à l'entrée de la surface, à la réception d'une passe de Giovanni Reyna (17 ans). Deux jeunots pour mettre à mal le PSG, lequel ne s'en est pas remis, malgré une frappe sur le poteau de Neymar et une tête de Thiago Silva après un corner (90eme+2). Le score n'a plus évolué et la bande à Tuchel a dû s'incliner. Rien n'est perdu malgré le revers essuyé, mais le match retour parait bien lointain ce mardi soir et surtout, il n'y a rien à l'instant T qui augure un renversement de scénario au Parc des Princes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.