L1 - Strasbourg : Un recrutement au ralenti ? Pas de panique

L1 - Strasbourg : Un recrutement au ralenti ? Pas de panique©Media365

Geoffrey Steines, publié le lundi 26 juin 2017 à 19h55

Le Racing Club de Strasbourg a repris le chemin de l'entraînement lundi, après un mois suivant la montée compliquée sur le front des transferts, entre les départs de joueurs majeures et des arrivées au compte-gouttes. Mais Thierry Laurey ne s'en fait pas pour autant.

Les Strasbourgeois avaient quitté La Meinau en pleine euphorie de la montée et du titre de champion de France de L2, ils l'ont retrouvée lundi. Et le soufflet est retombé depuis. Le Racing doit désormais se confronter à la réalité de la préparation d'un retour dans l'élite, neuf ans après l'avoir quitté et être passé dans l'intervalle par la case CFA 2. Le club alsacien a beau disposer de moyens supérieurs à la moyenne des promus (environ 30 millions d'euros de budget), il vit un début de Mercato compliqué. Il n'a pu conserver ni Khalid Boutaïb ni Baptiste Guillaume, qui avaient inscrit 29 des 63 buts strasbourgeois en championnat la saison passée. Ils étaient pourtant la priorité de la direction du RCSA, mais le Marocain a opté pour un challenge aux conditions financières plus avantageuses en Turquie et l'international Espoirs belge a filé vers Angers.
Laurey : « Il y a encore du boulot »
Le hic, c'est qu'aucune recrue n'est pour l'instant venue compenser ces départs, Stéphane Bahoken et Jérémy Blayac étant les seuls attaquants présents ce lundi, et que les pistes ne sont pas légion (Enzo Crivelli ?). « Il y a encore du boulot, a reconnu Thierry Laurey en conférence de presse lundi, jour de la reprise pour le Racing. Il s'agit de construire un effectif capable de tenir la route. Des joueurs sont partis, deux attaquants notamment, Khalid Boutaïb et Baptiste Guillaume, mais il va falloir trouver dans toutes les lignes. » Le recrutement s'est focalisé sur le secteur défensif, avec les arrivées de Kenny Lala et de Pablo Martinez. Ce sont « deux défenseurs qui ont le niveau de la L1 et qui correspondent au type de garçons souhaités, par leurs qualités et leur mentalité », selon le coach alsacien. Mais ces signatures ne suffisent pas à faire de l'effectif strasbourgeois, qui s'est aussi délesté de Laurent Dos Santos ou Landry Bonnefoi, un groupe taillé pour l'élite.
Laurey : « Faire les efforts financiers à bon escient »
Laurey le reconnait, il aurait préféré avoir au moins la moitié de la dizaine de recrues qu'il attend pour la reprise. Mais il ne perd pas patience pour autant et il est convaincu qu'elle mère de sûreté. « C'est forcément plus difficile pour nous que pour le PSG ou Monaco. Plusieurs dossiers sont en cours, mais je ne suis pas dans l'urgence pour autant. Nous savons ce que nous voulons. Par exemple, faire les efforts financiers à bon escient. Il est important de garder une cohérence dans le vestiaire dans ce domaine également. (...) Nous avons la volonté de rajeunir le groupe, mais pas seulement. J'aimerais des joueurs d'expérience, avec de la bouteille. Il existe des options. Nous regardons aussi à l'étranger. »
Laurey : « Si on finit 17èmes, je paie le champagne ! »
Quant aux objectifs fixés pour la saison à venir, Laurey appelle à la mesure les supporters strasbourgeois, qui ont encore en tête l'effusion de joie liée à la montée. Celui qui avait vécu l'aventure du Gazélec Ajaccio dans l'élite en 2015-16 vise le maintien, et seulement le maintien. « Nous n'avons pas l'ambition de concurrencer Paris, Monaco ou les six gros du championnat. Oui clairement, nous visons le maintien et si on finit 17èmes, je paie le champagne ! Chacun sait que la première saison est la plus dure. Nous aurons des moments difficiles, même à domicile. C'est quelque chose que le public comprendra. J'espère qu'il nous aidera dans la difficulté comme il l'a fait pour nous pousser vers la L1. » Laurey a fait de la patience une vertu, les supporters devront en faire autant. Histoire que toutes les composantes du Racing continuent à tirer dans le même sens.

 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.